Ahmed Taleb Ibrahimi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ahmed Taleb Ibrahimi
Ahmed Taleb Ibahimi.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (85 ans)
SétifVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
أحمد طالب الإبراهيميVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Ahmed Taleb Ibrahimi né le à Sétif, est un homme politique algérien, médecin (hématologue), intellectuel, et écrivain. Il est le fils de Mohamed Bachir El Ibrahimi, et chef du parti Wafa non agréé et candidat à la présidentielle de 1999.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il a vécu à Tlemcen de 1933 à 1945. Il participe à la fondation de l’organe francophone de l’Association des oulémas musulmans algériens, le journal Le jeune musulman. Ce journal avait pour mission d'éclairer la jeunesse algérienne. Plusieurs personnalités l'ont aidé dans son travail comme Ahmed Taoufik El Madani, Mostefa Lacheraf, Malek Bennabi, Mohammed Chérif Sahli, Amar Ouzegane.

En France, il milite pour la fondation de l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA). Ahmed Taleb Ibrahimi devient président de l'UGEMA et en parallèle, il suivit des études en médecine. Par la suite, il est mis en prison à cause de son militantisme pour l'indépendance de l'Algérie, de 1957 à 1961.

Lors du mandat du président Ahmed Ben Bella, il est arrêté à la suite des déclarations de son père, il restera huit mois en prison. Au temps du président Houari Boumédienne et de Chadli Bendjedid, Il fut ministre au gouvernement algérien notamment aux Affaires étrangères et à l'Education. Il est connu pour être un défenseur de la langue arabe et de l'islam[1] qu'il voulu imposer comme seuls référents identitaires dans une Algérie où près de 25% de la population est berbère. Comme ministre de la culture sous Boumédienne, il a interdit toute manifestation culturelle en berbère.[réf. nécessaire]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Lettres de prison : 1957-1961, Alger, Éditions nationales algériennes, , 189 p.
  • De la décolonisation à la révolution culturelle : 1962-1972, Alger, SNED, , 228 p.
  • Ahmed Baghli (préf. Ahmed Taleb Ibrahimi), Un maître de la peinture algérienne : Nasreddine Dinet, Alger, SNED, , 99 p.
  • Mémoires d'un Algérien. Tome 1 : Rêves et épreuves (1932-1965), Alger, Casbah Éditions, , 251 p. (ISBN 9961-645-79-0) [extraits]
  • Mémoires d'un Algérien. Tome 2 : La passion de bâtir (1965-1978), Alger, Casbah Éditions, , 525 p. (ISBN 9961-647-34-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Ahmed Taoufik El Madani

Liens externes[modifier | modifier le code]