Énergie éolienne en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue aérienne d'un parc éolien en Espagne.

Le secteur de l'énergie éolienne en Europe assure 10,4 % de la production d'électricité de l'Union européenne en 2016 (41,2 % au Danemark, 24 % en Irlande, 23,3 % au Portugal) et représente 33 % de la puissance installée éolienne mondiale.

L'éolien en mer représente en Europe 9 % de la puissance installée éolienne fin 2017 ; 84 % de la puissance éolienne en mer mondiale se trouve en Europe.

Potentiel éolien de l'Europe[modifier | modifier le code]

Le potentiel éolien de l'Europe a été évalué par DTU Wind Energy (Université technique du Danemark) qui a publié un Atlas européen du vent pour les principaux pays[1] et pour l'offshore[2]. Une carte plus étendue est disponible[3].

Ces cartes montrent que les zones les plus favorables en Europe sont :

  • l'Écosse, les côtes nord et ouest de l'Irlande, les côtes ouest de la Norvège, de la Suède et de la Finlande, la côte nord-ouest du Danemark, la côte du golfe du Lion en France (basse vallée du Rhône et région de Narbonne à Carcassonne), la vallée de l'Ebre en Espagne ;
  • dans une moindre mesure : la plus grande partie de l'Angleterre, du Pays de Galles, de l'Irlande et des pays scandinaves ; la côte de la Galice en Espagne ; la Vendée, la Bretagne et les côtes de la Manche et de la mer du Nord ; la Crête et les îles de la mer Égée.

Pour l'offshore, on retrouve :

  • les côtes ouest et nord de l'Irlande, toutes celles de l'Écosse, la partie nord de la mer du nord, le golfe du Lion ;
  • secondairement, un ruban allant de la Galice à la Baltique en passant par la Vendée, la Bretagne, l'Irlande et l'Angleterre, la Manche et la Mer du Nord ; la moitié est et sud de la mer Égée.

Production éolienne en Europe[modifier | modifier le code]

Parc éolien offshore de Rødsand I et II (Nysted).

La production éolienne de l'Union européenne s'est élevée en 2017 à 353,5 TWh (estimation) contre 302,9 TWh en 2016, soit +16,7 % ; l'année 2016 avait été affectée de conditions météorologiques très défavorables dans les pays d'Europe du Nord et au Royaume-Uni, en Allemagne et en France ; en 2017, elles sont revenues à la normale : le facteur de charge est passé de 18,1 % en 2016 à 22,7 % en 2017 en Allemagne et de 27,8 % à 30,5 % au Danemark ; l'Allemagne (104,9 TWh) reste largement en tête devant l'Espagne (49,1 TWh) et le Royaume-Uni (45,5 TWh)[é 1].

Elle couvrait 10,4 % de la consommation électrique du continent en 2016 ; le Danemark avait le taux de pénétration le plus élevé : 36,8 %, suivi par l'Irlande : 27 % et le Portugal : 24,7 % ; l'Allemagne était à 16 % et la France à 4,4 %[4].

Production éolienne dans l'Union Européenne (GWh)
Pays 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017* Part (%)
prod.**
2016-17
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 37 793 48 883 50 670 51 708 57 357 79 206 78 598 104 900 15,3 %
Drapeau de l'Espagne Espagne 44 271 42 918 49 472 55 646 52 013 49 325 48 906 49 100 16,6 %
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 10 255 15 652 19 835 28 421 32 015 40 310 37 367 45 510 12,1 %
Drapeau de la France France*** 9 945 12 051 14 914 16 034 17 249 21 249 21 400 24 000 4,15 %
Drapeau de l'Italie Italie 9 126 9 856 13 407 14 897 15 178 14 844 17 689 17 492 5,1 %
Drapeau de la Suède Suède 3 502 6 078 7 165 9 842 11 234 16 268 15 479 17 100 12,5 %
Drapeau du Danemark Danemark 7 809 9 774 10 270 11 123 13 079 14 133 12 782 14 772 41,2 %
Drapeau de la Pologne Pologne 1 664 3 205 4 747 6 004 7 676 10 858 12 588 14 412 8,2 %
Drapeau du Portugal Portugal 9 182 9 161 10 259 12 014 12 111 11 608 12 474 13 040 23,3 %
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 3 994 5 101 4 981 5 627 5 797 7 550 8 170 10 223 7,8 %
Drapeau de la Roumanie Roumanie 306 1 388 2 640 4 520 6 201 7 063 6 590 7 100 12,4 %
Drapeau de l'Irlande Irlande 2 815 4 380 4 010 4 542 5 140 6 573 6 149 6 600 24,0 %
Drapeau de la Belgique Belgique 1 292 2 312 2 751 3 687 4 614 5 574 5 436 6 174 5,9 %
Drapeau de l'Autriche Autriche 2 064 1 936 2 462 3 152 3 846 4 840 5 235 6 100 8,0 %
Drapeau de la Grèce Grèce 2 714 3 315 3 850 4 139 3 689 4 621 5 146 5 676 8,5 %
Drapeau de la Finlande Finlande 294 481 494 774 1 107 2 327 3 068 4 802 4,9 %
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 681 861 1 221 1 374 1 331 1 452 1 425 1 450 4,1 %
Drapeau de la Lituanie Lituanie 224 475 540 603 639 810 1 136 1 357 11,2 %
Drapeau de la Croatie Croatie 139 201 329 517 730 796 1 014 1 107 6,3 %
Drapeau de la Hongrie Hongrie 534 626 770 718 657 693 684 700 1,7 %
Drapeau de l'Estonie Estonie 277 368 434 529 604 715 594 700 8,1 %
Drapeau de la République tchèque République tchèque 335 397 416 481 477 573 497 573 0,8 %
Drapeau de Chypre Chypre 31 114 185 231 182 221 226 211 4,4 %
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 55 64 77 83 80 102 101 211 2,2 %
Drapeau de la Lettonie Lettonie 49 71 114 120 141 147 128 150 2,0 %
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 6 6 6 6 6 6 6 6 0,02 %
Drapeau de la Slovénie Slovénie 0 0 0 4 4 6 6 6 0,04 %
Total UE-28 149 357 179 673 206 019 236 796 253 157 301 870 302 893 353 472 9,3 %
* estimation ; ** Part de l'éolien dans la production d'électricité du pays sur juillet 2016-juin 2017 ; *** hors DOM
sources : 2010-2015 : AIE[5] ; 2016-2017 : EurObserv'ER[é 1] ; part prod. : RTE[6]

La moyenne européenne de 9,3 % englobe aussi la Norvège (1,7 %) et l'Islande (0,05 %), pays membres de l'ENTSO-E, source de ces données.

Puissance installée éolienne[modifier | modifier le code]

Carte de la puissance éolienne installée en Europe fin 2013.

En 2017, 14 750 MW d'éoliennes ont été installés dans l'Union européenne, en progression de 22 % par rapport aux installations de 2016 (12,1 GW) ; 605 MW ont été mises hors service ; 12 181 MW ont été installés sur terre et 2 569 MW en mer, portant le parc éolien fin 2017 à 168 993 MW dont 153 795 MW à terre et 15 198 MW en mer. L'Allemagne reste en tête avec un parc de 55 602 MW, suivie par l'Espagne (23 170 MW), le Royaume-Uni (19 000 MW) et la France (13 559 MW) ; l'Allemagne a installé 6 440 MW, soit 43,7 % des nouvelles installations de 2017, suivie par le Royaume-Uni (2 783 MW) et la France (1 798 MW hors DOM)[é 2].

GWEC donne des statistiques plus élevées : 15 680 MW installés en 2017, dont 6 581 MW en Allemagne, 4 270 MW au Royaume-Uni et 1 694 MW en France ; le parc fin 2017 est estimé à 169 319 MW[g 1].

La puissance installée de l'Union européenne représente 33 % du total mondial fin 2017 ; les installations de l'année 2017 représentent 30,8 % du total mondial ; l'Europe est le 2e marché mondial derrière l'Asie (42,4 % du marché mondial) ; la Chine a elle seule a une part de marché supérieure de 32 % à celle de l'UE : 37,8 %[é 3].

