Waltzing Matilda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mélodie de Waltzing Matilda

Waltzing Matilda est l'une des chansons folkloriques australiennes les plus connues. Elle raconte l'histoire d'un journalier itinérant qui capture un mouton près de son campement de fortune puis le met dans son sac de nourriture. Quand le propriétaire arrive accompagné de policiers, le journalier se jette dans la mare proche. Depuis ce temps, son fantôme hante le lieu.

Cet air est si célèbre en Australie qu'il a été suggéré comme hymne national, et souvent reconnu comme tel par les non-Australiens. Il n'en a pas le statut, mais reste un des chants patriotiques les plus populaires.

Origines[modifier | modifier le code]

Manuscrit original de Waltzing Matilda, transcrit par Christina Macpherson vers 1895.

Les paroles ont été écrites par le poète nationaliste Banjo Paterson en 1895, sur une mélodie autre que celle que nous connaissons actuellement. Il existe un grand foisonnement d'informations qui portent autant sur sa création, les mélodies adaptées que sur son histoire dans la nation australienne : la ville de Winton, dans le Queensland, lui a consacré un musée, le Waltzing Matilda Centre. C'est d'ailleurs lors d'un séjour chez des amis dans cette région, que Paterson a écrit son texte en s'inspirant d'une histoire qui se serait passée non loin de là.

La musique a été composée par Christina Macpherson, sur la base d'un folk song.

Statut de la chanson[modifier | modifier le code]

Cette chanson a toujours été présentée comme hymne national officieux du peuple australien aux côtés de l'hymne officiel du pays, Advance Australia Fair. L'histoire peu glorieuse d'un pauvre journalier qui, ayant volé un mouton, préfère se noyer plutôt que de passer en jugement, n'ont certes pas contribué à lui trouver un soutien dans les cercles conservateurs pour acquérir ce statut officiel que certains aimeraient lui donner. Il a été proposé, à un moment donné, de ne garder que la mélodie et d'utiliser un autre texte. Cependant, la plupart des partisans de la version originelle de Waltzing Matilda pensent que les paroles contribuent grandement au caractère de la chanson.

Pendant une brève période, elle fut reconnue officiellement comme chant patriotique, coexistant avec Advance Australia Fair qui est l'hymne national. Elle a été chantée lors des Jeux olympiques de Montréal de 1976 et a gagné en popularité comme hymne sportif pour l'Union de Rugby Australienne en réponse au haka des All Blacks de Nouvelle-Zélande. Elle est également chantée avec Advance Australia Fair lors de la finale annuelle de la ligue de football australienne. La chanteuse australienne Kylie Minogue l'a chanté lors de la Cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Sydney en 2000[1]. Elle fut aussi entonnée lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Sydney de 2000 par Slim Dusty, et par Rolf Harris lors des jeux du Commonwealth de Brisbane en 1982.

Waltzing Matilda fut choisi comme hymne de la 1re division de Marines des États-Unis en souvenir de son séjour à Melbourne durant la Seconde Guerre mondiale.

Contexte[modifier | modifier le code]

Un swagman assis sur son baluchon (Matilda) avec sa bouilloire à côté de lui.

L'histoire même de ce chant est étroitement attachée à celle du pays. Le sens des paroles peut prêter à confusion, principalement due au fait que de nombreux termes utilisés dans ces paroles sont purement australiens. Et de nombreux étrangers ne pourraient y voir qu'une chanson naïve, folklorique ou bien populaire. Pourtant le contexte narratif du texte (le swagman est un personnage familier dans l'histoire du pays), le cadre géographique (le billabong), son sens reconnu par tous les Australiens (lié aux contextes politiques et historiques), son vocabulaire typiquement local lui confèrent une aura nationale.

Déjà, le terme de swagman est très local : il désigne un ouvrier journalier qui propose ses bras dans les exploitations agricoles, dans les fermes (les fameuses stations). Il offre ainsi ses services au gré des demandes locales : tonte des moutons, ramassage des fruits et légumes, réparation des clôtures, etc. Entre deux embauches, il se déplace à pied, ne portant avec lui que le strict minimum, à savoir : un baluchon (le tucker bag), une bouilloire (la billy), simple boite de conserve avec une anse en fil de fer, et une couverture dans laquelle il s'enveloppe la nuit, la fameuse matilda. Ce nom affectueux lui a été donné car elle est le seul réconfort du swagman lors du bivouac, après une journée de labeur ou un long périple.

