Amar Ouzegane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amar Ouzegane
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Député
Député à l'Assemblée populaire nationale d'Algérie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
AlgerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activité
Autres informations
Conflit

Amar Ouzegane, né le 7 mars 1910 à Alger et mort le 5 mars 1981 à Alger, est un militant communiste puis nationaliste et homme politique algérien.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille pauvre, il quitte l'école à 13 ans pour travailler comme vendeur de journaux à la criée avant de devenir télégraphiste puis postier. Il intégrera le monde du syndicalisme au sein de la CGTU, avant de rejoindre les Jeunesses communistes en 1930.

Parti communiste français[modifier | modifier le code]

En 1934, il devient secrétaire du Parti communiste français en Algérie. Il est délégué au VIIIe congrès mondial du Komintern en 1935. Il entre au comité central du PCF en 1936 lors du congrès de Villeurbanne. Il fera partie des premiers dirigeants du Parti communiste algérien à sa création la même année mais va s'en éloigner à cause des positions assimilationnistes de l'AML de Ferhat Abbas et du PPA de Messali Hadj.

En 1937, il est élu conseiller municipal d'Alger, il quitte le PCF à la suite du pacte germano-soviétique avant d'y ré-adhérer au début de la Seconde Guerre mondiale. Entré en clandestinité, il est interné de 1940 jusqu'en 1943. En 1945, il est élu député PCF d'Alger, il deviendra à cette occasion premier secrétaire du PCA avant d'en être exclu le 30 décembre 1947 à cause de ses positions nationalistes.

Guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

Il se rapproche de l'Association des oulémas et de Mohamed Bachir El Ibrahimi, il entre au FLN en 1955 et devient un important conseiller politique de la zone d'Alger. Il participera à la rédaction du Congrès de la Soummam avant d'être arrêté en 1958, il y restera jusqu'en avril 1962.

Ministre[modifier | modifier le code]

À l'indépendance il est député de Médéa à l'Assemblée constituante. Il sera nommé ministre de l'Agriculture et de la réforme agraire le 27 septembre 1962. Cette réforme agraire, « improvisée et désorganisée » se solde par un échec : « des centaines de tracteurs cassés et des sols mal exploités dont le rendement déçoit. »[1].

Il est promu ministre d'État le 18 septembre 1963 puis ministre du Tourisme le 2 décembre 1964 au 19 juin 1965.

Presse militante[modifier | modifier le code]

Vendeur à la criée de L'Écho d'Alger dans sa jeunesse, il devient rédacteur en chef de l'hebdomadaire communiste Luttes sociales, puis il collabore au journal indépendantiste Jeune musulman, avant de devenir à l'indépendance directeur de Révolution africaine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le meilleur combat, Julliard, 1962, 309 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le regard d’une archiviste, elwatan.com, 22 mars 2016
  • Achour Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours : dictionnaire biographique, 2001, Casbah éditions (ISBN 9961-64-292-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]