Abbaye de Saint-Pons de Gémenos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye Saint-Pons de Gémenos
Façade d'un édifice de style roman
Entrée de l'abbaye

Diocèse Diocèse de Fréjus-Toulon
Patronage Saint Pons
Fondation 1205
Fin construction XIIIe siècle
Dissolution 1791
Abbaye-mère Le Thoronet
Lignée de Cîteaux
Abbayes-filles Mollégès (1208-1790)
Almanarre (1220-1793)
Mont-Sion (1242-1791)
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style Romangothique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1926)[1]

Coordonnées 43° 17′ 30″ nord, 5° 39′ 43″ est
Pays Drapeau de la France France
Province Provence
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Commune Gémenos
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Pons de Gémenos
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Abbaye Saint-Pons de Gémenos

L’abbaye de Saint-Pons de Gémenos, en latin Sanctius Pontius, est une abbaye cistercienne sise sur la commune de Gémenos près d'Aubagne dans les Bouches-du-Rhône, en Provence.

L'abbaye est fondée par les moines du Thoronet pour héberger une communauté féminine ; celle-ci, spirituellement prospère, fonde à son tour trois abbayes-filles de moniales en Provence.

En 1426, lassées de l'insécurité du site, les religieuses quittent l'abbaye pour rejoindre la communauté de Marseille, moins exposée. Le lieu conserve une fonction monastique jusqu'à la Révolution, puis il est vendu comme bien national et sert à des usages industriels.

Le domaine, restauré au XXe siècle, est désormais un parc départemental, propriété du Conseil départemental.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est au pied du Massif de la Sainte Baume que fut fondée l'abbaye de moniales cisterciennes en 1205, par l'évêque de Marseille, Rainier, et le chapitre de la ville, sur des terres appartenant à l'abbaye de Saint-Victor de Marseille, sous la juridiction de laquelle elle restera placée[2]. Hélie de Tholon est connu comme étant témoin de cette fondation[3]. Elle l'est sous le vocable de Saint-Pons dont le culte se diffusa dans toute la Provence et le Languedoc. Elle prit le titre d'abbaye en 1223 et intègra l'Ordre de Cîteaux. Elle est ainsi la quatrième des « Sœurs provençales » de l'Ordre, avec Silvacane, Sénanque et le Thoronet, devenant la fille de cette dernière, dont l'abbé assure la direction spirituelle.

Grâce au travail important des religieuses et à l'énergie hydraulique du site, le lieu devient un centre de production agricole et industriel important pour l'économie de la région. C'est aussi le début des travaux d'asséchement des marais de Gémenos par Charles de Castillon, qui fait réaliser des travaux d'aménagement agricole (moulins). Dans le cadre de l'expansion du monachisme féminin en Provence en ce début de XIIIe siècle, elle essaime par trois fois[4]. Nous possédons l'extrait du jugement des commissaires apostoliques par lequel les biens de l'église des moines de Saint-Gervais de Fos sont donnés à l'abbesse de St Pons pour faire dans l'église de St Pierre de l'Almanare, au diocèse de Toulon, un monastère de religieuses de l'Ordre de Cîteaux, lequel sera soumis à celui de St Pons du Diocèse de Marseille[5].

Une convention entre l'abbesse de Saint-Pons et le prieur du monastère de Saint-Zacharie est passée concernant une exploitation agricole[6].

En 1407, les abbayes de l'Almanarre et de Saint-Pons fusionnent.

L'abbaye est abandonnée par les moniales en 1426, à cause du brigandage, des épidémies et des querelles politiques. Les sœurs rejoignent l'abbaye du Mont-Sion à Marseille[7].

Au XVIe siècle, la famille d’Albertas acquiert progressivement le vallon de Saint-Pons, et qui développera la papeterie pour en faire l'une des plus grande de la région. [8]

Après la Révolution, elle subit diverses transformations.

Le XIXe siècle de riches propriétaires se succèdent comme les frères Richard.

Au XXe siècle, les Laugier Montgolfier.

Aujourd'hui elle apparaît entièrement rénovée.

Architecture[modifier | modifier le code]

Dans la plus pure tradition romane cistercienne, elle conserve dans certaines de ses parties une influence gothique.

