Économie du Timor oriental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Timor oriental
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie du Timor oriental
Le marché de Lospalos dans le Timor oriental

Monnaie Dollar US
Année fiscale Année calendaire[1]
Organisations internationales ACP; ADB; AOSIS; FAO; FMI
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 634 millions de $ (2010)
Produit intérieur brut en PPA 11,23 milliards de dollars (US) (2012)
Rang pour le PIB en PPA 126 [2]
Croissance du PIB 7,3 % (2011 est)
PIB par habitant en PPA 2 600 $ (2010)
PIB par secteur agriculture : 32,1 % (2005)
industrie : 12,9 % (2005)
services : 55 % (2005)
Inflation (IPC) 10,5 % (2011 est.)
Pop. sous le seuil de pauvreté 37 % (2009)
Indice de développement humain (IDH) 0.502 (120e rang, 2010)
Population active
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage 18 % (2010)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 16 millions $ (2010)
Biens exportés
Principaux clients
Importations 194 millions $ (2009)
Biens importés
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 6 % du PIB
Dette extérieure
Recettes publiques
Dépenses publiques
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/tt.html

L'économie du Timor Oriental, pays qui n'a acquis son indépendance qu'en 2002, est celle d'un pays appartenant au groupe des pays les moins avancés : dévastée lors du retrait de l'armée indonésienne et des milices affiliées en 1999, près de 70 % des infrastructures (écoles, bâtiments publics, ponts) furent détruites[3], et le PNB décrut de près de 49 % cette année. Depuis lors, une lente reconstruction s'est amorcée: le pays a rapidement rejoint la Banque Mondiale et le FMI, et a commencé à moderniser ses services publics (réforme foncière, augmentation de la scolarisation). Le pouvoir central reste cependant particulièrement fragile, et en 2006 une spirale de violences internes conduit à une nouvelle contraction de l'économie locale[3].

En dépit de ce départ difficile, le Timor oriental a pu compter sur la stabilité fournie par la présence des forces de l'ONU, et surtout sur ses ressources naturelles pour décoller: ainsi, le développement de gisements pétroliers sur sa côte sud depuis le milieu des années 2000 a permis la mise en œuvre d'une politique budgétaire expansionniste et volontariste, notamment au niveau de la reconstruction des infrastructures qui dynamise l'économie locale et permet la réduction de la pauvreté.

Évolution du PIB, 2003-2012.
Source : Fonds monétaire international

Dans les récentes années, le besoin de développement s'est traduit par une réorientation de l'agriculture, qui de vivrière est devenue d'exportation (café, vanille).

Il n'y a pas de monnaie officielle au Timor oriental, son économie étant entièrement dollarisée. La roupie indonésienne est encore acceptée.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. fr. Field Listing: Fiscal year
  2. fr. Field Listing: GDP - per capita (PPP)
  3. a et b Banque mondiale, « Country brief » (consulté le 17 novembre 2011)

Sur les autres projets Wikimedia :