Abdelaziz Rahabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Abdelaziz Rahabi
Abdelaziz Rahabi.jpg
Fonction
Minister of culture and information (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
GuelmaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Abdelaziz Rahabi, né le 21 janvier 1954 à Maouna (Guelma) est un diplomate de carrière et homme politique algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abdelaziz Rahabi est né le 21 janvier 1954 à Maouna en Algérie. Il a occupé successivement les fonctions de sous directeur de la protection des nationaux à l 'étranger au MAE, de conseiller pour les Affaires politiques et économiques à l’Ambassade d’Algérie en Allemagne, de directeur presse et information et porte parole du Ministère des Affaires étrangères, avant de devenir le chef de cabinet du ministre Lakhdar Brahimi .

En 1991 il est nommé par le président Chadli Bendjedid en qualité d'ambassadeur d’Algérie au Mexique et en Amérique centrale (Nicaragua, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Belize, Salvador).

En 1994, il est nommé par le président Liamine Zéroual, Ambassadeur d’Algérie en Espagne, et représentant de l’Algérie auprès de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et du Conseil oléicole international à Madrid.

En 1998, il devient ministre de la Culture et de la Communication et porte-parole du gouvernement sous Zéroual.

En avril 1999, il présente sa démission qui est refusée. Il met fin à ses fonctions le 27 juin 1999, il est nommé conseiller auprès du chef du gouvernement Smail Hamdani, poste qu'il n'a jamais occupé;

Depuis, il se consacre à l’enseignement en Algérie et à l’étranger. Il a donné des conférences dans plusieurs universités étrangères.

Membre du comité de rédaction de la revue algérienne des relations internationales (RARI) ( 1987-1991)

Membre de la Société algérienne des relations internationales (2001 -20014)

Il a publié plusieurs études sur le Processus Euro-méditerranéen, l’Union du Maghreb arabe, la question du Sahara occidental et la Sécurité régionale.

Activités opposition politique :

Il contribue régulièrement au débat sur l'actualité nationale et les questions de politique étrangère de l’Algérie.

Membre fondateur de la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD)[1].

En 2016, il préside la conférence de l'Instance de concertation et de suivi de l'opposition (ICSO) dite Mazafran 2[2].

Coordonnateur du Forum pour le dialogue national (Ain Benian 6 juillet 2019)

Les événements de 2019

Dans le contexte du mouvement populaire de 2019, il s'exprime informant que pour lui, « le Président (Bouteflika) se moque du peuple »[3]. En juin, il est chargé de la coordination de la conférence de l’opposition du 6 juillet[4]. Lors de cette conférence, il annonce qu'il exige le départ du gouvernement de Noureddine Bedoui, car il estime que le gouvernement représente “une résistance au changement”[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

  • Ambassadeur d’Algérie au Mexique et en Amérique centrale (Nicaragua, Costa Rica, Guatemala, Salvador, Honduras et Belize). Membre fondateur et premier Président de la Chambre de commerce Mexique - Monde Arabe .
  • Ambassadeur de l 'Algérie en Espagne .

Réalisations[modifier | modifier le code]

Secteur de la Communication :

Lois et proposition de lois

  • A présenté en mars 1999 et fait voter en juin 1999 une loi sur la Publicité qui sera bloquée, à ce jour, par le Conseil de la Nation ;
  • Dépôt à l’Assemblée populaire nationale d’un projet de loi sur le sondage bloqué à ce jour.

Secteur de la Culture

  • Oppositions à un processus avancé  de privatisation de l‘ENAG  (entreprise nationale des arts graphiques Reghaia) 
  • Opposition à la cession à des particuliers de biens culturels (villas du patrimoine) et à l’extension de la Cité Chaabani au détriment de l ‘aqueduc (16ème siècle)
  • Engagement d’une procédure de protection  et de classement  du patrimoine.

Secteur de la Presse :

  • Ouverture des médias publics à l’opposition et aux sensibilités politiques et sociales
  • Levée de l’interdiction d’importations de  la presse  écrite internationale
  • Levée de l’interdiction d’accréditation de correspondants algériens  des médias internationaux
  • Levée de l’interdiction de parution de 32 titres de la presse écrite
  • Levée du monopole de l’ANEP sur la publicité institutionnelle
  • Instauration du  point de presse hebdomadaire du  porte parole du gouvernement

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. liberte-algerie.com, « La CNLTD trace son programme d’actions: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com », sur http://www.liberte-algerie.com/ (consulté le 19 avril 2019)
  2. La rédaction, « Selon Abdelaziz Rahabi, l’ICSO proposera des « moyens de sortie de crise » », sur Live News Algérie, (consulté le 19 avril 2019)
  3. « Algérie : Un ancien ministre affirme que Bouteflika se moque du peuple », sur Observ'Algérie, (consulté le 9 juillet 2019)
  4. « Conférence de l’opposition du 6 juillet : Abdelaziz Rahabi désigné coordinateur », sur TSA, (consulté le 9 juillet 2019)
  5. « Rahabi exige le départ du gouvernement Bedoui », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 9 juillet 2019)
  6. « Abdelaziz Rahabi, ancien ministre de la Culture et de la Communication », Djazairess,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2017)