Sainrapt et Brice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant une entreprise et l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Sainrapt et Brice était une entreprise française du Bâtiment et travaux publics (BTP), créée au XIXe siècle. Elle appartient aujourd'hui au groupe Vinci.

Création de l'entreprise[modifier | modifier le code]

L'entreprise est créée par Michel Sainrapt, en 1852. Elle est alors spécialisée dans les travaux de consolidation et de fondations spéciales. En 1901, Alexis Brice, ingénieur s'associe à Irma Sainrapt, veuve du fondateur.

Développement dans l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Succédant à son père, Pierre-Louis Brice devient le patron de l'entreprise Sainrapt et Brice, cinquième entreprise du BTP en France dans les années 1930.

L'entreprise a une croissance rapide mais reste familiale. Le conseil d'administration est formé par les héritiers des familles Sainrapt et Brice, parmi lesquels Pierre Brice et sa sœur, Mme Bassot[1].

Rôle sous l'occupation[modifier | modifier le code]

Sous l'occupation, l'entreprise participe activement à la construction du mur de l'Atlantique.

En 1944, les Francs-tireurs et partisans (FTP) envahissent les entrepôts de Sainrapt et Brice à Ivry-sur-Seine, société désignée comme un modèle de collaboration économique[2].

La Libération fait du procès de Pierre-Louis Brice un procès emblématique de la collaboration économique. Il est condamné et démis de ses fonctions.

Poursuite de l'activité[modifier | modifier le code]

L’entreprise a cependant le droit de poursuivre son activité. Elle travaille sur le port de Dunkerque dès 1947 et vers 1950, sur la chute de Carla-sur-l’Agout près de Castres.

Le chanteur Guy Béart fut, après la guerre, ingénieur au bureau d'études de cette entreprise.

La Société Sainrapt et Brice a participé en Égypte au sauvetage du temple d'Amada[3].

Sainrapt et Brice s’oriente vers l'Afrique, grâce à sa filiale Satom. Cependant, la maison-mère Sainrapt et Brice traverse une profonde récession.

Elle est reprise par le groupe Devars-Naudo, puis fusionne en 1981 avec la Société générale d'entreprises (SGE).

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L'entreprise fait désormais partie du groupe Vinci.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l'occupation, Odile Jacob, 1995, p. 151.
  2. Voir le témoignage du FTP Vital Marquès sur la libération d'Ivry : [PDF] Vital Marquès, « Ivry libéré », Ivry ma ville, juillet-août 2004, sur le site ivry94.fr, consulté le 1er novembre 2009.
  3. Sur le site de l'INA : [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l'occupation, Odile Jacob, 1995, p. 149 à 182.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]