Les Ailes du désir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Ailes du désir
Titre original Der Himmel über Berlin
Réalisation Wim Wenders
Scénario Peter Handke
Richard Reitinger
Wim Wenders
Acteurs principaux
Sociétés de production Argos Films
Road Movies Filmproduktion
West Deutscher Rundfunk (WDR)
Wim Wenders Stiftung
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Genre Fantastique
Drame
Romance
Durée 128 min
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Ailes du désir (Der Himmel über Berlin) est un film fantastique franco-allemand, produit et réalisé par Wim Wenders, sorti en 1987[1].

Il narre l'histoire de Damiel et Cassiel, deux anges invisibles et immortels, qui scrutent Berlin et errent parmi les humains, jusqu'au jour où l'un d'entre d'eux s'éprend d'une belle et solitaire trapéziste nommée Marion et décide de renoncer à l'immortalité afin de goûter aux plaisirs sensoriels de la vie humaine[2]. Le film est tourné à la fois en couleur et noir et blanc de type sépia, qui fut utilisé pour représenter le monde vu par les anges. Le film a été sélectionné pour représenter l'Allemagne à la cérémonie des Oscars mais n'a pas été retenu pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, en 1988.

Le film donna lieu à une suite - Si loin, si proche !, sorti en 1993 et fera l'objet d'un remake américain - La Cité des anges, en 1998.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Berlin, avant la chute du mur, les anges Cassiel (Otto Sander) et Damiel (Bruno Ganz) veillent sur les humains et recueillent depuis des siècles leurs monologues intérieurs et tout ce qui chez eux traduit une recherche de sens et de beauté. Ils ne voient le monde qu'en noir et blanc, et ne peuvent qu’assister aux événements, sans rien sentir, goûter, toucher. Ils ont vu le début de la lumière, des rivières, des animaux. Quand le premier homme est apparu, ils ont découvert avec lui le rire, la parole, la guerre. Damiel, qui a toujours ressenti le désir de porter à son tour la condition humaine, est si touché par Marion (Solveig Dommartin) la trapéziste, si séduit par son âme et sa grâce qu’il décide finalement de devenir humain et, par conséquent, mortel.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné à Berlin, notamment à l'Église du Souvenir (Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche), Potsdamer PlatzBerlin-Mitte), la colonne de la victoire (Siegessäule) et à la Bibliothèque d'État (tous deux à Tiergarten).

Dédicaces[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Wim Wenders a tourné le film en noir et blanc pour montrer la vision des anges et en couleur pour évoquer la perception plus incarnée des êtres humains. Les anges sont capables de percevoir les pensées, les souffrances et les espoirs des humains dans leurs différentes langues, mais ne peuvent pas agir concrètement pour changer les choses. En revanche, ils font preuve de compassion et peuvent redonner l'espoir à ceux qui sont dans la détresse. Bien qu'ils soient invisibles, les enfants semblent capables de remarquer leur présence, et même de les voir : tout au long du film, de nombreux enfants suivent les anges des yeux.
  • Wenders a tourné le film en improvisant beaucoup, se basant seulement sur des idées de scènes. Les acteurs s'adaptèrent à l'exercice, tout particulièrement Peter Falk : en effet, lors du montage, Wim Wenders s'aperçut qu'il avait oublié d'enregistrer ses monologues intérieurs. Pour éviter des dépenses supplémentaires en billets d'avion, l'acteur enregistra ceux-ci à distance, dans un studio de Los Angeles, improvisant pas moins de 2 h de monologue, sans suivre l'ébauche fournie par Wim Wenders, resté à Berlin.
  • Le film est également une représentation de la ville de Berlin encore séparée en deux par le mur. Plusieurs scènes sont filmées à proximité du mur, comme lorsque l'ange Cassiel porte son ami Damiel, en passe de devenir homme, du côté occidental de la ville, où se trouve la funambule Marion. Potsdamer Platz est méconnaissable par rapport à sa configuration d'aujourd'hui.
  • La distribution est marquée par la présence de l'acteur américain Peter Falk, connu pour être le héros de la série policière Columbo. Un tournage de film a lieu dans le film lui-même. Son rôle, non prévu à l'origine, fut ajouté en cours de tournage pour apporter une figure aisément reconnaissable et une dimension comique au film.
  • Le cirque s'appelle Alekan, comme le directeur de la photographie du film Henri Alekan.
  • Nick Cave and the Bad Seeds apparaissent plusieurs fois dans le film : Bruno Ganz passe à deux reprises devant des affiches à l'effigie de Nick Cave ; on voit aussi le groupe interpréter sur scène From Her to Eternity et The Carny, vers la fin du film. Crime and the City Solution apparait également en concert dans le film.
  • Selon Wim Wenders, l'acteur Otto Sander était très enclin au vertige. Le dernier jour de tournage fut particulièrement éprouvant pour le comédien : il devait jouer la scène où l'ange Cassiel, juché sur la sculpture dorée, se laisse tomber dans le vide. Pour s'installer sur la structure, à plus de six mètres de hauteur, Otto Sander absorba plusieurs calmants. Lorsqu'il se lança dans le vide, il adopta une position de chute si improbable qu'il se cassa la jambe, malgré les matelas au sol destinés à amortir le choc.
  • L'actrice Solveig Dommartin, qui fut la compagne de Wim Wenders, effectuait sa première prestation au grand écran. Elle a été en mesure d'apprendre le trapèze et de se déplacer elle-même en cordes, sans filet, en seulement huit semaines[3].
  • Le film a été diffusé lors de la soirée inaugurale de la chaîne de télévision franco-allemande Arte en mai 1992.

Suite et adaptations[modifier | modifier le code]

Wim Wenders a tourné une suite de ce film, intitulée Si loin, si proche ! (In weiter Ferne, so nah!, sorti en 1993), où Willem Dafoe et Nastassja Kinski viennent rejoindre Bruno Ganz, Otto Sander et Peter Falk dans la distribution. Le film se déroule après la chute du mur de Berlin. Cette suite n'était pas prévue lors du tournage du premier volet, en dépit de l'insert « à suivre » clôturant le film. Ainsi, Wim Wenders, improvisant toujours, ignorait la fin exacte des Ailes du Désir : il décida finalement d'un sort identique pour les deux anges mais le manque de moyens l'empêcha de tourner la scène voulue pour Otto Sander.

La Cité des anges (1998), de Brad Silberling est un remake des Ailes du désir, même si le scénario s'écarte de la trame originelle. Ce film germano-américain a obtenu plusieurs nominations et récompenses, en particulier pour la chanson d'Alanis Morissette, Uninvited.

Sebastiano et Lorenzo Toma ont donné une adaptation sous forme de roman graphique en 2015 avec le titre Der Himmel über Berlin[4].

Dans la série Supernatural, l'imperméable de l'ange Castiel, évoque celui de Peter Falk dans son rôle de Colombo.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Année Distinction Catégorie Nom Résultat
1987 Festival de Cannes Prix de la mise en scène Wim Wenders Lauréat
Palme d'Or Wim Wenders Nomination
1988 César du cinéma Meilleur film étranger Wim Wenders Nomination
Deutscher Filmpreis Meilleur film Argos Films Lauréat
Meilleure photographie Henri Alekan Lauréat
Meilleur acteur Bruno Ganz Nomination
Festival du film bavarois Meilleur réalisateur Wim Wenders Lauréat
Festival international du film de São Paulo Meilleur film Wim Wenders Lauréat
LAFCA Awards Meilleur film étranger Wim Wenders Lauréat
Meilleure photographie Henri Alekan Lauréat
New York Film Critics Circle Meilleure photographie Henri Alekan Lauréat
Meilleur réalisateur Wim Wenders Nomination
Prix du cinéma européen Meilleur réalisateur Wim Wenders Lauréat
Meilleur acteur dans un second rôle Curt Bois Lauréat
Meilleur film Wim Wenders, Anatole Dauman Nomination
Meilleure photographie Henri Alekan Nomination
Ruban d'argent Meilleur acteur dans un film étranger Bruno Ganz Nomination
Syndicat français de la critique de cinéma et des films de télévision Meilleur film étranger Wim Wenders Lauréat
1989 BAFTA Awards Meilleur film en langue étrangère Wim Wenders, Anatole Dauman Nomination
Blue Ribbon Awards Meilleur film en langue étrangère Wim Wenders Lauréat
Deutscher Filmpreis Prix spécial du meilleur film lors du 40e anniversaire de la République fédérale d'Allemagne Wim Wenders Nomination
Film Independent's Spirit Awards Meilleur film étranger Wim Wenders Lauréat
National Society of Film Critics Meilleure photographie Henri Alekan Lauréat
Meilleur film Les Ailes du désir Nomination
Meilleur réalisateur Wim Wenders Nomination

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nagel Miller, « Les Ailes du désir », sur Télérama,‎
  2. « " Les Ailes du désir ", de Wim Wenders - Un ange amoureux », sur Le Monde,‎
  3. (en)Maxim Jakubowski, « Solveig Dommartin, Wenders' fearless angel », sur The Guardian,‎
  4. (de)Markus Lippold, « "Der Himmel über Berlin" als Comic: Engel, die auf Menschen starren », sur Der Tagesspiegel,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Peter Handke, Wim Wenders, Der Himmel über Berlin - Ein Filmbuch von Wim Wenders und Peter Handke, Suhrkamp Verlag, 1987, 172 p. (ISBN 978-3518024065)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :