Énergie éolienne en Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parc éolien au Xinjiang vu de la ligne ferroviaire Lan-Xin en mai 2008.

L'énergie éolienne en Chine prend une place de plus en plus significative dans le bouquet énergétique chinois : l'éolien fournissait 3,8 % de la production électrique chinoise en 2016 et 5,2 % en 2018, avec des taux de croissance très élevés : +19 % en 2015, +28 % en 2016.

La Chine était en 2018 au 1er rang mondial pour la production d'électricité éolienne avec 31 % du total mondial, devant les États-Unis (23 %).

La Chine est depuis 2010 au 1er rang mondial pour sa puissance installée éolienne, qui a atteint 211 392 MW fin 2018, soit 36 % du total mondial, dont 4 588 MW d'éolien en mer. Le gouvernement chinois vise 200 GW éoliens pour 2020 et 1 000 GW (17 % des besoins en électricité) en 2050. La Chine est au 3e rang mondial de l'éolien en mer avec 4 588 MW fin 2018, derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne ; elle s'est placée en 2018 au 1er rang mondial pour les nouvelles installations en mer.

Le facteur de charge moins élevé des parcs éoliens chinois (1 800 heures par an en moyenne, contre 2 300 aux États-Unis) explique que sa production soit restée inférieure à celle des États-Unis jusqu'en 2015 ; ceci provenait en partie de retards dans le raccordement des nouveaux parcs.

En tant que fabricant de systèmes éoliens, la Chine est devenue dès 2010 le numéro un mondial, dépassant le Danemark et l'Allemagne. En 2015, cinq des dix principaux fabricants mondiaux étaient chinois, dont le numéro un mondial Goldwind.

Potentiel éolien[modifier | modifier le code]

Le potentiel éolien théorique du pays est estimé à 3 000 GW, mais le Chinese Meteorology Research Institute estime le potentiel exploitable à 250 GW à terre et 750 GW en mer. La loi chinoise sur l'énergie renouvelable de février 2005 a encouragé financièrement le développement de l'éolien. Les régions les plus équipées fin 2008 étaient la région autonome de Mongolie-Intérieure (31 % de la capacité nationale), suivie par les provinces de Liaoning, Hebei et Jilin. Le premier parc en mer, installé fin 2007 sur la plate-forme pétrolière Bohai Suizhong 36-1 de CNOOC, a produit 3,3 GWh la 1re année[1].

Production[modifier | modifier le code]

Production d'électricité éolienne des trois pays en tête
Sources : Agence internationale de l'énergie[2] ; 2017-18 : EurObserv'ER, Energy Information Administration et BP

La Chine était en 2016 le 1er producteur mondial d'électricité éolienne avec 237 TWh, soit 24,8 % du total mondial, devant les États-Unis, deuxièmes avec 229 TWh[3].

La part de l'éolien dans la production d'électricité du pays en 2016 était de 3,8 %[2]. Elle est passée en 2018 à 5,2 % avec une production estimée à 366 TWh, soit 31 % du total mondial[4].

Évolution de la production d'électricité éolienne (TWh)[2]
Pays 1990 2000 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 % 2016* 2018est
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 0,002 0,6 44,6 70,3 96,0 141,2 156,1 185,8 237,1 24,8 % 366
variations +66 % +58 % +36 % +47 % +10,5 % +19 % +28 %
part prod.élec.** 0,05 % 1,1 % 1,5 % 1,9 % 2,6 % 2,75 % 3,2 % 3,8 % 5,2 %
Drapeau des États-Unis États-Unis 3,1 5,6 95,1 120,9 141,9 169,7 183,9 193,0 229,5 24,0 % 275[5]
* part dans la production mondiale ; ** part dans la production d'électricité en Chine
Source : 1990-2016 : Agence internationale de l'énergie ; 2018 : EurObserv'ER, Energy Information Administration

L'éolien représentait 1,9 % de la production chinoise d'électricité en 2011 et 2,4 % en 2012[6]. L'éolien est devenu en 2012 la 3e source d'énergie électrique en puissance installée (mais pas en production). Le Conseil d'État a publié en octobre 2012 un « Livre Blanc sur la politique énergétique de la Chine 2012 » qui fixe un objectif de 11,4 % de l'énergie primaire et 30 % de la puissance électrique en sources d'énergie non-fossiles ; à la fin 2012, elles atteignaient 29,5 % de la puissance installée électrique[7].

Puissance installée[modifier | modifier le code]

Parc éolien de Huitengxile, Mongolie-Intérieure.

