Acide alpha-lipoïque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide alpha-lipoïque
Modèle 3D

L'acide alpha-lipoïque (ALA) est un coenzyme complexe, fabriqué par notre organisme à partir d'un acide aminé soufré, la cystéine. Considéré comme un des antioxydants les plus puissants à ce jour, il intervient de manière prépondérante dans la lutte contre les radicaux libres produits principalement lors de la respiration cellulaire au niveau des mitochondries et dans la détoxification des métaux lourds de notre organisme. Il peut aussi servir temporairement à épargner les vitamines C et E en cas de carence de ces dernières.

L’acide lipoïque est fourni à l’organisme humain à partir d’aliments d’origine animale (viande rouge, foie, cœur et reins) ou végétale (épinards, brocoli, tomates, choux de Bruxelles, pommes de terre, pois et riz). Sa biodisponibilité est variable ; pour les formes chimiques pures en solution aqueuse, elle a été estimée inférieure à 40 %. Elle est fortement réduite en présence d’aliments, ce qui fait en sorte qu’on conseille de prendre la molécule en dehors des repas. La quantité d’acide lipoïque retrouvée dans les compléments alimentaires (de 200 à 600 mg) serait d’environ 1.000 fois plus élevée que la quantité habituellement fournie par l’alimentation[1]. Ses potentialités antioxydantes ont été largement mises en avant et sous-tendues par de multiples propriétés faisant partie de la panoplie classique des antioxydants. Par ailleurs, une série de propriétés potentiellement intéressantes pour la santé humaine ont été décrites pour cette substance[2] dont certaines dépassent les simples potentialités d’un antioxydant. Sa relative innocuité a fait en sorte que l’acide lipoïque devienne un constituant répandu de préparations de style « compléments alimentaires » pour lesquelles diverses allégations santé ont été avancées dans le cadre de l’anti-âge, du diabète (traitement des polyneuropathies diabétiques), des maladies cardiovasculaires (athérosclérose, dysfonction endothéliale), de l’hypertension ou de l’inflammation (antiinflammatoire). On évoque aussi des propriétés hépatotropes (alcoolisme, intoxications par champignons ou métaux lourds) ou certaines applications chez les sidéens.

En Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, le Conseil Supérieur de la Santé émet une opinion d'expert quant à l’innocuité de la commercialisation de compléments alimentaires contenant de l'acide alpha-lipoïque (environ 260 produits enregistrés en Belgique) destinés à la population générale. A ce sujet, le Conseil recommande de considérer l'acide alpha-lipoïque comme un médicament et non comme un complément alimentaire (composant) et donc de retirer ces produits du marché des compléments alimentaires en vente libre au grand public[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Goraca A, Huk-Kolega H, Piechota A, Kleniewska P, Ciejka E, Skibska B. Lipoic acid - biological activity and therapeutic potential, Pharmacol Rep 2011;63:849-58
  2. (en) Petersen Shay K, Moreau RF, Smith EJ, Smith AR, Hagen TM. Alpha-lipoic acid as a dietary supplement: Molecular mechanisms and therapeutic potential, Biochim Biphys Acta 2009;1790:1149-60
  3. « Innocuité de l’acide alpha-lipoïque dans les compléments alimentaires » [PDF], AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N° 9274, Conseil Supérieur de la Santé,‎ (consulté le 9 juillet 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]