Économie de la Jordanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jordanie
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie de la Jordanie
Siège social de Arab Bank : émergence des services dans l’économie jordanienne

Monnaie Dinar jordanien
Année fiscale année calendaire
Organisations internationales OMC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 29,23 milliards de $ (2011)
Produit intérieur brut en PPA 37,37 milliards de $ (2011)
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 2,5 % (2011)
PIB par habitant en PPA 6 000 $ (2011)
PIB par secteur agriculture : 4,5 % (2011)
industrie : 30,8 % (2011)
services : 64,7 % (2011)
Inflation (IPC) 4,4 % (2011)
Pop. sous le seuil de pauvreté 14,2 % (2002)
Indice de développement humain (IDH)
Population active 1,771 millions (2011)
Population active par secteur agriculture : 2,7 % (2011)
industrie : 20 % (2011)
services : 77,4 % (2011)
Taux de chômage 12,3 % (2011)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 7,986 milliards $ (2011)
Biens exportés
Principaux clients
Importations 16,21 milliard $ (2011)
Biens importés
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 57,5 % du PIB (2011)
Dette extérieure 7,644 milliard $ (2011)
Recettes publiques 5,922 milliard $ (2011)
Dépenses publiques 9,593 milliard $ (2011)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/jo.html

La Jordanie est un petit pays dont les ressources naturelles et en particulier hydrauliques sont inexploitables. L'endettement général, la pauvreté et le chômage sont des problèmes récurrents. Le roi Abdallah, à la tête du pays depuis 1999, a entrepris des réformes économiques sur le long terme afin de régler les problèmes le plus importants et d'améliorer les conditions de vie. La Jordanie a travaillé de 2003 à 2006 en étroite collaboration avec le FMI, a pratiqué une politique monétaire stricte associée à un important programme de privatisation. Le gouvernement a aussi libéralisé le régime commercial suffisamment pour sécuriser les participations éventuelles à l'Organisation mondiale du commerce (2000), un accord commercial avec les É.-U. (2001), et un accord de coopération avec l'Union européenne (2001). Ces mesures ont accru la productivité et ont impliqué des investissements étrangers. La Jordanie importait la plupart de son pétrole d'Irak, mais la guerre d'Irak de 2003 l'a rendu plus dépendant des autres nations productrices de pétrole, forçant le gouvernement Jordanien à élever le prix du pétrole au détail et les taxes. Le marché d'exportation de la Jordanie, qui dépend lourdement des exportations vers L'Irak, a été également affecté par la guerre mais se reconstruisit rapidement en contribuant à la reconstruction irakienne. Les plus gros challenges auxquels l'Irak dut faire face furent de se passer des aides financières, de réduire le déficit budgétaire, et de créer des aides à l'investissement pour relancer la dynamique de l'emploi.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

En 1996, le secteur primaire constitué de l'agriculture, de la sylviculture et de la pêche) employait environ 7 % de la population active pour constituer 6 % du PIB. Ce faible niveau s'expliquait par les conditions défavorables (zones désertiques et faible pluviométrie). Les cultures principales sont l'orge et le blé, mais le pays produit également des fruits et légumes grâce à l’irrigation provenant du lac de Tiberiade et la Mer Morte

Industrie[modifier | modifier le code]

En 1997, l'industrie employait 14 % de la main-d’œuvre pour 16,7 % du PIB. Principalement concentrée autour de l'extraction et l'exploitation minière, la fabrication et la transformation de produits finis à base de matières premières brutes ; et notamment à partir des phosphates et de la potasse. La Jordanie est l'un des trois plus importants exportateurs de phosphates au monde.

Energie[modifier | modifier le code]

La Jordanie importe 97% de ses besoins énergétiques. Pour y remédier partiellement, le pays a décidé la construction près d'Amra d'une centrale nucléaire composée de deux réacteurs de 1 000 MW. Construite par la compagnie russe Atomstroyexport, la centrale devrait être opérationnelle en 2023 et gérée par une autre entreprise russe, Rusatom overseas. D'un montant estimé de 10 milliards de dollars, la partie russe finance à hauteur de 49% tandis que la Jordanie finance les 51% restants[1] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Russie va construire la première centrale nucléaire de Jordanie, dépêche AFP, le 28 octobre 2013, consulté le 30 octobre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]