Puissance éolienne installée dans l'Union Européenne (MW)
Pays 2008
[7]
2009
[8]
2010
[8]
2011
[9]
2012
[10]
2013
[11]
2014
[12]
2015
[13]
2016
[é 2]
2017
[é 2]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 23 903 25 777 27 214 29 060 31 308 34 660 39 128 44 942 49 592 55 602
Drapeau de l'Espagne Espagne 16 740 19 160 20 676 21 674 22 796 22 959 23 025 22 988 23 075 23 170
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 3 241 4 245 5 204 6 540 8 649 11 209 12 987 14 291 16 217 19 000
Drapeau de la France France 3 404 4 574 5 660 6 800 7 623 8 243 9 313 10 324 11 761 13 559
Drapeau de l'Italie Italie 3 736 4 849 5 797 6 747 8 144 8 557 8 638 8 973 9 384 9 743
Drapeau de la Suède Suède 1 021 1 560 2 163 2 907 3 745 4 382 5 425 6 029 6 495 6 721
Drapeau de la Pologne Pologne 472 725 1 107 1 616 2 497 3 390 3 836 5 100 5 747 6 397
Drapeau du Danemark Danemark 3 180 3 465 3 752 3 871 4 162 4 810 4 887 5 075 5 246 5 521
Drapeau du Portugal Portugal 2 862 3 735 3 898 4 083 4 525 4 731 4 947 5 034 5 313 5 313
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2 225 2 215 2 237 2 328 2 391 2 713 2 865 3 391 4 257 4 270
Drapeau de l'Irlande Irlande 1 002 1 310 1 428 1 631 1 738 2 049 2 262 2 440 2 827 3 365
Drapeau de la Roumanie Roumanie 10 14 462 982 1 905 2 783 2 953 2 976 3 025 3 029
Drapeau de la Belgique Belgique 384 563 911 1 078 1 375 1 653 1 959 2 169 2 383 2 848
Drapeau de l'Autriche Autriche 995 995 1 011 1 084 1 378 1 684 2 086 2 404 2 649 2 844
Drapeau de la Grèce Grèce 985 1 087 1 208 1 629 1 749 1 809 1 979 2 136 2 370 2 541
Drapeau de la Finlande Finlande 143 147 197 197 288 449 632 1 005 1 532 2 044
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 158 177 375 612 674 677 691 691 699 699
Drapeau de la Croatie Croatie nd nd nd nd nd 255 339 428 483 527
Drapeau de la Lituanie Lituanie 54 91 154 179 225 279 282 438 509 521
Drapeau de la Hongrie Hongrie 127 201 295 329 329 329 329 329 329 329
Drapeau de l'Estonie Estonie 78 142 149 184 269 248 300 300 310 310
Drapeau de la République tchèque République tchèque 150 192 215 217 260 262 278 281 282 282
Drapeau de Chypre Chypre 0 0 82 134 147 147 147 157 168 168
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 35 35 42 44 58 58 58 64 117 116
Drapeau de la Lettonie Lettonie 27 28 31 31 60 67 69 69 70 66
Drapeau de la Slovénie Slovénie 0,01 0,03 0,03 0 0 2 4 5 5 5
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 3 3 3 3 3 5 5 3 3 3
Drapeau de Malte Malte 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total EU-28 64 935 75 090 84 278 93 957 106 040 118 409 129 060 142 041 154 847 168 993

Parmi les autres pays européens ou voisins, on peut citer : la Turquie (6 857 MW en 2017), la Norvège (1 162 MW)[é 3], l'Ukraine (514 MW en 2016) et la Suisse (60 MW).

En 2014, l'Europe s'est trouvée reléguée au 2e rang du classement des continents par puissance éolienne installée avec 34,9 % du total mondial, derrière l'Asie qui a pris la tête pour la première fois ; en 2017, la part de l'Union européenne a reculé à 31,4 % contre 42,4 % pour l'Asie et 22,8 % pour l'Amérique ; les installations de l'année ont représenté 29,8 % du marché mondial contre 46,5 % pour l'Asie et 19,8 % pour l'Amérique[g 1].

En 2014, l'Allemagne à elle seule a installé 6 187 MW, soit près de 50 % du total européen ; elle a mis hors service 391 MW d'éolienne anciennes. Cette forte montée en puissance s'expliquait par la volonté des développeurs d'installer le maximum d'éoliennes avant la mise en place de la réforme de la loi sur les énergies renouvelables, effective au 1er août 2014, qui supprime le tarif d'achat garanti pour les installations de plus de 500 kW et généralise le système de vente directe plus prime de marché, optionnel depuis 2012 ; elle limite de plus les installations annuelles terrestres dans une fourchette de 2400 à 2 600 MW et l'offshore à 6 500 MW d'ici 2020[11].

