Aimoin de Fleury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Aimoin de Saint-Germain-des-Prés.
Aimoin de Fleury
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Maître

Aimoin de Fleury, Aimoinus Floriacensis, est un chroniqueur français du Moyen Âge né vers 965 à Villefranche-de-Longchapt[Note 1] ou à Francs[Note 2], et mort à l'abbaye de Fleury à Saint-Benoît-sur-Loire après 1008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aimoin entre chez les bénédictins de l'abbaye de Fleury vers 980, alors qu'il est encore enfant. Il y devient disciple de l'abbé Abbon de Fleury, dont il écrit la Vie, après l'avoir vu assassiné au cours d'un voyage à l'abbaye de la Réole en 1004.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On a de lui des Historiæ Francorum Libri IV, « la plus ancienne compilation importante des sources de l'histoire de France[2] » composé avant 1004 puisque sur l'ordre d'Abbon. Le projet initial visait l'histoire des Francs depuis les origines jusqu'à Pépin le Bref. L'œuvre devait tenir en quatre livres précédés d'une introduction sur la géographie de la Gaule et de la Germanie. Le dernier livre ne va que jusqu'en 654, 16e année du règne de Clovis II, soit que l'auteur ne l'ait jamais terminé, soit que nous en ayons perdu la fin.

« Aimoin non seulement ne cite pas ses auteurs, mais il leur ajoute de son propre fonds, les modifie, brouille leur chronologie, se met en contradiction avec eux et s'expose de gaieté de cœur aux critiques qui, disait-il, ne devait pas l'émouvoir. De plus, son récit n'est qu'une brève indication des faits, qu'il ne cherche pas à faire revivre avec leurs détails, et dont il ne recherche ni les causes ni les conséquences. »

— Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, op. cit. col. 1186.

Cette chronique a été publiée par Jean Nicot (1567), par François Duchesne (1641) et dom Bouquet. Elle a servi de base à ce qu'on appelle les Chroniques de Saint-Denis, qui en sont une continuation, commencée à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à la fin du XIe siècle, puis poursuivie à l'abbaye de Saint-Denis.

Il a aussi écrit :

  • un poème Translatio Patris Benedicti (litt : « Transfert du [corps de notre] Père Benoît ») au sujet transfert des reliques du Mont-Cassin à l'Abbaye de Fleury.
  • un De miraculis S. Benedicti libri II qui donne le récit des miracles attribués à saint Benoît depuis le règne d'Eudes à celui de Robert le Pieux. C'est une source d'information pour l'histoire du temps et spécialement sur celle de l'abbaye de Fleury.
  • un Sermo in festivitatibus S. P. Benedicti libri II. Recueil de tous les éloges en vers ou en prose de Benoît que l'auteur a recueilli.
  • un Vita et martyrium S. Abbonis abbatis (litt. : « Vie et martyr de saint Abbon, abbé ») où l'auteur a donné le meilleur de lui-même, aussi bien pour le fond que pour la forme littéraire.
  • une Histoire des abbés de Fleury, aujourd'hui perdue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'abbé Pierre Lespine (1757-1831), historien du Périgord, a écrit qu'Aimoin de Fleury était né à Villefranche en Périgord, vers 980 (Matériaux et notes pour une histoire du Périgord, tome 3, p. 277), et non à Villefranche-du-Périgord. Il y a deux Villefranche en Périgord. Sa mère était une parente de Girault, seigneur d'Aubeterre, ce qui rend la naissance à Villefranche-du-Périgord peu probable. Par ailleurs, ces deux Villefranche n'existaient pas à la date de sa naissance.
  2. L'historien Guy Penaud (1943-), indique qu'Aimoin est né dans un lieu appelé Ad Francos correspondant soit à la commune de Francs, actuellement en Gironde mais faisant partie antérieurement du Périgord, soit à celle de Villefranche-de-Lonchat[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Penaud, « Aimoin », Dictionnaire biographique du Périgord, Éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 19.
  2. « Aimoin (2.)» Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, col. 1185.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « 2. Aimoin », dans sous la direction de Mgr Alfred Baudrillart, Albert Vogt, Urbain Rouziès, Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, Lezoutey et Ané éditeurs, Paris, 1909, tome 1, fascicule 1-6, Aachts-Achot, col. 1185-1187 (lire en ligne). On peut y trouver un complément d'information sur chacun des écrits d'Aimoin, ainsi qu'une petite bibliographie le concernant.
  • Auguste Molinier, « Aimoin, moine de Fleury-sur-Loire, Historia Francorum », dans Les Sources de l'histoire de France - Des origines aux guerres d'Italie I. Époque primitive, mérovingiens et carolingiens, 1901, p.  69 Lire en ligne
  • « Aimoin de Fleury, Histoire des Francs », dans Gérard Lucas, Vienne dans les textes grecs et latin, Maison de l’Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux, p. 290-292 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]