Corcelles-Cormondrèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Corcelles-Cormondrèche
Corcelles-Cormondrèche
Le lac depuis le village de Corcelles
Blason de Corcelles-Cormondrèche
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
Région Littoral
Localité(s) Corcelles et Cormondrèche
NPA 2035 Corcelles
2036 Cormondrèche
No OFS 6407
Démographie
Gentilé Casse-Écuelle, Cormontant
Population
permanente
4 754 hab. (31 décembre 2020)
Densité 978 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 10″ nord, 6° 52′ 35″ est
Altitude 550 m
Min. 501 m
Max. 836 m
Superficie 4,86 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel
Voir sur la carte administrative du canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Corcelles-Cormondrèche
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Corcelles-Cormondrèche
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Corcelles-Cormondrèche
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Corcelles-Cormondrèche est une ancienne commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans la région Littoral. Elle comprend les deux villages de Corcelles (à flanc de coteau) et de Cormondrèche (sur un replat), ainsi qu'une partie du hameau de Serroue (dans une clairière). Le 1er janvier 2021, la commune a fusionné avec celles de Peseux et Valangin, pour se rattacher à celle de Neuchâtel.

Situation[modifier | modifier le code]

Commune du littoral neuchâtelois, à environ 5 km à l'ouest de Neuchâtel, Corcelles-Cormondrèche est située sur la route principale H10, qui relie Neuchâtel à Pontarlier, par le Val-de Travers, et sur la route cantonale RC 170, conduisant de Neuchâtel au Locle, par le col de la Tourne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de 1000 m par Walter Mittelholzer (1926)

Corcelles-Cormondrèche mesure 4,86 km2[2]. 26,3 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 30,7 % à des surfaces agricoles, 42,8 % à des surfaces boisées et 0,2 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Peseux, Milvignes, Rochefort et Val-de-Ruz.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant l'Ancien Régime, les affaires de Corcelles et de Cormondrèche étaient gérées par des communautés distinctes (uniquement les hommes originaires de chaque village). Ces corporations géraient les besoins en matière scolaire, approvisionnement en eau potable, établissement des fontaines et service du guet (dès 1796).

Dès le XIVe siècle, le comte Louis met en place une organisation commune pour la gestion des forêts, l'entretien du temple, service des incendies, chambre de la charité, exercice de la justice, etc. En plus des deux villages, cette mairie de la Côte gère les intérêts des communautés de Peseux et Auvernier[3].

L’organisation scolaire a été transférée en 1848 à la mairie de la Côte, qui édifia, en 1861, l’ancien Collège de Corcelles.

La commune politique de Corcelles-Cormondrèche a été créée en 1888 à la suite de la loi neuchâteloise sur les communes. Elle reprend les biens et prérogatives de la corporation de Corcelles et de celle de Cormondrèche, ainsi que celle de la communauté qui veillait aux intérêts des deux localités.

Les institutions du Conseil général et communal, commissions diverses, notamment scolaire, ont été instaurées à ce moment.

Villages essentiellement agricoles et viticoles jusqu'au milieu du XXe siècle, la localité se construit de plus en plus à la suite du raccordement au réseau des transports publics (trains, trams, puis bus). L'avenue Soguel a été percée au milieu de vignes pour permettre au tram (puis au bus) d'accéder à Cormondrèche. La route principale H10 traversait le vieux village de Corcelles avec son flux importants de véhicules. Cette route a été déviée dans une tranchée semi-couverte en 2004.

Le 1er janvier 2021, la commune fusionne avec celles de Peseux et Valangin, pour se rattacher à celle de Neuchâtel[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

Corcelles-Cormondrèche compte 4 754 habitants fin 2020[1]. Sa densité de population atteint 978 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Corcelles-Cormondrèche entre 1850 et 2008[4] :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie traditionnelle des deux villages a été pendant longtemps agricole et viticole.

En parallèle, l'exploitation forestière a été source de revenus importants. La commune comprend le deuxième plus grand domaine forestier du canton avec, notamment, la forêt de Serroue et la forêt de Dame-Othenette.

Institutions[modifier | modifier le code]

La commune de Corcelles-Cormondrèche est dotée d'un conseil communal (exécutif) de 7 membres et d'un conseil général (législatif) de 41 membres, tous deux élus au système proportionnel[5].

Organismes intercommunaux[modifier | modifier le code]

Elle est la commune siège du Service intercommunal d'archivage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Transports publics[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les transports urbains (ligne 101, Marin - Place Pury - Cormondrèche et ligne 121, Neuchâtel Gare - Bôle), le car postal et la ligne de chemin de fer Neuchâtel - La Chaux-de-Fonds (Gare de Corcelles - Peseux).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. a et b « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. « Côte, La (mairie) », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le )
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  5. « Commune de Corcelles-Cormondrèche: Organisation », sur www.corcelles-cormondreche.ch (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Courvoisier, Corcelles-Cormondrèche, Ed. du Griffon, coll. « Trésors de mon pays », (lire en ligne)
  • Jean Courvoisier, « Corcelles-Cormondrèche », dans Les monuments d'art et d'histoire du canton de Neuchâtel / T. 2, Les districts de Neuchâtel et de Boudry, Birkhäuser, coll. « Die Kunstdenkmäler der Schweiz », (lire en ligne), p. 221-248
  • René Perret, Corcelles-Cormondrèche, 26 p. (lire en ligne)
  • Edouard Quartier-La-Tente, Le canton de Neuchâtel : revue historique et monographique des communes du canton de l'origine à nos jours / Série 2, Le district de Boudry / par Ed. Quartier-la-Tente, Louis Perrin, Ed. Quartier-la-Tente, fils ; avec de nombreuses ill. originales, des reproductions d'anciennes gravures et 13 planches en couleurs hors texte, Attinger Frères, coll. « Quartier-La-Tente, Edouard, 1855-1925. - Le canton de Neuchâtel : revue historique et monographique des communes du canton de l'origine à nos jours », (lire en ligne)
  • Ann Robert, Histoire des villages de Corcelles et Cormondrèche, 8 p. (lire en ligne)
  • Ann Robert, 900 ans d'histoire de la paroisse de Corcelles-Cormondrèche : 1092-1992, J.-P. Krattiger, (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Fonds : Archives de la Commune Corcelles-Cormondrèche (1356 -). Corcelles-Cormondrèche : Commune de Corcelles-Cormondrèche (présentation en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :