Maurice Brocco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brocco.
Maurice Brocco
Brocco-portrait-du-coureur-cycliste.jpeg

Maurice Brocco en 1912

Informations
Surnom
Coco
Naissance
Décès
Nationalité
Équipes amateurs
1901 Bicycle Club Rémois
1908 Association Vélocipédique d'Amateurs
Équipes professionnelles
1907 Individuel
1908 Peugeot-Wolber et Griffon
1909 Individuel
1910 Legnano
1911 Monteil-Russian-America et Alcyon-Dunlop
1912 La Française-Diamant et Alcyon-Dunlop
1913 La Française-Diamant et Alcyon
1914 Gladiator-Dunlop et Dei-Pirelli
1919-1924 Individuel
Équipes dirigées
Principales victoires
10e étape du Tour de France, Luchon-Bayonne

Marie Maurice Brocco, né le à Fismes et mort le à Mûrs-Erigné[1], est un cycliste français professionnel de 1906 à 1927.

Biographie[modifier | modifier le code]

Brocco est issu d'un famille arrivée de Suisse italienne, à Fismes au XIXe siècle[2]. Son pére, Louis Paul, est peintre.

Brocco "monte" à Reims et devient membre du Club Athlétique Rémois. Il y côtoie Léon Hourlier, et se fait une spécialité dans la course à pied[note 1]; dont une brillante victoire dans une course pédestre sur route d'environ 23 kilomètres, appelée "Marathon de Champagne"[3]. Il pratique aussi le vélo. Il est entraîné par Henry de César, célèbre en Champagne, qui était l'entraîneur officiel des stayers rémois.

Brocco est le premier à franchir le col de la Faucille (1 323 m) en 1911, dans la 4e étape Belfort- Chamonix (340 km) du Tour de France 1911[4]. La même année, durant la 9e étape, PerpignanLuchon, Henri Desgrange lui reproche d'avoir soutenu son leader, François Faber, en difficulté dans une ascension. À l'époque, le Tour se courait individuellement et aucune aide extérieure n'était autorisée, même d'un coéquipier. Brocco a fait appel de cette décision devant l’U.V.F. ; La sanction ayant besoin d'être entérinée à Paris, Brocco profite du règlement qui autorise les éliminés à poursuivre le trajet du Tour sans figurer au classement général. Maurice Brocco put prendre le départ de l'étape suivante, avec dans sa roue un Henri Desgrange décidé à le prendre en flagrant délit. Le défi fut relevé à la pédale, Brocco lâcha un à un les meilleurs pour l'emporter avec plus de 30 minutes d'avance ; 4ème à Barèges après l’ascension du Tourmalet, Brocco passe en tête au sommet du Col d'Aubisque et traverse Eaux-Bonnes (km 149) avec 16’ d’avance sur Gustave Garrigou et Émile Georget. Brocco poursuit sa route pour brillamment remporter cette étape avec 34’ d’avance sur Garrigou, plus que jamais solide leader de l’épreuve. Ce qui ne l'empêcha d'être mis dans le train, le soir, par le patron du Tour[2]. Brocco remporte cette 10e étape afin de montrer à Henri Desgrange sa valeur, puis quitte le Tour 1911. Ce dernier s’en étonne dans les colonnes de L'Auto : « Pourquoi avoir attendu que l’on vous exclue de la course pour faire vos preuves ? ».

Il se marie avec Pauline Eugénie Besnier, le 18 avril 1916, à Paris.

Brocco est une des attraction, du Vel'd'Hiv. Ernest Hemingway, assidu des Six jours de Paris, est son supporter n° 1. C'est aux Etats-Unis que Brocco est allée chercher la gloire en remportant les Six jours de New York et de Chicago. Outre-Atlantique, les organisateurs lui firent des ponts d'or, faisant de ce « little fellow of Fismes » un des pistards le mieux payé[2]. Sur toutes les pistes du monde, c'était Coco. Quand il courait, les gens chantaient « Hardi Coco, Hardi Coco. T'es bien le roi du vélo »[5]. Jimmy pour les américains qui le considèrent, par suite de la consonance de son nom, comme un Italien, et qu'ils annoncent comme tel depuis que Brocco participe à leurs épreuves[6].

La retraite sportive venue, il devient patron de café à Granville puis à Vire. Le coureur devient un dirigeant de club, Vire devint un point de passage obligé du Tour de France pendant plusieurs années. Coco suivit le Tour comme consultant du journal Paris-Soir où ses chroniques étaient appréciées[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1908 : abandon (9e étape)
  • 1910 : abandon (6e étape)
  • 1911 : éliminé (9e étape) et vainqueur d’une étape. Brocco est mis hors-course lors de la 9e étape et remporte la 10e.
  • 1912 : abandon (3e étape)
  • 1913 : abandon (3e étape)
  • 1914 : 23e

Tour d’Italie[modifier | modifier le code]

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • Paris 1907
    • médaille de bronze, monde Médaillé de bronze du demi-fond amateurs

Six jours[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. César Algave est à la fois président du Bicycle club rémois et du Club Athlétique Rémois, les courses à pied ont lieu au vélodrome de la Haubette

Références[modifier | modifier le code]

  1. [(fr) Archives départementales de la Marne, Registres d'état civil, Naissances 1883, page 5 (page consultée le 17 mars 2016)]
  2. a, b, c et d Jean-Pierre Prault, Sur la piste de Coco le Fismois, Fismes Aujourd'hui, Mairie de Fismes, no 81, janvier 2016, p. 28-29
  3. La Vie au grand air du 15 juin 1917 disponible sur Gallica
  4. Jean-Paul Vespini, Le Tour de France Pour les Nuls, EDI8, 11 avr. 2013 - 384 pages
  5. Le diable rouge, Alfred Letourneur dans l'enfer des Six Jours, Françoise Vincent, éditions AkR, collection Témoignages en regard, 2005, 204 pages
  6. The New Yortk Times du 23 décembre 1921
  7. Article de la revue, La Pédale du 29 avril 1924 disponible sur Gallica
  8. The New-York Times du 12 décembre 1920
  9. The New-York Times du 11 décembre 1921

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Prault, Maurice Brocco, de Fismes à New York, préfacé par Jean-Marie Leblanc, directeur du Tour de 1988 à 2007.
  • Jean-Pierre Prault, « Sur la piste de Coco le Fismois », Fismes Aujourd'hui, Mairie de Fismes, no 81,‎ , p. 28-29 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Images externes
Photographies de presse sur le site de la Bibliothèque nationale de France BnF
Images externes
Photographie de la collection George Grantham Bain Bibliothèque du Congrès