Élisabeth Chabin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élisabeth Chabin
Image dans Infobox.
Élisabeth Chabin en 2017.
Naissance
(78 ans)
Auxerre
Nationalité
Activités
Autres activités
Professeure d'arts plastiques
Formation
Mouvement

Élisabeth Chabin est une artiste peintre française née le à Auxerre (Yonne), active à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les exodes de la Seconde Guerre mondiale font naître Élisabeth Chabin de parents parisiens chez ses grands-parents à Auxerre. Elle passe les sept premières années de sa vie chez ces derniers, baignant immédiatement dans un milieu attiré par les lettres, la peinture et la musique, avant de rejoindre ses parents à Paris. Elle fréquente librement l'École nationale supérieure des beaux-arts[1], le concours de la Ville de Paris où elle soutient une thèse sur les arts populaires l'habilitant à enseigner, dès 1965, en tant que professeur d'État d'arts plastiques. En fin des années 1960, elle effectue un stage à la Maison Pellerin (Imagerie d'Épinal) où elle s'adonne à la création dans les arts appliqués.

Figurative dans ses thèmes — notamment le corps humain, les nus, les couples enlacés, les arbres —, ses sources d'inspiration peuvent se situer dans plusieurs séjours qu'elle effectue au Maroc où la découverte du désert l'oriente picturalement vers « une matière plus dense venant accrocher le regard »[2], de même que l'été 1984 au plateau d'Albion lui offre la prise de conscience d'analogies formelles entre les troncs d'amandiers morts et les corps humains[3]. Elle se rapproche cependant ensuite de l'abstraction lyrique par une libre exubérance des formes et des couleurs qui, progressivement, l'achemine vers une pure recherche sur les formes et la lumière par quoi elle ne désavoue pas une parenté avec Mark Rothko, pour finalement « revenir vers une figuration essentielle qui se revendique exploration de son rapport aux mondes des vivants, à la nature, à ses aspirations spirituelles »[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions[modifier | modifier le code]

Esprit de la forêt, mars 2017, acrylique sur toile, 33x55cm, localisation inconnue.
Les Inspirés, 2017, acrylique sur toile, 61x46cm, localisation inconnue.
Personnelles
  • Centre régional d'art contemporain du château de Tremblay, Fontenoy (Yonne), 1974, 1978.
  • Maison de la Culture de Nevers, 1976.
  • Galerie Saint-Michel, Luxembourg, 1980, 1981.
  • Galerie Camille Renault, Paris, 1983.
  • Galerie Arcadia, Paris, [3].
  • Galerie Janine Lorcet, rue de Lappe, Paris, 1985, [4].
  • Galerie Kiroj, Saint-Germain-en-Laye, [5]
  • Galerie Dannenberg, 484 Broome Street, New York, novembre-[6], février-, octobre-, 1992.
  • Galerie Gaspard-Melchior, Paris, [7].
  • Galerie Christine Weinmann, rue des Jardins-Saint-Paul, Paris, 1989, , 1991, mars-[8].
  • Galerie C.C.C., Paris, 1993.
  • Galerie Christine Colas, Paris, [9].
  • Galerie Saint-Eman, Chartres, août-[2],[10].
  • L'Esquisse (Élisabeth Benoit), Genève, 1995.
  • Galerie Arte-Viva, Levallois-Perret, .
  • Le pouvoir de l'image - Œuvres d'Élisabeth Chabin, Kalari 7, cité de la Roquette, Paris, janvier-.
Collectives