La Chine est depuis 2010 au 1er rang mondial pour sa puissance installée éolienne, qui a atteint 208,8 GW fin 2018 ; les nouvelles installations de 2018 s'élèvent selon EurObserv'ER à 20,59 GW contre 15,03 GW en 2017, 19,3 GW en 2016 et 32,97 GW en 2015. La part de la production restée inutilisée pour retard du raccordement est tombée à 7 % contre 12 % en 2017[4].

Selon Global Wind Energy Council (en) (GWEC), la Chine a installé 21,2 GW d'éoliennes terrestres et 1,8 GW d'éoliennes en mer en 2018, se plaçant pour la première fois au 1er rang sur les deux marchés ; au total, sa part de marché atteint 45 % (45 % sur le marché des éoliennes terrestres et 40 % sur celui des éoliennes en mer) ; le total des installations augmente de 2,7 GW par rapport à 2017. Le parc terrestre total à fin 2018 atteint 206 804 MW, soit 36 % du parc mondial terrestre et le parc en mer 4 588 MW, soit 20 % du parc mondial en mer[8].

La puissance installée éolienne atteignait 188 232 MW fin 2017, soit 35 % du total mondial, alors que la population chinoise représente 19,3 % du total mondial. Cette puissance s'est accrue de 19 500 MW (+11,6 %) au cours de l'année 2017 ; ces nouvelles installations ont représenté 37 % du marché mondial de 2017[9].

La baisse du marché mondial en 2016 et en 2017 s’explique surtout par une baisse d’activité du marché chinois qui n’a installé que 19 500 MW en 2017 contre 23 370 MW en 2016 et 30 500 MW en 2015. L’objectif du gouvernement n’est plus de se lancer dans une course à l’installation, mais plutôt de contenir le marché pour que cette expansion soit mieux coordonnée avec les investissements en infrastructures réseaux. L’objectif premier est d’optimiser la production et le rendement de machines avec un rythme des connexions en fonction des capacités d’intégration des réseaux. Cette politique s’est traduite par une restriction des principaux marchés régionaux de l’éolien chinois, en particulier ceux du nord-est et du nord-ouest, où les pertes de production étaient particulièrement importantes. L’administration nationale de l’énergie (NEA) a focalisé les efforts d’investissement dans les provinces du sud, du centre et de l’est où les besoins en électricité sont plus importants et les réseaux plus développés ; le gouvernement a pour ce faire fortement réduit les incitations à la production et prévoit des réductions encore plus importantes[10].

Fin 2013, selon le China National Renewable Center, la puissance effectivement raccordée au réseau était de 75 480 MW alors que la puissance installée était de 91 424 MW ; la puissance non raccordée était donc tombée au-dessous de 20 %, ce qui dénotait un net assainissement après le coup de frein donné en 2012 par une nouvelle législation destinée à mieux contrôler le développement de la filière à la suite des excès constatés dans certaines régions riches en vent et désertiques qui avaient multiplié les parcs éoliens sans mettre en place les réseaux de transport nécessaires à l'évacuation de leur production ; le gouvernement chinois vise désormais 200 GW éoliens pour 2020[11].

Le facteur de charge moins élevé des parcs éoliens chinois (1 800 heures par an en moyenne, contre 2 300 aux États-Unis) explique que sa production reste largement inférieure à celle des États-Unis ; ceci est dû en partie à des retards dans le raccordement des nouveaux parcs : selon le Medium-Term Renewable Energy Market Report 2013 de l'Agence internationale de l'énergie, 20 % de la puissance éolienne du pays en 2012 attendait d'être connectée[12].

En 2011, la Chine a construit à elle seule 45 % de la puissance éolienne installée dans le monde dans l'année. La Chine est le deuxième producteur d'énergie éolienne au monde, mais en matière de puissance installée, elle a conquis la première place en 2011 avec 62,7 GW contre 46,9 GW aux États-Unis, et l'a gardée en 2012 avec 75,3 GW contre 60 GW ; en 2011, la Chine a raccordé 18 GW, près de trois fois plus qu'aux États-Unis et dix fois plus qu'en Allemagne ; en 2012, sa progression s'est ralentie : +13,2 GW (30 % du marché mondial), du fait de la décision du gouvernement d'améliorer le contrôle de qualité des permis de construire éoliens afin de mieux les coordonner avec les développements du réseau[6].

Principaux parcs éoliens chinois[modifier | modifier le code]

ferme éolienne de la province de Gansu], à Guazhou (mai 2013).

La base de données The Windpower recense 819 parcs éoliens chinois totalisant 60 820 MW en février 2016[13] et donne leur liste exhaustive[14].

Nom du parc Localisation Nb éol.* MW* Date mise en service
Ferme éolienne de Gansu[15] Gansu 5 160[n 1] 2009-2020
Dabancheng Wind Farm[16] Xinjiang 300 500 1986-2010
Huitengliang[17] Mongolie-Intérieure 200 300 2008-2010
* Nb éol.= nombre d'éoliennes ; MW : Capacité installée (MW).

Parcs éoliens en mer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des fermes éoliennes en mer.
Parc éolien du pont de Donghai (102 MW), Shanghai.

La Chine a installé 1,8 GW d'éoliennes en mer en 2018, se plaçant pour la première fois au 1er rang mondial sur ce marché, et portant la puissance installée des parcs éoliens en mer chinois à 4 588 MW. La Chine est au 3e rang mondial de l'éolien en mer derrière le Royaume-Uni (7 963 MW) et l'Allemagne (6 380 MW)[8].

L'éolien en mer a atteint 2 788 MW fin 2017, avec 1 161 MW installés en 2017 (+71 %), portant la Chine au 3e rang mondial de l'éolien en mer derrière le Royaume-Uni (6 836 MW) et l'Allemagne (5 355 MW) ; elle a dépassé le Danemark en 2016[9].

La Chine s'était donné pour objectif une puissance installée en mer de 5 GW en 2015 et de 30 GW en 2020, mais fin 2013, la puissance installée au large des côtes chinoises ne totalisait que 428 MW. Selon le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC), ce retard s'explique par le tarif trop bas prévalant jusqu'alors[n 2] et les démarches administratives trop complexes pour que les projets émergent. La Chine a adopté en juin 2014 un nouveau tarif d'achat pour l'éolien en mer : 0,75 Yuans/kWh (environ 8,9 c€/kWh) pour les parcs en haute mer et 0,85 Yuans/kWh (environ 10,1 c€/kWh) pour les projets près des côtes (nearshore)[18].

Nom du parc Localisation Nb éol.* MW* Date mise en service
Donghai Bridge[19] au sud de Shanghai 34 102 juillet 2010[20]
Jiangsu Rudong Wind Farm[21] Jiangsu 78 200 2012-2013
Datang Laizhou Wind Farm[22] Shandong 33 49,5 février 2014
* Nb éol.= nombre d'éoliennes ; MW : Capacité installée (MW).

En mars 2019, EDF Renouvelables signe un accord avec China Energy Investment pour co-construire et exploiter des parcs (Dongtai IV et V) au large de la province du Jiangsu pour une puissance de 500 MW[23].

Vers la fin de l'année 2009, la Chine a achevé son premier parc éolien au large, près de Shanghai Dongdaqiao.

Acteurs[modifier | modifier le code]

En tant que fabricant de systèmes éoliens, la Chine est devenue le numéro un mondial en 2013, dépassant le Danemark et l'Allemagne[24].

En 2015, selon une étude publiée le 22 février 2016 par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), General Electric a été détrôné par le groupe chinois Goldwind qui a installé 7,8 GW de turbines dans le monde dans l'année, devançant Vestas (7,3 GW) et General Electric (5,9 GW). En 2014, Goldwind était 4e avec 4,5 GW installés. La Chine a représenté en 2015 la moitié du marché mondial et cinq fabricants chinois apparaissent dans le top 10[25].

Parmi les dix premiers fabricants mondiaux en 2015, cinq sont chinois : Goldwind (1er rang), Guodian United Power (7e), Mingyang (8e), Envision (9e) et CSIC (Chongqing) Haizhuang Windpower Equipment (10e)[26].

Parmi les fabricants chinois, on peut citer :

  • Goldwind, installée à Urumqi, dans le Xinjiang, 1er fabricant mondial de turbines d'éoliennes[27], dont la part du marché chinois était de 19 % en 2014 avec 4 434 MW[28] ;
  • Guodian United Power Technology Company, filiale de China Guodian Corporation, isntallée à Pékin) : 11 % avec 2 582 MW ;
  • Mingyang Wind Power, installée à Zhongshan dans le Guangdong : 9 % avec 2 058 MW ;
  • Envision : 8 % avec 1 963 MW ;
  • XEMC : 8 % avec 1 781 MW ;
  • Shanghai Electric : 7 % avec 1 736 MW ;
  • Dongfang Electric, entreprise publique de fabrication d'équipements électriques installée à Chengdu dans le Sichuan : 6 % avec 1 298 MW ;
  • Windey, Sinovel, instalée à Pékin, etc.

Politique énergétique[modifier | modifier le code]

Parc éolien du Xian de Changdao dans le Shandong.

La Chine a utilisé jusqu'à 2018 le système des obligations et tarifs d'achat pour stimuler le développement des énergies renouvelables. Elle compte passer en 2019 aux méthodes fondées sur le marché en organisant ses premiers appels d'offres[8].

L’objectif de l’administration nationale de l’énergie (NEA) avancé dans le 13e plan quinquennal est de viser pour 2020 une puissance cumulée de 210 GW (dont 5 GW en mer) et une production de 420 TWh, soit 6 % de la production d'électricité du pays[10].

En octobre 2011, le gouvernement chinois a annoncé des objectifs très ambitieux : l'éolien devrait couvrir 17 % des besoins en électricité en 2050, ce qui suppose, compte tenu de l'augmentation très rapide de ces besoins, d'atteindre 1 000 GW de capacité éolienne en 2050, soit plus de cinq fois le total mondial de 2010. Des cibles intermédiaires de 200 GW en 2020 et 400 GW en 2030 ont été fixées. La Chine compte exploiter seulement l'éolien terrestre jusqu'en 2020, puis se lancer progressivement en mer, d'abord posé (jusqu'en 2030), puis flottant[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ensemble de 60 parcs, dont 20 dans la 1re phase de 3,8 GW et 40 dans la 2e phase de 8 GW ; 5,16 GW fin 2010 ; 12,71 GW prévus en 2015 ; 20 GW d'ici 2020.
  2. De 0,6235 à 0,737 Yuans/kWh pour les appels d'offres de 2010 portant sur quatre parcs totalisant 1 GW.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) World Energy Council (WEC), WEC survey of energy resources 2010, (lire en ligne [PDF]), p. 518-519.
  2. a b et c (en)« World : Electricity and Heat 2016 », Agence internationale de l'énergie, 21 septembre 2018.
  3. (en) Agence internationale de l’énergie (AIE), Key World Energy Statistics 2018, 19 septembre 2018, p. 10 [PDF].
  4. a et b (en) « Wind energy barometer 2019 » [PDF], EurObserv'ER, .
  5. (en) « Electric Power Monthly, January 2019 » [PDF], sur Energy Information Administration, dépendant du département de l'Énergie des États-Unis, (consulté le 10 mars 2019), p. 48.
  6. a et b Observ'ER, « chapitre 3 : détails par région et pays - Chine » dans La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde - 15e inventaire - Édition 2013 (consulté le 8 février 2014) [PDF].
  7. (en) « Global Wind Report 2012 - Annual market update » [PDF], Global Wind Energy Council, (consulté le 10 octobre 2013).
  8. a b et c (en) « Global Wind Report 2018 » [PDF], Global Wind Energy Council (GWEC), , p. 23 à 29
  9. a et b (en) « Global Wind Statistics 2017 » [PDF], Global Wind Energy Council (GWEC), .
  10. a et b Baromètre éolien 2018, EurObserv'ER, février 2018 [PDF].
  11. EurObserv'ER, « Baromètre éolien 2013 », février 2014.
  12. a et b Observ'ER, « chapitre 2 - Un aperçu des dynamiques régionales par filière » dans La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde - 15e inventaire - édition 2013 (consulté le 5 février 2014) [PDF].
  13. (en) « Countries », The Windpower (consulté le 13 mars 2016).
  14. (en) « China », The Windpower (consulté le 13 mars 2016).
  15. (en)« China's Jiuquan wind farm speeds up construction », Windpowermonthly, 19 juillet 2010.
  16. (en)« China – Dabancheng Wind Farm now has a combined generating capacity of 500 MW », siteEVWind, 5 octobre 2010.
  17. (en)« Project 2113 : CGN Inner Mongolia Huitengliang 300 MW Wind Power Project », UNFCC.
  18. « Offshore chinois - Nouveau tarif d'achat », Observ'ER, 15 juillet 2014.
  19. (en)« Donghai Bridge 100 MW offshore wind power demonstration project », 4Coffshore.com
  20. (en)« Wind blows in energy for Shanghai », Xinhua News, 7 juillet 2010.
  21. (en)« Jiangsu Rudong 150MW Offshore (Intertidal) Demonstration Wind Farm - phase I », « Jiangsu Rudong 150MW Offshore (Intertidal) Demonstration Wind Farm - phase II » et « Jiangsu Rudong 150MW Offshore (Intertidal) Demonstration Wind Farm - extension », site 4Coffshore.com
  22. (en)« Datang Laizhou Wind Farm Phase III », site 4Coffshore.com
  23. « EDF signe un accord avec CEI pour la construction d'un parc éolien offshore en Chine », investir.lesechos.fr, 25 mars 2019.
  24. (en)« China Leading Global Race to Make Clean Energy », New-York Times (consulté le 29 octobre 2013).
  25. «Éolien : General Electric détrôné par un groupe chinois », Les Échos, 23 février 2016.
  26. « Baromètre éolien 2015 », EurObserv'ER, février 2016 [PDF].
  27. (en)« Buoyant Goldwind posts $432m net profit for 2015 », Recharge, 29 février 2016.
  28. (en)« Global Wind Report 2014 », GWEC [PDF].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]