Association pour le maintien d'une agriculture paysanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amap)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Panier provenant d'une récolte encadrée par une AMAP.

Une association pour le maintien d'une agriculture paysanne ou une association pour le maintien d'une agriculture de proximité[1] (AMAP) est, en France, un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une exploitation locale (généralement une ferme), débouchant sur un partage de récolte régulier (le plus souvent hebdomadaire) composée des produits de la ferme. L'AMAP est un contrat solidaire, basé sur un engagement financier des consommateurs, qui paient à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie. Ce système fonctionne donc sur le principe de la confiance et de la responsabilité du consommateur ; il représente une forme de circuit court de distribution.

Le terme « AMAP » est enregistré depuis mi-2003 à l'INPI en tant que marque française par l'association Alliance Provence[2]. L'usage de la marque passe par l'engagement du respect de la charte des AMAP[3] inspirée de la Charte de l'agriculture paysanne, éditée en mai 2003 par cette même association. En 2014, la Charte des AMAP est ré-actualisée, à la suite d'un chantier et d'une réflexion participative inter-régionale coordonnée par le Mouvement Inter-Régional des AMAP (MIRAMAP).

Principes[modifier | modifier le code]

Cultures maraîchères biologiques de l'AMAP des Jardins de Conflans à Conflans-Sainte-Honorine.

Une AMAP est :

  • pour le consommateur, des aliments frais, de saison, souvent biologiques, produits à partir de variétés végétales ou races animales de terroir ou anciennes ;
  • un prix équitable pour les deux partenaires.

Une telle association est considérée comme participant de l'économie sociale et solidaire, selon les critères suivants :

  • un lien direct, sans intermédiaire, entre le producteur et le consommateur ;
  • les consommateurs s'engagent à l'avance, pour une saison de production ;
  • ils partagent les aléas climatiques qui peuvent modifier à la baisse, la quantité de produits calculée et planifiée par le producteur ;
  • le prix du panier est calculé en fonction des coûts de productions et non pas au poids de la marchandise[4].

Le fermier amortit les aléas de l'économie de marché (il a une vision sur plusieurs mois) et garde une indépendance par rapport au système de grande distribution ; quant aux consommateurs, ils peuvent directement suivre et influencer le mode de culture (souvent biologique ou biodynamique ou agriculture durable).

Les AMAP ont également les ambitions suivantes :

  • favoriser un dialogue social autour de la sécurité alimentaire et du goût ;
  • respecter la biodiversité ;
  • mieux gérer le foncier et maintenir des terres fertiles ;
  • agir pour l’emploi, par l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs ;
  • instaurer des animations sur la ferme, en favorisant le volet pédagogique sur la nature et l’environnement ;
  • contribuer à réduire la consommation énergétique en utilisant des légumes produits à côté de son domicile ;
  • ré-impliquer le consommateur dans ses choix de consommation.

Les AMAP cherchent généralement à soutenir une agriculture respectueuse de l'environnement par opposition à l'agriculture intensive qui s'est développée en France depuis 50 ans et critiquée pour ses effets néfastes sur l'environnement et l'alimentation. Elle permet également le « maintien des agriculteurs », dans un contexte où les plus faibles d'entre eux disparaissent progressivement (la part des agriculteurs dans la population active étant passée de 30 à 3 % au cours des 50 dernières années).

La proximité est une notion essentielle pour les AMAP car si celles-ci permettent, tout comme le commerce équitable, de supprimer les intermédiaires entre le producteur et le consommateur, elles permettent aussi de contribuer à la « relocalisation » de l'économie en incitant les consommateurs à ne consommer que ce qui est produit dans les environs de leur lieu d'habitation.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Distribution de légumes dans une AMAP.

Le partenariat est assuré par un comité de bénévoles qui participe au fonctionnement de l'AMAP.

Ses fonctions sont d'assurer le lien avec le producteur pour la communication et l'information, de rechercher d'autres consommateurs, de prendre les inscriptions, d'organiser la distribution, etc.

Producteur et consommateurs sont liés par un contrat dans lequel l’agriculteur s'engage à fournir aux consommateurs un panier par semaine de produits à un prix équitable défini en toute transparence, tandis que les consommateurs s'engagent, en toute connaissance des diverses contraintes, à effectuer à tour de rôle une permanence à l'accueil de la distribution, voire à effectuer ponctuellement sur l'exploitation des tâches en groupe (désherbage, récoltes…).

Historique[modifier | modifier le code]

Teikei japonais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : teikei.

Un des exemples le plus ancien du concept a émergé dans les années 1960 au Japon. À l'époque, des mères de familles japonaises s’inquiètent de voir l’agriculture s’industrialiser avec un recours massif aux produits chimiques (en 1957, les premières victimes de Minamata, empoisonnées au mercure, sont déclarées). Ces mères fondent alors en 1965 les premiers teikei (提携, signifiant en japonais « coopération ou collaboration ») qui concernent d'abord des coopératives laitières. Le principe de fonctionnement est le suivant : en échange de l’achat par souscription de la récolte du paysan, ce dernier s’engage à fournir des aliments cultivés sans produits chimiques.

Food guilds suisses et CSA nord-américains[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

À la même époque en Suisse, des fermes communautaires nommées food guilds (ou association alimentaire) développent leur propre partenariat avec les consommateurs locaux en leur fournissant chaque semaine des produits frais (légumes, lait, œufs, et fromages).

Aux États-Unis en 1985, un fermier de retour de Suisse après avoir étudié les food guilds rencontre alors Robyn Van Hen, une agricultrice bio du Massachusetts. Avec l’aide d’autres producteurs et de consommateurs, ils fondent la première Community Supported Agriculture à la ferme Indian Line de Robyn. Le concept se répand ensuite rapidement par bouche-à-oreille dans tous les États-Unis, puis gagne le Canada (ASC). Le concept est un système économique à part entière pour le paysan, et autonome, c'est pourquoi les agriculteurs fondateurs l'ont nommé AMAP.

En 2000, on recensait des CSA dans de nombreux pays : plus de 1 000 en Amérique du Nord, 100 au Royaume-Uni, et aussi en Australie, Danemark, Pays-Bas, Allemagne, Hongrie, Ghana, Nouvelle-Zélande… En 2003, aux États-Unis, 1 500 sont en fonctionnement.

AMAP en France[modifier | modifier le code]

Le principe d'une distribution hebdomadaire de légumes à des réseaux d'adhérents-consommateurs a été introduit en France par les Jardins de Cocagne aux débuts des années 1990 (chantiers d'insertion de personnes en difficulté par le maraîchage biologique). Un annuaire en ligne[5] recense les Amap en France.

En 2000, Denise et Daniel Vuillon, couple de maraîchers pratiquant déjà la vente directe et une production biodiversifiée dans l'ouest du Var à Ollioules, rendirent visite à leur fille en stage d'architecture aux États-Unis. En parcourant une rue à Manhattan, Daniel Vuillon aperçut des gens qui s'affairaient autour de gros paniers de légumes sur le parvis d'une petite église. Intrigués, les Vuillon découvrirent alors un groupe de consommateurs de Community Supported Agriculture que leur fermier venait de livrer en légumes fraîchement récoltés. Ils rendirent donc visite à ce fermier à une heure de route de New-York, ils discutèrent de cette expérience, trouvèrent l'idée intéressante et l’étudièrent sur place.

À la suite d'une réunion organisée par ATTAC à Aubagne en sur le thème de la « malbouffe », durant laquelle les Vuillon présentèrent le concept des CSA et ses avantages, des consommateurs furent motivés. Trois réunions se sont tenues. Le 8 avril avait lieu le pique-nique à la ferme qui reste une étape importante dans la création de la première AMAP de France. Le , le premier panier (sur un total de trente-deux) était livré par « Les Olivades » aux consommateurs d'Aubagne. Cette première distribution s'est déroulée sur un parking mis à disposition par une « amapienne ».