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Des lignes tendrement infléchies suggérant, dans des contours volontairement flous et incertains, des corps passionnément entrelacés. » - Gérald Schurr[4]
  • « Mieux que de la peinture, Élisabeth Chabin nous permet de regarder des tableaux. Et cette fois, la langue est riche. Si riche, d'ailleurs, qu'il paraît présomptueux de s'essayer à accoler des mots à ces déferlements de couleurs, de vigueur, de mouvement et d'émotions. Pourquoi déflorer l'amoureuse brutalité de ces toiles sans afféteries, hors normes, hors cadre ? Délicatement brutales, exténuantes de vie, incapables de compromissions, ces toiles ne sont jamais faites pour plaire, jamais flatteuses. Bien entendu, c'est pour cette raison même que je les aime. » - Joëlle Lobut[15]
  • « Elisabeth Chabin has achieved much success in Paris where her new figuration works are very much in the newest manner. However, they are unique to her and embody qualities of many School of Paris painters. They are the forms of Henri Matisse, the colours of the early fauves, the gleeful spirit and motion of Marc Chagall, the bodies of Fernand Léger, just to begin the litany. Elisabeth Chabin's canvases have both the French energy and its spirit. Her paint and colour join in the pleasure and enjoyment of the dance. » - Artspeak New York[6]
  • « An abstract figurative artist : her works combine the traditional tactics of the classic with the freedom of abstract expression. » - Quek Swee Peng[12]
  • « Un panthéisme joyeux éclate dans les toiles de cette artiste qui manie la couleur et la forme avec une joie sauvage. Chabin nous offre une mythologie très personnelle où humains et chevaux caracolent de concert en des fresques animées. Tout cela est à la fois poétique, brutal, barbare et tendre. » - Marc Hérissé[8]
  • « Épurant plus que jamais son tracé, les œuvres de Chabin consument la matérialité des conventions pour ouvrir un univers de significations plus larges. Les pâtes tout en vibration sont très aérées et les teintes de plus en plus fluides. Soutenu par endroit de quelques traits appuyés, le graphisme se dilue volontairement dans l'espace du tableau. Se fondant ainsi dans une architecture sous-jacente, la composition recouvre des structures plus secrètes d'harmonie. » - Didier Henry[9]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Arménie
France

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Coral Dendroff et Della Butcher, Parisian artists in Singapore, Éditions Della Butcher Gallery, Singapour, 1988.
  2. a b et c « Élisabeth Chabin : communiquer au travers de son art », Chartres Magazine, n°168, juin 1995.
  3. a et b « Élisabeth Chabin », L'Œil, n°352, novembre 1984.
  4. a et b Gérald Schurr, « Élisabeth Chabin à la Galerie Janine Lorcet », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°40, 14 novembre 1986, page 93.
  5. « Élisabeth Chabin », revue Beaux-Arts, n°57, mai 1988.
  6. a et b Artspeak New York, 1er décembre 1989.
  7. La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°43, 8 décembre 1989, page 32.
  8. a et b Marc Hérissé, « Les expositions : Élisabeth Chabin », La Gazette de l'Hôtel, Drouot, n°13, 27 mars 1992, page 99.
  9. a et b Didier Henry, « Élisabeth Chabin », Arts Actualités Magazine, juin 1994, page 18.
  10. Michel Boudaud, « Peintures à l'Espace Saint-Eman - Élisabeth Chabin et Alain Sadania : la nature au-delà des images », La République du Centre, 16 août 1995.
  11. T. Sasitharan (en), « Arts and Leisure - Nine from Paris », The Straits Times, 10 septembre 1988.
  12. a et b Quek Swee Peng, « Ventures into the bold, bizarre and beautiful realms of the Parisian artists : spellbound », Business Times (Singapour), mars 1991.
  13. Renaud Ditte, Du camembert à l'art contemporain, présentation de l'exposition, 1991
  14. Gérard Roger-Gervais, L'esprit du camembert, Éditions Cheminements, 2003.
  15. Joëlle Lobut, Élisabeth Chabin, Suisse Imprimerie, 1990.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Coral Dendroff et Della Butcher, Parisian artists in Singapore, Singapour, Éditions Della Butcher Gallery, 1988.
  • Joëlle Lobut, Élisabeth Chabin, Suisse Imprimerie, 1990.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol.3, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne).
  • Gérard Roger-Gervais, L'esprit du camembert, Éditions Cheminements, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :