Jean-Michel Folon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Folon (homonymie).

Jean-Michel Folon est un artiste belge, né le à Uccle et mort le (à 71 ans) à Monaco[1]. Il a travaillé sur de nombreux matériaux et créé sous diverses formes : aquarelle, peinture, gravure, sculpture, tapisserie, timbres-poste, décors de théâtre[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant l’année académique 1954-1955, il suivra quelques mois les cours d’esthétique industrielle de l’Ecole nationale des Arts visuels de La Cambre. Il était doué pour le croquis mais il ne présentera pas ses examens de fin d’année. Encouragé par ses professeurs et son oncle Etienne Samson, il quittera Bruxelles pour Paris en 1955 et s’installera dans un pavillon de jardinier à Bougival.

Il se distingue bientôt dans le domaine de l'illustration par plusieurs styles (assumant une certaine filiation avec Saul Steinberg) caractérisé par de larges dégradés à l'aquarelle et l'utilisation récurrente de personnages au contour volontairement schématique. Leur expression égarée, leur errance en apesanteur dans de vastes paysages dénudés ou au contraire dans des espaces urbains oppressants et énigmatiques, parfaitement en phase avec les interrogations de la société occidentale de l'après mai 68 constituent sans doute le meilleur aspect de son œuvre. Il épouse Colette Portal, puis Paola Ghiringhelli en deuxièmes noces. Il meurt d'une leucémie le .

Occasionnellement comédien, il joue un rôle secondaire pour Michel Polac dans La Chute d'un corps. Puis il tient un rôle plus important pour Maurice Dugowson : il est un des trois principaux personnages de Lily aime-moi. On le retrouve dans le film suivant, F comme Fairbanks. En 1981, il a le premier rôle, auprès de Marlène Jobert dans le film L'Amour nu de Yannick Bellon.

Dans les années 1970, toute la France connait son style graphique grâce à deux génériques animés qu'il signe pour la télévision : celui de l'émission littéraire Italiques (1971-1974) avec la musique du film À l'aube du cinquième jour, composée par Ennio Morricone et celui du Grand Échiquier. Il crée, en collaboration avec le compositeur Michel Colombier, le générique d'ouverture et fermeture d'antenne d’Antenne 2, diffusé entre 1975 et 1983, où ses bonshommes bleus s'envolent sur une mélancolique cantilène pour hautbois et orchestre.

En 1980, la chanteuse Sheila fait référence à son œuvre dans Les sommets blancs de Wolfgang, deuxième 45 tours extrait de son album Pilote sur les ondes[3].

En juin 1983, il dessine le premier logo d'Apple, anciennement Macintosh, la société de Steve Jobs qui le remplace à la dernière minute au profit de Tom Hugues. Le contrat était de 1$ par ordinateur vendu. Compte tenu des 30 millions d'unités vendues en 15 ans, il passe à coté de la plus importante opération financière de sa carrière[4].

En 1985, une chanson titrée Comme dans les dessins de Folon figure dans l'album La langue de chez nous de l'auteur-compositeur-interprète Yves Duteil.

1989 marque son succès philatélique et public en France : il conçoit le logo de l’exposition internationale philatélique de Paris Philexfrance 89, et le logo Les Oiseaux pour la commémoration de la Révolution française, figurant sur de nombreux timbres et objets commémoratifs dans le monde.

En 1990, Ray Bradbury participe à la rédaction du livre, Folon's Folons du Metropolitan Museum of Art. Il avait illustré les Chroniques martiennes en 1979.

Jean-Michel Folon est aussi un ardent défenseur des droits de l'homme, il a notamment illustré diverses campagnes pour Amnesty International.

Fondation Folon[modifier | modifier le code]

L'artiste possède son propre musée, la « Fondation Folon », qu'il a lui même créée le . Celle-ci est située dans le parc du domaine Solvay à La Hulpe. Dans la ferme du château de La Hulpe conçue par l'architecte Jean-Pierre Cluysenaar, quinze salles d'exposition permettent au visiteur de découvrir plus de trois cents œuvres de l'artiste (aquarelles, peintures, sculptures, gravures, objets, affiches et illustrations), qu'il réalisa avec ses amis tels les sculpteurs César, Botero, Adami, Kiti, Arman[5],[6].

À l'occasion du 10e anniversaire de la Fondation Folon, la Poste belge a mis en vente le un carnet de dix timbres-poste Folon.

Liste des principales œuvres[modifier | modifier le code]

Aquarelles[modifier | modifier le code]

  • La Toscane
  • Un navire, 1987
  • La Mer, 1998-1999
  • L'Aube, 1984

Vitraux[modifier | modifier le code]

Fresques[modifier | modifier le code]

Tapisseries[modifier | modifier le code]

  • Une tapisserie tissée à Aubusson et exposée au centre des congrès de Monaco.

Sculptures[modifier | modifier le code]

100e anniversaire du Rotary : don de L'Uomo della Page de Jean-Michel Folon à la ville de Florence
  • Quelqu'un, statue située dans les jardins de l'Élysette (côté Meuse), siège de la présidence du Gouvernement wallon à Jambes (Namur)
  • La Fontaine aux oiseaux, Watermael-Boitsfort
  • L'Homme aux Poissons, Revel
  • L'Homme au parapluie
  • L'Uomo della page, Florence (don du Rotary à la ville de Florence, à l'occasion de son centenaire)
  • Giardino delle Rose, Florence (depuis le 30 septembre 2011)[7] :
    • Un oiseau, 1993
    • Chat-oiseau, 1994
    • Chat, 1996
    • Vingt-cinquième pensée, 2001
    • Méditerranée, 2001
    • Panthère, 2003
    • Walking, 2003
    • Je me souviens, 2003
    • Partir, 2005
    • L’Envol, 2005.
  • L'Équilibre

Affiches[modifier | modifier le code]

Timbres-poste[modifier | modifier le code]

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des suites d'une leucémie.
  2. Nytimes
  3. Les sommets blancs de Wolfgang
  4. Apple Confidential 2.0: The Definitive History of the World's Most Colorful, de Owen W. Linzmayer
  5. [1], TVcom
  6. [2], Télématin
  7. Liste obtenue directement auprès de sa veuve (source primaire).