Accident nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux de 1969

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Accident nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux de 1969
Coordonnées 47° 43′ 26″ nord, 1° 35′ 01″ ouest

Criticité de l'accident sur l'échelle INES

L’accident nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux de 1969 est un accident nucléaire qui s’est produit le à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, en France.

(Il y a aussi eu une autre fusion du réacteur en 1980.)

Circonstances[modifier | modifier le code]

Le , 50 kg de dioxyde d’uranium sont entrés en fusion au cœur du réacteur lors d’une opération de chargement du réacteur graphite-gaz no 1, sur l’ancienne centrale[1].

La contamination aurait été limitée au site mais aucune information n’a été révélée à la population[2]. À l’époque, cet accident nucléaire, qui aurait dû, de par sa gravité, être classé de niveau 4 sur l’INES, a été qualifié d’incident par EDF car, toujours selon EDF, il n’aurait pas entraîné de dommages vis-à-vis des personnes, des biens ou de l’environnement extérieurs au site[1].

Le nettoyage[modifier | modifier le code]

Un an après l’accident, le temps que le combustible nucléaire refroidisse, les opérations de nettoyage commencent. Celles-ci ont été faites principalement à l’aide de moyens commandés à distance[3], mais ont aussi mobilisé des centaines de « nettoyeurs ». Les nettoyeurs restaient de l’ordre de 2 min dans l’enceinte[1] (une dizaine selon l’IRSN[3]).

Au terme des opérations de nettoyage, 47 kg d’uranium ont été récupérés. Le réacteur a été redémarré le 16 octobre 1970[3].

Il a également été construit sur le site (hors zone) une maquette grandeur nature de l’ensemble à nettoyer pour entraîner les nettoyeurs afin qu’ils puissent travailler plus vite[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Le jour où la France a frôlé le pire, Le Point, le 22 mars 2011, consulté le 20 mai 2015
  2. Nucléaire : la politique du mensonge ?, reportage vidéo de Jean-Baptiste Renaud pour Spécial Investigation, diffusé sur Canal+ le 4 mai 2015.
  3. a b et c Note d’information sur les accidents ayant affecté les réacteurs nucléaires du site de Saint-Laurent-des-Eaux en 1969 et en 1980, site de l’IRSN, le 18 mai 2015, consulté le 19 mai 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé et Olivia Recasens, « Le jour où la France a frôlé le pire : Exclusif. C’est à Saint-Laurent-des-Eaux qu’a eu lieu le plus grave accident nucléaire français », Le Point, no 20405 « Spécial nucléaire – 60 ans de secrets d’État, notre enquête »,‎ , p. 86-88 (ISSN 0242-6005, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Gabrielle Hecht et Michel Callon, The Radiance of France: Nuclear Power and National Identity after World War II. Inside Technology, MIT Press, (ISBN 9780262266178, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]