Église[modifier | modifier le code]

Cloître[modifier | modifier le code]

Bâtiments conventuels[modifier | modifier le code]

Filiation et dépendances[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Gémenos est fille de celle du Thoronet. Elle possède l'église paroissiale de Saint-Martin de Géménos dès sa fondation et est à l'origine de trois abbayes-filles :

Liste des abbesses[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • 1205 - Garsande ou (Gersande), première abbesse, noble femme [11]
  • 1264 - Marie Adhémar de Monteil, abbesse, noble femme
  • 1412 - Savie de Glandève, abbesse, noble femme

Statut actuel[modifier | modifier le code]

Propriété du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, elle accueille régulièrement des concerts de musique sacrée de tous les pays et des expositions. Les lieux sont surveillés par des gardes à cheval. Des visites guidées ont lieu les samedi et dimanche de 11h à 18h en compagnie d'un archéologue et d'un historien spécialistes des lieux. Elle fut inscrite aux monuments historiques par arrêté du

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Légendes sur le départ des moniales[modifier | modifier le code]

Une légende court sur les origines de sa disparition : « C'est par la fureur divine que l'abbaye fut détruite un soir de Noël, car les nonnes eurent le malheur d'ouvrir la porte de leur couvent à une bande de jeunes gens venus inspirés par le démon s'y livrer à la fornication. À la suite de cette orgie, Dieu fit éclater un orage terrible qui détruisit le couvent, faisant périr les jeunes gens et les nonnes»[12].

D'après le site départemental de Gemenos, la légende serait légèrement différente : "Dans le lit du Fauge prospère une algue rouge microscopique appelée "hildenbrandia rivularis", dont la présence ici relève du mystère. En effet, elle ne se développe ordinairement qu'en montagne, dans les torrents alpins, au contact d'une eau très pure. Aussi, du mystère à la légende, le pas a été allègrement franchi. On raconte qu'un groupe de chevaliers de retour de croisade, surpris à la tombée de la nuit par un gros orage, aurait fait halte au monastère de Saint-Pons pour demander asile. L’un des chevaliers entrant dans ces lieux et reconnaissant parmi les moniales Blanche de Simiane sa promise, insista fortement pour récupérer la jeune religieuse. Mais celle-ci, s’étant donnée à Dieu, fit le choix d’enjamber le pont de l’Abbaye où le torrent s’engouffre en grondant. Depuis, le sang vermeil de cette vierge aurait tapissé le fond du ruisseau. Des siècles d’eau limpide et parfois tumultueuse n’ont pas réussi à l’effacer.." [7]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alf. Saurel, Revue de Marseille et Provence, IX, 1863, p. 293-307. 348-360.
  • Alf. Saurel, Gémenos le Vieux, p. 453-470.
  • Gallia Christiana: I, 098-700
  • Gallia Christiana novissima, St Pons de Gémenos
  • Roseline Guyonnet-Dupeyrat, L'Abbaye de Sint-Pons de Gémenos, étude archéologique, descriptions des bâtiments conservés, notice dans Provence Historique, Aix-en-Provence, 1979, vol.29, n°116, pp.131-151.
  • Laurent Dailliez, Abbaye de Provence, Saint Pons de Gémenos 5, Presses Universitaires de Nice et de Corse, Coll:« Collection Connaissance de la Provence et de la Corse », Nice, 1978. 29. p.
  • Archives Départementales du Var série H.
  • Archives Municipales de Plan d'Aups Sainte Baume antérieures à 1790.
  • Archives Départementales (Draguignan), abbaye féminine de St Pons de Gémenos (XIIIe siècle)
  • Abbé C. Bonifay, Histoire du Monastère de Saint-Pons de Gémenos, (Bibl Arch. Dépt centre de Marseille côte 8F017.
  • M. Aubert, l'Architecture Cistercienne en France. Plan t. II. p. 187.
  • Anselme Dimier, moine cistercien auteur de l'article paru dans le recueil des plans d'église cisterciennes, publié sous l'égide de la Commission d'Histoire de l'Ordre de Cîteaux en 1949.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Abbaye de Saint-Pons », notice no PA00081280, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Nadine Hemard, Le théâtre religieux médiéval en lange d'oc, Genève Librairie Droz, 1998. p.295/655. pp.
  3. Généalogie de la Maison de Tholon, texte en ligne
  4. a et b Huguette Vidalou Latreille, Les Cisterciens en Provence, texte en ligne sur le site de la Société d'Histoire du Protestantisme du Midi Méditerranéen (SHPMM)
  5. Archives Départementales du Var, 1 cahier papier (copie du XVIIIe siècle) 1229, pièce 29 H 1.
  6. Arch. Var, 1 pièce papier 1233, côte 25H38.
  7. a et b « Saint-Pons », sur https://www.departement13.fr
  8. Fiona Unewisse, « Tourisme, la vallée de Saint Pons », sur https://www.laprovence.com
  9. Joseph. M. Chardon, Tableau Historique et politique de Marseille ancienne et moderne, 1817, P.63/300. pp.
  10. Fernand Benoit, Recueil des actes des Comtes de Provence
  11. Ot Gémenos, « Lieu Culturel Abbaye de Saint Pons », sur https://www.myprovence.fr
  12. Géraldine Surian 2005.texte en ligne