Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel
Image illustrative de l’article Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel
Logo de l'EREN
Généralités
Branche Protestantisme
Courant Calvinisme (Église réformée)
Gouvernance Synode (législatif) et Conseil synodal (exécutif)
Structure Système presbytérien synodal
Territoire Canton de Neuchâtel
Président Christian Miaz
Affiliation Église évangélique réformée de Suisse
Fondation
Date 1943
Origine et évolution
Fusion de Église nationale et Église indépendante
Chiffres
Membres 51 378 (2018)
Ministres ~50
Temples ~60 (propriétés des paroisses ou des communes)
Divers
Site Web http://www.eren.ch

L'Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN) est une Église protestante membre de l'Église évangélique réformée de Suisse. Elle est une des trois Églises chrétiennes reconnues par la constitution du canton de Neuchâtel[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Guillaume Farel, le réformateur de Neuchâtel, peut être considéré comme son fondateur. En effet, Neuchâtel passe à la Réforme protestante dès 1530.

Après la Révolution de 1848 à Neuchâtel, l'Église réformée se scinde en deux Églises : nationale et indépendante.

L'EREN actuelle est née en 1943 de la fusion de l'Église nationale du canton de Neuchâtel et de l'Église évangélique neuchâteloise indépendante de l'État[2].

Structure[modifier | modifier le code]

L'Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel est composée de neuf paroisses[3], elles-mêmes découpées en lieux de vie :

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]