China National Offshore Oil Corporation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

中国海洋石油
China National Offshore Oil Corporation (CNOOC)
illustration de China National Offshore Oil Corporation

Création 1982
Forme juridique Entreprise d'ÉtatVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Pékin
Drapeau de Chine Chine
Activité Industrie pétrolièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 5 300[1][réf. à confirmer]
Site web www.cnooc.com.cnVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires non communiqué. 105 milliards de CNY pour Cnooc Ltd (voir article)

La China National Offshore Oil Corporation (CNOOC, chinois simplifié : 中国海洋石油总公司 ; chinois traditionnel : 中國海洋石油總公司 ; pinyin : Zhōngguó Háiyáng Shíyóu Zǒnggōngsī) est une compagnie pétrolière chinoise créée en 1982 et dont le capital est contrôlé en totalité par l'État chinois. Elle compte plusieurs filiales, certaines (CNOOC Limited) cotées à Hong Kong et à New York.

CNOOC est la troisième compagnie pétrolière chinoise derrière Sinopec et PétroChina, son rôle est plus orienté vers l'exploitation de ressources pétrolières et gazières extérieures à la Chine, en coopération avec des entreprises étrangères.

Histoire[modifier | modifier le code]

Incendie de la plateforme Penglai 19-3 le 6 avril 2021 vue par le satellite Sentinel-2

Le 23 juin 2005, CNOOC renchérit sur une offre publique d'achat amicale lancée par Chevron sur le groupe américain Unocal. La proposition de CNOOC valorise la société à 18,5 milliards de dollars contre 17 pour celle de Chevron. Il s'agit d'une offre en liquide. Pour financer cette acquisition, CNOOC bénéficie notamment, outre l'appui de sa maison mère, d'un prêt de 6 milliards de dollars de l'Industrial Commercial Bank of China. Aux États-Unis, cette opération, venant de l'étranger et touchant un secteur stratégique, est soumise à l'accord du Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis (Committee on foreign investments in the United States - CFIUS). L'événement a eu un écho médiatique important. Finalement, l'offre de Chevron a été retenue.

En 2005, CNOOC rachète une part de 16,7 % dans MEG Energy (en), qui exploite des sables bitumineux au Canada, pour un montant de 122 millions de dollars canadiens (120,8 millions de dollars US)[2].

CNOOC a racheté, en 2007, 45 % de Samatro. Puis elle a investi 1,6 milliard d'euros pour forer dans le golfe de Guinée. Deux ans plus tard, elle a racheté les droits d'exploitation de gisements jusque-là concédés à Shell, ExxonMobil et Chevron, malgré les vaines tentatives de résistance de ces derniers. Coût: 21 milliards d'euros pour l'accès à 6 milliards de barils.

En novembre 2011, CNOOC rachète pour 2,1 milliards de dollars américains, Opti Canada, exploitant de sables bitumineux au Canada[3].

A fin 2011, les réserves prouvées de CNOOC représentent 3,19 milliards de barils équivalent pétrole pour une production de 909 000 barils équivalent pétrole par jour[4].

Le 23 juillet 2012, CNOOC annonce un accord pour le rachat du pétrolier canadien Nexen pour un montant de 15,1 milliards de dollars américains. Cet investissement est le plus important réalisé par une entreprise chinoise au Canada. CNOOC souhaite, à la suite de cette acquisition, installer son siège pour l'Amérique du Nord à Calgary[5].

En juin 2014, BP signe un contrat de vente de gaz naturel liquéfié sur 20 ans, d'un montant de 20 milliards de dollars avec CNOOC[6].

En décembre 2020, CNOOC est ajouté à la liste noire appelée Communist Chinese Military Companies, mise en place par le département de la défense des États-Unis, interdisant à des investisseurs américains d'investir dans ses titres financiers[7].

En janvier 2021, China National Offshore Oil Corporation est rajoutée à l'Entity List, une liste de sanction américaine lui interdisant de commercer avec des entreprises américaines[8].

Le 6 avril 2021, la plateforme pétrolière Penglai 19-3 prend feu, causant la disparition de plusieurs employés[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Energie : le chinois Cnooc acquiert Nexen », sur Le Monde, (consulté le 23 juillet 2012)
  2. « Le groupe pétrolier chinois CNOOC va racheter le canadien Nexen », sur le NouvelObs, (consulté le 23 juillet 2012)
  3. « Opti Canada rachetée par la chinoise CNOOC », sur Radio Canada, (consulté le 23 juillet 2012)
  4. (en)« CNOOC Limited Enters Into Definitive Agreement to Acquire Nexen Inc. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur cnooc.com, (consulté le 23 juillet 2012)
  5. « Pétrole : le chinois Cnooc annonce un investissement sans précédent au Canada », sur Boursorama, (consulté le 23 juillet 2012)
  6. BP to sign $20 billion LNG supply deal with China's CNOOC, Reuters, 17 juin 2014
  7. Basile Dekonink, « Le pétrolier chinois CNOOC sur la « liste noire » du Pentagone », sur Les Echos,
  8. (en) Mike Stone, Alexandra Alper et David Brunnstrom, « Trump administration takes final swipes at China and its companies », sur Reuters,
  9. (en) « Fire, oil spill at China's offshore Penglai platform », sur www.argusmedia.com, (consulté le 8 avril 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]