Langues couchitiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Langues couchitiques
Région Corne de l'Afrique, Égypte, Soudan
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 cus
ISO 639-5 cus
IETF cus
Carte
Les langues couchitiques en bleu turquoise dans l'ensemble chamito-sémitique
Les langues couchitiques en bleu turquoise dans l'ensemble chamito-sémitique

Les langues couchitiques sont une famille de langues parlées dans la Corne de l'Afrique (Djibouti, Éthiopie, Somalie, Érythrée) dans la Vallée du Nil et le long des côtes de la Mer Rouge (du Soudan au sud-est Égyptien). Elles forment une des branches de la famille des langues chamito-sémitiques – dites aussi afro-asiatiques ou afrasiennes – [1], répandues de la moitié nord de l'Afrique jusqu'au Moyen-Orient (l'origine et la direction de l'expansion géographique de ces langues restent incertaines, de l'Asie vers l'Afrique[2] ou de l'Afrique vers l'Asie[3]). Le phylum a été désigné comme couchitique vers 1858[4].

Le terme "couchitique" vient de Koush, Kouch ou Cush qui dans la Bible (livre de la Genèse), est le fils de Cham et petit-fils de Noé, et l’ancêtre éponyme des Kouchites, associés dans la Bible au Royaume de Koush situé au sud de l’Égypte et à l’Éthiopie.

Le géographe Arabe Al-Mas'ûdî (896-956) considérait les peuples couchitiques, qui comprennent aujourd'hui les Somalis, les Afars, les bedjas, les Agäws, les Oromos, et plusieurs autres tribus, comme la progéniture de Koush dans Prairies d'or et mines de pierres précieuses[5].

Les langues couchitiques les plus parlée sont l'Oromo (afaan oromo) parlé principalement en Éthiopie avec environ 35 millions de locuteurs, suivie par le Somali (Af-Soomaali / اف سومالى) avec environ 20 millions de locuteurs (y compris les populations de la diaspora) et le Sidama avec environ trois millions de locuteurs. D'autres langues couchitiques avec plus d'un million de locuteurs sont l'Afar (ge'ez: አፋር) par 1,5 million de personnes et le Bedja (ou bedàwie) par 1,2 million de personnes. Le somali, qui est avec l'arabe l'une des deux langues officielles de la Somalie, est la seule langue couchitique reconnue comme langue officielle d'un pays. Avec l'Afar, c'est aussi l'une des langues nationales reconnues à Djibouti.

Les langues parlées dans l'ancienne culture de Kerma du royaume de Koush (l'actuelle Egypte méridionale et le nord du Soudan) appartenaient également à la branche couchitique des langues afroasiatiques[6],[7]. Certaines langues parlées au Néolithique dans la région des Grands Lacs auraient également appartenu à la branche couchitique des langues Afro-asiatiques.

Limites[modifier | modifier le code]

Les langues omotiques sont parlées essentiellement en Éthiopie et sont considérées par certains linguistes comme une sixième branche chamito-sémitique, mais d'autres les incluent dans le groupe couchitique. Quelques chercheurs contestent la place des langues omotiques dans la famille langues chamito-sémitiques.

Classification interne[modifier | modifier le code]

Exemple de discours en somali dit « standard ».
Interrelations between branches of Afro-Asiatic.svg
  • Langues couchitiques orientales[8] :
  • somali (environ 20M de locuteurs)
    • Sous-groupe saho-afar :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lionel M. Bender, Omotic: a New Afroasiatic Language Family, Museum Series, 3, Carbondale, 1975,
    • Christopher Ehret, Reconstructing Proto-Afroasiatic (Proto-Afrasian): Vowels, Tone, Consonants, and Vocabulary, University of California Press, 1995,
    • A. Lonnet & A. Mettouchi, « Entretien avec David Cohen », Les langues chamito-sémitiques (afro-asiatiques) vol. 2, Paris, Ophrys, 2006, p. 9-26.
  2. David Cohen, « Chamito-sémitiques (langues) » dans Encyclopædia Universalis, 2007.
  3. Gabor Takacs, « Selected new Egypto-Afrasian correspondences from the field of anatomical terminology », in Papers from the 8th Italian Meeting of Afroasiatic Linguistics, Naples, 1995,
    • Alain Anselin, L'Oreille et la Cuisse. Essais sur l'invention de l'écriture hiéroglyphique égyptienne, éd. Tyanaba, 1999.[réf. incomplète]
  4. Edward Lipiński, Semitic Languages: Outline of a Comparative Grammar Volume 80 of Orientalia Lovaniensia analecta, Peeters Publishers, (ISBN 9042908157, lire en ligne), p. 21
  5. Masudi's The Meadows of Gold (947 AD); Wahb ibn Munabbih (738) included among Cush's offspring "the "Qaran", the Zaghawa, the Habesha, the Qibt, and the Barbar".
  6. Marianne Bechaus-Gerst et Roger Blench, The Origins and Development of African Livestock: Archaeology, Genetics, Linguistics and Ethnography - "Linguistic evidence for the prehistory of livestock in Sudan" (2000), Routledge, (ISBN 1135434166, lire en ligne), p. 453
  7. Peter Behrens, Libya Antiqua: Report and Papers of the Symposium Organized by Unesco in Paris, 16 to 18 January 1984 - "Language and migrations of the early Saharan cattle herders: the formation of the Berber branch", Unesco, (ISBN 9231023764, lire en ligne), p. 30
  8. Classification de Sasse. Sasse, 1979, p. 3-4 et Sasse, 1982, p. 15.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Mous, Marten, A Grammar of Iraqw, Kuschitische Sprachstudien 9, Hamburg, Hemut Buske Verlag, 1993, (ISBN 3-87548-057-0)
  • (en) Sasse, Hans-Jürgen, The Consonant System of Proto-East Cushitic (PEC), Afroasiatic Linguistics, Volume 7:1, Malibu, Undena publications, 1979.
  • (en) Sasse, Hans-Jürgen, An Etymological Dictionary of Burji, Kuschitische Sprachstudien 1, Hamburg, Hemut Buske Verlag, 1982, (ISBN 3-87118-561-2)
  • (fr) Morin (Didier), Typologie grammaticale du couchitique : le cas de l’afar et du somali, thèse de doctorat d’Etat, université Paris III, 1985, 2 tomes
  • (en) Tosco (Mauro), «Cushitic Overview», Journal of Ethiopian Studies, n° XXXIII-2, 11/2000, pp. 87-121

Liens externes[modifier | modifier le code]