Îles-Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Îles-Laval
Les Îles-Laval, en bas à gauche.
Les Îles-Laval, en bas à gauche.
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Archipel Archipel d'Hochelaga
Localisation Fleuve Saint-Laurent / Rivière des Prairies
Coordonnées 45° 31′ 00″ N, 73° 51′ 00″ O
Nombre d'îles 4
Île(s) principale(s) Île Bigras, Île Pariseau, Île Ronde, Île Verte.
Géologie Île fluviale
Administration
Province Drapeau du Québec Québec
Région administrative Laval
Municipalité Laval (Québec)
Démographie
Population 1 021 hab. (2011 [1])
Autres informations
Fuseau horaire UTC−05:00 (Heure de l'Est)
Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal
(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Îles-Laval
Îles-Laval
Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Îles-Laval
Îles-Laval
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
Îles-Laval
Îles-Laval
Île au Canada

Îles-Laval
Îles-Laval
Les Îles-Laval, en bas à gauche.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Municipalité Laval
Statut Quartier
Constitution 1941
Démographie
Population 1 021 hab. (2011 [1])
Géographie
Localisation
Quartiers de la ville de Laval.

Îles-Laval est un archipel formant un quartier de la ville de Laval, au Québec. Il est constitué de quatre îles situées dans la rivière des Prairies, coincées entre l'île de Montréal, l'île Jésus et l'île Bizard, lesquelles font également partie de l'archipel d'Hochelaga[2].

Il s'agit du plus petit quartier de Laval, en superficie, et sa population est estimée à 1 021 habitants (2011)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1912, l'agence immobilière Gohier et Bigras fait l'acquisition des quatre îles de l'archipel dans le but de les développer[3].

En 1941, un groupe de propriétaires, mené par l'avocat Néopol Charbonneau, présente à la Législature du Québec une pétition visant à ériger le territoire des Îles-Laval en municipalité[3]. Le territoire est constitué en municipalité le sous le nom de Ville des Îles-Laval.

En 1965, la Ville des Îles-Laval est fusionnée aux 13 municipalités de l'île Jésus pour devenir la Ville de Laval actuelle[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'archipel est composé de :

Seule l'île Ronde, la plus petite, n'est pas habitée. Sur les trois autres îles se trouvent des maisons et des infrastructures. La plus grosse île de l'archipel est l'île Bigras et la plus petite, l'île Ronde (3 hectares).

Description[modifier | modifier le code]

On y trouve un centre culturel et sportif, une église catholique (Communauté Notre-Dame de l'Espérance) et une chapelle anglicane sur l'île. Les services religieux y sont cependant peu pratiqués depuis plusieurs années. Longtemps un endroit de villégiature d'été, l'expansion de la banlieue montréalaise vers la couronne nord de Montréal a modifié le paysage, mais certaines maisons laissent deviner leurs origines de camp d'été. Fait à noter : Les îles Bigras et Pariseau disposaient de trois plages de baignades très convoitées pendant la saison estivale ; ce qui a contribué à son développement.

Transport[modifier | modifier le code]

Grâce à la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes de l'organisme Exo, l'île Bigras et sa gare homonyme est desservie depuis la Gare centrale de Montréal, en moins de 30 minutes du centre-ville, et en moins d'un quart d'heure du bac à câble (Traverse Laval-sur-le-Lac/Île-Bizard) qui relie l'île Bizard à Laval (en saison). Un stationnement peut accueillir plusieurs véhicules.

Les cyclistes y découvriront un endroit paisible et bucolique ou ils pourront faire du vélo et pique-niquer en toute quiétude. Il est d'ailleurs possible de se rendre par train avec son vélo.

Bien que la ville de Laval soit desservie par le service d'autobus de la Société de transport de Laval, celle-ci n'offre aucune ligne qui dessert les Îles-Laval. Un arrêt d'autobus situé à l'entrée des Îles-Laval sur l'île Jésus dans le quartier Sainte-Dorothée permet un accès aux lignes 402, 404 et 903.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c «Sommaire du recensement 2011 par ex-municipalités», sur laval.ca (consulté le )
  2. Commission de toponymie du Québec
  3. a et b L'envol, Bulletin d'information Été 2016, Association des employés retraités de la Ville de Laval. (consulté le 13 janvier 2022)
  4. « Histoire et patrimoine - Îles-Laval », sur www.laval.ca (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]