Anatole Dauman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anatole Dauman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
European Cinema Society Special Award (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anatole Dauman, né Anatol Dauman le à Varsovie (Pologne) et mort le à Paris (France), est un producteur de cinéma français.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la suite du défilé des troupes nazies sur les Champs-Élysées en juin 1940, Anatole Dauman, juif polonais arrivé en France à l'âge de 6 mois, s’engage dans les Forces Françaises Combattantes au sein du réseau « Georges France »[1].

« Autodidacte et amateur d'art friand des nuits germanopratines et des amitiés pataphysiques »[2], il fonde la société de production Argos Films avec Philippe Lifchitz. Dès 1950, il produit une série de documentaires sur la peinture et sur la musique.

Il est le producteur des premiers films de Pierre Kast, Jean Aurel et Chris Marker. En 1955, il produit Nuit et Brouillard d’Alain Resnais puis, en 1959, Hiroshima mon amour.

Parmi de nombreuses autres productions, Anatole Dauman travaille avec Jean-Luc Godard sur Masculin féminin et Deux ou trois choses que je sais d'elle respectivement en 1966 et 1967. Dans ces années, sa compagnie de production s’écarte progressivement de la mouvance de la Nouvelle Vague qui préconise de petits budgets de réalisation et un travail principalement axé sur l’abandon du studio.

Par la suite, il produit également Le Tambour de Volker Schlöndorff en 1979, Paris, Texas de Wim Wenders en 1984 et Les Ailes du désir de Wim Wenders en 1988.

Anatole Dauman fut un ardent défenseur de Henri Langlois, le cofondateur de la Cinémathèque française.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Service historique de la Défense, Vincennes, GR 16 P 159336
  2. Jean-Michel Frodon, Le Monde, 7 avril 1995, p. 30

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]