Les pays européens les plus engagés dans l'éolien sont le Danemark, l'Irlande, la Suède, l'Allemagne, le Portugal et l'Espagne :

Puissance éolienne par habitant dans l'Union Européenne (W/hab.)*
Pays 2014 2015[12] 2016[13] 2017[é 4]
Drapeau du Danemark Danemark 862 886 918 960
Drapeau de l'Irlande Irlande 493 537 585 705
Drapeau de la Suède Suède 562 619 662 672
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 501 554 609 671
Drapeau du Portugal Portugal 471 490 509 515
Drapeau de l'Espagne Espagne 494 496 496 498
Drapeau de la Finlande Finlande 115 184 279 371
Drapeau de l'Autriche Autriche 246 281 303 324
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 194 214 230 289
Drapeau de la Belgique Belgique 175 198 212 251
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 169 201 246 250
Drapeau de la Grèce Grèce 180 199 220 236
Drapeau de l'Estonie Estonie 230 254 236 236
Drapeau de la France France** 145 155 175 202
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 106 112 173 196
Drapeau de Chypre Chypre 171 186 186 196
Drapeau de la Lituanie Lituanie 95 145 176 183
Drapeau de la Pologne Pologne 100 134 152 168
Drapeau de l'Italie Italie 143 147 153 161
Drapeau de la Roumanie Roumanie 162 150 153 154
Drapeau de la Croatie Croatie 80 100 110 127
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 95 96 97 98
Drapeau de la Lettonie Lettonie 33 35 35 34
Drapeau de la Hongrie Hongrie 33 33 33 34
Drapeau de la République tchèque République tchèque 27 27 27 27
Drapeau de la Slovénie Slovénie 2 2 2 2
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 1 1 1 1
Drapeau de Malte Malte 0 0 0 0
Total UE-28 258 279 301 330
* estimation ; ** hors DOM
Parc éolien offshore « Alpha ventus » en mer du Nord.

Les fermes éoliennes en mer (éolien offshore) prennent une part grandissante dans cet essor : fin 2017, la puissance installée totale d'éolien en mer en Europe atteignait 15 786 MW, soit 84 % du total mondial ; elle a progressé de3 154 MW dans l'année, dont 1 680 MW au Royaume-Uni et 1 247 MW en Allemagne. Cette puissance se répartit en 6 836 MW au Royaume-Uni, 5 355 MW en Allemagne, 1 271 MW au Danemark, 1 118 MW aux Pays-Bas, 877 MW en Belgique, 202 MW en Suède, 92 MW en Finlande et 25 MW en Irlande[g 2].

Les statistiques d'EurObserv'ER, qui intègrent les parcs éoliens installés mais pas encore connectés au réseau (nombreux en Allemagne), recensent 2 250 MW d'installations en 2014 contre 1 817 MW en 2013. la puissance cumulée atteindrait ainsi 9 243 MW fin 2014, soit 7,1 % de la puissance éolienne de l'Union. L'Allemagne a installé 1 437 MW, portant son parc offshore à 2 340 MW et le Royaume-Uni a installé 724 MW sur les 3 premiers trimestres, portant son parc à 4 420 MW[11].

Installations annuelles à terre et en mer[14],[g 2]
MW à terre en mer total
2001 4 377 51 4 428
2002 5 743 170 5 913
2003 5 186 276 5 462
2004 5 749 90 5 839
2005 6 454 90 6 544
2006 7 097 93 7 190
2007 8 632 318 8 950
2008 8 109 373 8 482
2009 9 704 575 10 279
2010 9 030 883 9 913
2011 8 920 874 9 794
2012 10 937 1 166 12 103
2013 9 592 1 567 11 159
2014 11 121 670 11 791
2015 9 772 3 028 12 800
2016 10 971 1 520 12 491
2017 12 526 3 154 15 680

Industrie européenne de fabrication d'éoliennes[modifier | modifier le code]

Plusieurs des principaux fabricants mondiaux d'éoliennes sont européens, en particulier le pionnier de cette industrie, le danois Vestas, ainsi que l'allemand Siemens Wind Power, le français Areva Wind (dont les usines sont en Allemagne), les espagnols Gamesa et Acciona Windpower.

L'année 2015 a été une année faste pour l'industrie, après trois années difficiles : Vestas, numéro un mondial des turbines éoliennes, a annoncé des profits record sur 2015, à 685 millions d’euros (+75 %), pour un chiffre d’affaires de 8,4 milliards (+22 %) ; après avoir fortement réduit ses effectifs entre 2011 et 2013, de 22 000 à 17 000, Vestas a recommencé à recruter, employant 20 000 personnes à la fin de 2015. Un large mouvement de consolidation a touché le secteur : Gamesa a indiqué être en discussions pour une reprise par l’allemand Siemens, qui dispute à Vestas le rang de leader mondial, après avoir fusionné ses activités offshore avec celles d’Areva début 2015 ; General Electric, autre géant des turbines, a repris les activités d’Alstom dans ce domaine en novembre tandis que l’allemand Nordex fusionnait en octobre avec son concurrent espagnol Acciona Windpower[15].

Politique énergétique[modifier | modifier le code]

Petite ferme éolienne offshore britannique (Burbo Bank), dans la lumière d'un coucher de soleil automnal.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le développement des énergies renouvelables est un des éléments importants de la politique énergétique de l’Union Européenne. Le livre blanc de 1997 fixe l’objectif de 12 % d’énergie renouvelable commercialisée pour l’Union en 2010. Par la suite, la directive électricité renouvelable (2001) fixait l’objectif indicatif de 21 % d’électricité renouvelable dans la consommation brute de l'Union en 2020.

Le Paquet climat-énergie adopté en décembre 2008 fixait l'objectif « 20-20-20 » ou « 3x20 » visant à :

La directive « Énergies renouvelables » 2009/28/CE[16], une des composantes principales du Paquet climat-énergie, fixe les objectifs de chaque pays concernant la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale en 2020.

Eurostat publie les statistiques de suivi de ces objectifs : en 2013, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie de l'Union européenne atteignait 15,0 % (contre 8,3 % en 2004) et était donc en ligne avec la trajectoire prévue pour parvenir à 20 % en 2020[17].

Le Conseil des ministres de l'Union européenne a adopté le 24 octobre 2014 un accord qui engage leurs pays à porter la part des énergies renouvelables à 27 % en 2030[18].

Subventions aux éoliennes[modifier | modifier le code]

Éoliennes en Camargue, à proximité du Grand-Rhône.

En Europe, le système de soutien le plus utilisé pour compenser le manque de compétitivité de l'éolien, à la suite de la mise en place de la Directive 2001/77/EC, est celui des tarifs d'achat réglementés (en anglais : feed-in tariff, c'est-à-dire tarif d'injection [au réseau]) : les fournisseurs d'électricité ont l'obligation légale d'acheter toute la production des installations de production d'électricité à partir d'énergie renouvelable, pendant 10 à 20 ans, à des tarifs fixés par l'administration ; le surcoût de ces tarifs par rapport aux prix du marché de gros est remboursé aux fournisseurs au moyen d'une surtaxe sur les factures d'électricité des consommateurs :

  • en France, le tarif d'achat réglementé a été fixé pour l'éolien par l'arrêté du 17 novembre 2008 à 8,2 c€/kWh (indexé ensuite selon une formule qui l'amenait en 2012 à 8,74 c€/kWh)[19] ; le surcoût par rapport au prix du marché (moyenne prévue en 2015 : 42,6 /MWh), calculé à 3 156 M€ en 2013 par la CRE qui l'évalue à 3 722,5 M€ M€ pour 2013 et 4 041,4 M€ M€ pour 2015, est répercuté sur les consommateurs d'électricité par le biais de la CSPE, fixée à 13,5 /MWh en 2013, 16,5 /MWh en 2014 et 19,5 /MWh en 2015 ; la compensation du surcoût des EnR représente 63,7 % de la CSPE, dont 15,3 % pour l'éolien[20] ;
  • en Allemagne, le tarif d'achat réglementé était en 2012 de 8,8 c€/kWh pour les éoliennes terrestres et 15,6 c€/kWh pour l'offshore ; il est répercuté sur les consommateurs d'électricité par le biais de l'équivalent de la CSPE, appelé EEG-Umlage qui atteignait 5,277 c€/kWh en 2013 (+0,25 c€/kWh de taxe pour l'offshore) sur un prix moyen de l'électricité pour un ménage-type allemand de 28,5 c€/kWh[21] ;
  • un autre dispositif fréquemment utilisé est celui des appels d'offres : en France, il a pour finalité de soutenir les filières en retard de développement et est utilisé surtout pour les grandes installations (parcs éoliens en mer, grandes centrales solaires, centrales à biomasse, ...) ; la Cour des Comptes relève que certains appels d'offres n'ont pas atteint leurs objectifs (cahier des charges insuffisamment respecté par les projets, tarifs proposés trop élevés, nombre insuffisant de projets candidats, etc) : celui de 2004 lancé pour installer 500 MW d’éolien terrestre n’a retenu que 287 MW, soit 56 % de l'objectif ; celui de 2010 n'a retenu que 66 MW pour un objectif de 95 MW. Pire : de nombreux appels d’offres n’ont pas permis de limiter les prix proposés par les porteurs de projet, soit par manque de concurrence, soit du fait de difficultés techniques ayant incité les candidats à prendre des marges de risque importantes, en particulier celui qui a été lancé en 2011 pour des parcs éoliens en mer : le prix de référence fixé dans l'appel d'offres n'a pas été respecté pour trois des quatre sites concernés[22].

En réaction au poids croissant des subventions aux énergies renouvelables, la Commission européenne préconise des réformes pour améliorer l'efficacité des systèmes de soutien en accroissant leur sélectivité et en cherchant à insérer progressivement les EnR dans les mécanismes de marché[23] :

  • mécanisme de « prix de marché plus prime ex-post » (Feed-in-Premium ex-post, ou contrat pour différence) : un niveau de référence (target price) est défini par le régulateur ; le producteur vend l’électricité produite au prix de marché de gros, directement ou via un « intégrateur », notamment pour les acteurs sans accès direct au marché (petits producteurs) ; le producteur perçoit un complément de rémunération (« prime ») dans le cas où la différence entre le niveau de référence et le prix de marché est positive ; sinon le producteur doit verser le surplus perçu ;
  • lancement d'appels d'offres technologiquement neutres (mise en concurrence de l’ensemble des technologies).

Selon les syndicats professionnels (SER et CLER), les appels d'offres technologiquement neutres empêcheraient le développement de filières industrielles nouvelles ; pour eux, les appels d'offres devraient être réservés aux gros projets, de même que la mise en œuvre des contrats pour différence ; ils souhaitent que les petites installations continuent à bénéficier de l'obligation d'achat à tarif réglementé[24],[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 11.
  2. a, b et c p. 7-8.
  3. a et b p. 3.
  4. p. 13.
  1. a et b p. 2.
  2. a et b p. 4.
  • Autres références
  1. (en)European wind resources at 50 metres a.g.l, DTU Wind Energy
  2. (en)European Wind Atlas, map only, 300 dpi, jpg, DTU Wind Energy
  3. (en)European wind resources, DTU Wind Energy
  4. Le Monde.fr avec AFP, « En 2016, l’éolien a dépassé les capacités installées de centrales à charbon en Europe », sur Le Monde.fr, (consulté le 9 février 2017).
  5. (en)European Union - 28 : Electricity and Heat for 2015, Agence internationale de l'énergie, octobre 2017.
  6. Europe - Part de la consommation couverte par la production éolienne 2016-17, RTE, février 2018.
  7. [PDF] European Wind Map - 2008, sur le site ewea.org
  8. a et b [PDF] (en) Wind in power 2010 European statistics, sur le site ewea.org
  9. [PDF] (en) Wind in power 2011 European statistics, sur le site ewea.org
  10. [PDF] (en) Wind in power 2012 European statistics, sur le site ewea.org
  11. a, b et c [PDF] EurObserv'ER Baromètre éolien 2014 (pages 3 et 4), février 2015.
  12. a et b [PDF] EurObserv'ER Baromètre éolien 2015 (pages 6 et 7), février 2016.
  13. a et b [PDF] EurObserv'ER Baromètre éolien 2017 (pages 6 et 7), février 2017.
  14. (en)Wind in power - 2013 European statistics, site EWEA consulté le 14 mars 2014.
  15. L’électricité éolienne commence à s’imposer en Europe, Les Échos, 9 février 2016.
  16. Directive 2009/28/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009, base Eur-lex.
  17. Part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie, site Eurostat consulté le 13 mars 2015.
  18. Climat : accord européen sur une baisse de 40 % des gaz à effet de serre, Les Échos, 24 octobre 2014
  19. [PDF] Charges de service public de l’électricité constatées au titre de 2012, sur le site de la CRE.
  20. Délibération de la CRE du 15 octobre 2014 portant proposition relative aux charges de service public de l’électricité et à la contribution unitaire pour 2015, site CRE consulté le 4 janvier 2015.
  21. (de) BDEW, « Erneuerbare Energien und das EEG: Zahlen, Fakten, Grafiken (2013) » [PDF], BDEW, (consulté le 7 mars 2013), p. 41
  22. [PDF] Cour des comptes Rapport sur la politique de développement des énergies renouvelables, juillet 2013 (voir pages 51-52).
  23. Énergies vertes : Bruxelles choisit de ménager l'industrie, site du journal Les Échos consulté le 9 avril 2014.
  24. Réponse du SER à la consultation sur l'évolution des mécanismes de soutien, site du SER consulté le 11 mai 2014.
  25. Pour un système de soutien à l'électricité renouvelable juste et efficace, site du CLER consulté le 11 mai 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]