Cornelis Cort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cort (homonymie).
Cornelis Cort
Gulden Cabinet - Cornelis Cort p 451.jpg

Portrait gravé de Cornelis Cort dans Het Gulden Cabinet de Cornelis de Bie (1662)

Naissance
Décès
Activité

Cornelis Cort dit aussi Cornelio Fiammingo (v.1533 - ) est un peintre, un dessinateur et un graveur hollandais de la Renaissance qui passa les douze dernières années de sa vie en Italie, notamment à Rome où il ouvrit une école.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le nord de la Hollande, Cornelis Cort est l'élève de Dirck Volkertszoon Coornhert durant les années 1550 à Haarlem et ses premières gravures sont imprimées en 1553 à Anvers sous la direction de Jérôme Cock qui est également l'un des maîtres de Cort[1].

En 1565, Cort s'installe à Venise dans l'atelier du Titien, puis après un bref retour aux Pays-Bas, il revient en Italie, d'abord à Bologne puis à Rome où il produit un grand nombre de gravures.

Entre 1569 et 1571, il semble être à Florence au service des Médicis puis retourne à Rome où il finit ses jours[1].

Ses gravures d'après les grands peintres de son temps contribuent à faire connaître les œuvres de Raphaël, Titien, Polidoro da Caravaggio, Barocci, Giulio Clovio, Muziano et Zuccari[2].

Il a fondé une école à Rome où se forment de nombreux élèves dont Francesco Villamena et Cherubino Alberti[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Concernant sa technique de gravure, la ligne simple y est modifiée par une taille spéciale au burin dite technique de la « ligne de gonflement », qui provoque un effet de lumière et d'ombre dans les traits parallèles : il ouvre ainsi une autre manière d'expression[3]. Cette technique lui est attribuée ainsi que celle des gravures grand format[4].

Près de 150 gravures de Cornelis Cort sont répertoriées à ce jour.

  • Le cycle des vicissitudes humaines, (1564), 9 gravures d'après Maarten van Heemskerck[5] 
  • Rhétorique, d'après Frans Floris (1565), éditée par Jérôme Cock[6]
  • Saint-Jérôme dans le désert, d'après Titien[7]
  • Lucrèce et Tarquin, d'après Titien (1571)[8]
  • Roger sauvant Angélique, (?) d’après Titien (1565)[9]
  • Arithmetica, et Geometria, (1565, Anvers) de la série les «Sept arts vivants»[10]
  • Faune portant le jeune Bacchus sur ses épaules, Eau-forte (tirage 1602)[11]
  • Les travaux d'Hercule, d'après Frans Floris (1563)[12]
  • La bataille de Zama entre Scipion et Hannibal, d'après Raphaël (1567)[13]
  • Tombeau de Julien de Médicis, (1570)[14]
  • Le martyre de Saint-Laurent, d'après Titien (1571)[4]
  • L'Histoire de Noé, d'après Maarten van Heemskerck, six planches éditées en 1559 par Jérôme Cock, à Anvers[15]
  • Les Sept Vertus, série attribuée à Cornelis Cort, éditée par Jérôme Cock, à Anvers en 1560[16].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (nl) « Explore Cornelis Cort », sur rkd.nl (consulté le 10 mars 2017)
  2. « Cornelis Cort (c.1533-a.1578) », sur www.wittert.ulg.ac.be (consulté le 10 mars 2017)
  3. a et b Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Cornelis Cort », sur www.larousse.fr (consulté le 10 mars 2017)
  4. a et b « Martyrdom of St. Lawrence | Cornelis Cort, after Titian | 49.97.537 | Work of Art | Heilbrunn Timeline of Art History | The Metropolitan Museum of Art », sur The Met’s Heilbrunn Timeline of Art History (consulté le 10 mars 2017)
  5. (en) Harvard, « From the Harvard Art Museums’ collections The Cycle of Vicissitudes of Human Affairs », sur www.harvardartmuseums.org (consulté le 10 mars 2017)
  6. (en) « Rhetoric | Cornelis Cort (engraver); Frans Floris (after) | NGV | View Work », sur www.ngv.vic.gov.au,‎ (consulté le 10 mars 2017)
  7. Michel Hochmann, Venise et Rome 1500-1600: deux écoles de peinture et leurs échanges, Librairie Droz, (ISBN 9782600009331, lire en ligne), p. 373
  8. « Lucrèce et Tarquin - Cornelis Cort d’après Titien - Utpictura18 », sur utpictura18.univ-montp3.fr (consulté le 10 mars 2017)
  9. « Roger sauvant Angélique ? - Cornelis Cort d’après Titien - Utpictura18 », sur utpictura18.univ-tlse2.fr (consulté le 10 mars 2017)
  10. « Mathematical Treasure: Cort's Arithmetica and Geometria | Mathematical Association of America », sur www.maa.org (consulté le 10 mars 2017)
  11. « Cornelis Cort », sur wwwcano.lagravure.com (consulté le 10 mars 2017)
  12. « The Labours of Hercules », sur British Museum (consulté le 10 mars 2017)
  13. (nl) « Slag bij Zama tussen Scipio en Hannibal, Cornelis Cort, naar Giulio Romano, naar Rafaël - 1567 », Rijksmuseum,‎ (lire en ligne)
  14. « Cornelis Cort, Tombeau de Julien de Médicis, 1570, burin », sur www.bm-lyon.fr (consulté le 10 mars 2017)
  15. « Cornelis CORT - Histoire de Noé », sur www.wittert.ulg.ac.be (consulté le 10 mars 2017)
  16. « Cornelis CORT - Les sept vertus », sur www.wittert.ulg.ac.be (consulté le 10 mars 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]