Estimant le contexte favorable au développement de ce type d’initiative, ces maraîchers, membres de la Confédération paysanne du Var, avec d’autres associations, envisagèrent de créer une structure chargée d’accompagner les porteurs de projet AMAP dans la région. Alliance Provence fut alors fondée le . En Île-de-France, la première AMAP est créée à Pantin pour un nombre qui atteint 300 en l'an 2014[6].

En se tint à Aubagne le premier colloque international des teikei (Japon), CSA (pays anglophones), AMAP (France), ASC (Québec), etc. Les colloques suivants ont eu lieu à Aubagne (fin ) et à Kobé (). Un deuxième colloque international se tint ensuite à Palmela (Portugal) en donnant lieu à la création du réseau international URGENCI[7] qui regroupe ces diverses initiatives.

Le mouvement s'est progressivement et partiellement structuré, par la création de réseaux des AMAP, essentiellement à l'échange régional, puis plus récemment, par la formation d'un mouvement inter-régional des AMAP (MIRAMAP) en février 2010. Il a pour objet de « renforcer la cohésion des AMAP à travers le partage d’une éthique commune, de mutualiser les expériences et les pratiques et d’assurer la représentation, la mise en valeur des AMAP au niveau national et à la représentation du mouvement auprès des institutions officielles (Régions, ministères, etc.) »[8] L'Assemblée générale du Mouvement Inter Régional des AMAP (MIRAMAP) a par exemple adopté en mars 2014 une charte[9], qui remplace celle qui a été établie en 1963 au moment de la création des premières AMAP dans le Sud-Est de la France.

En 2012 plus de 1 600 AMAP approvisionnent en France 50 000 familles, soit 200 000 personnes[10]. La tendance à la hausse s'est poursuivie depuis[réf. nécessaire].

Depuis 2017, les frères de la Communauté Saint-Jean ont fondé à Vion (Sarthe) l’Académie pour une Écologie Intégrale[11], à la suite de l'encyclique Laudato si’ du Pape François. Les frères propose une formation à l'Écologie intégrale pour la jeune génération, les chrétiens et les chercheurs de sens. De plus les moines développent sur quatre hectares une production maraichère et arboricole selon les principes de la Permaculture, les religieux dans leur projet sont en partenariat avec une AMAP locale.

Équivalents internationaux[modifier | modifier le code]

Ce type d'organisation est présent dans de nombreux pays sous des formes plus ou moins proches. On peut citer :

Il existe un réseau international des Associations locales alimentaires nommé Urgenci (Urbain-Rural : Générer des Échanges Nouveaux entre Citoyens).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Association pour le maintien d'une agriculture de proximité », sur wordpress.com (consulté le 15 septembre 2017).
  2. Source : Consultation de http://bases-marques.inpi.fr/ le 7 octobre 2009
  3. http://miramap.org/IMG/pdf/charte_des_amap_mars_2014-3.pdf
  4. à part parfois dans la période de lancement de l'AMAP, alors qu'on n'a pas encore de données précises
  5. "Annuaire national des AMAP"
  6. Il y a dix ans, ils plantaient la graine de l'agriculture solidaire» sur Le Parisien, consulté le 17 mars 2015
  7. Le site du collectif URGENCI
  8. Le site du collectif MIRAMAP.
  9. [PDF]La charte des AMAP est disponible en ligne sur le site du MIRAMAP à cette adresse http://miramap.org/IMG/pdf/charte_des_amap_mars_2014-2.pdf L'ancienne charte éditée par le réseau des AMAP « Alliance Provence » : La charte des AMAP est obsolète depuis mars 2014 .
  10. « Les AMAP », sur miramap.org (consulté le 26 avril 2017).
  11. « Académie pour une Ecologie Intégrale - Sanctuaire Notre-Dame du Chêne (Vion) », sur www.academie-ecologie-integrale.org (consulté le 29 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]