L'expression "Waltzing Matilda", que l'on peut traduire par "valser la Mathilde", rappelle le balancement régulier de cette couverture : lors de sa marche, le swagman porte sa matilda roulée, suspendue à son dos où elle se balance (waltzing) au rythme régulier de la marche. Par métonymie, "waltzing Matilda" désigne l'invitation à se joindre pour la marche : le swagman invite souvent d'autres confrères à partager un bout de chemin ensemble pour briser une certaine solitude, sinon une monotonie certaine du parcours fait à pied (les distances sont grandes d'une "station" à l'autre, en Australie !). Et de le demander se résume à dire : Come a-waltzing matilda with me, littéralement "viens faire valser la Mathilde avec moi", soit "viens avec moi", tout simplement.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles ont évolué depuis sa première publication (1903) mais globalement racontent toujours la même histoire.

Once a jolly swagman camped by a billabong,
Under the shade of a coolibah tree,
And he sang as he watched and waited till his billy boiled
"You'll come a Waltzing Matilda, with me."

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
You'll come a-waltzing Matilda, with me.
And he sang as he watched and waited till his billy boiled,
"You'll come a-waltzing Matilda, with me."

Down came a jumbuck to drink at the billabong,
Up jumped the swagman and grabbed him with glee,
And he sang as he shoved that jumbuck in his tucker bag,
"You'll come a-waltzing Matilda, with me".

Waltzing Matilda, Waltzing Matilda
You'll come a-waltzing Matilda, with me.
And he sang as he shoved that jumbuck in his tucker bag,
"You'll come a-waltzing Matilda, with me".

Up rode the squatter mounted on his thoroughbred
Down came the troopers, one, two, three,
"Who's that jolly jumbuck you've got in your tucker bag?"
"You'll come a-waltzing Matilda, with me".

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
You'll come a-waltzing Matilda, with me.
"Who's that jolly jumbuck you've got in your tucker bag?",
"You'll come a-waltzing Matilda, with me".

Up jumped the swagman, sprang into the billabong,
"You'll never catch me alive," said he,
And his ghost may be heard as you pass by the billabong,
"You'll come a-waltzing Matilda, with me.".

Waltzing Matilda, waltzing Matilda
You'll come a-Waltzing Matilda, with me.
And his ghost may be heard as you pass by the billabong,
"You'll come a-waltzing Matilda, with me."

Un jour, un brave journalier campait près d'un point d'eau,
À l'ombre d'un eucalyptus,
Et il chantait, en attendant de voir bouillir l'eau de sa gamelle:
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

On va valser, Mathilde, On va valser, Mathilde,
« Tu vas venir avec moi valser, Mathilde. »
Et il chantait en attendant de voir bouillir l'eau de sa gamelle:
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

Un mouton est descendu pour boire au point d'eau,
Le gars a bondi et l'a empoigné en rigolant,
Et il chantait en fourrant le mouton dans son baluchon :
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

On va valser, Mathilde, On va valser, Mathilde,
« Tu vas venir, Mathilde, valser avec moi. »
Et il chantait tout en fourrant le mouton dans son baluchon :
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

Arriva le propriétaire, monté sur son pur sang,
Suivi de un, deux, trois policiers à cheval,
« À qui est ce mouton que tu as mis dans ton baluchon ? »
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

On va valser, Mathilde, On va valser, Mathilde,
« Tu vas venir avec moi valser, Mathilde. »
«  À qui est ce mouton que tu as mis dans ton balluchon ? »
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

Le journalier a bondi et s'est jeté dans le billabong,
« Vous ne m'aurez jamais vivant » il a dit,
Et on peut entendre son fantôme en passant près du point d'eau :
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

On va valser, Mathilde, On va valser, Mathilde,
« Tu vas venir avec moi valser, Mathilde. »
Et on peut entendre son fantôme en passant près du point-d'eau :
« Tu vas venir avec moi valser Mathilde. »

Termes australiens[modifier | modifier le code]

Swagman 
De swag qui signifie « balluchon » en argot australien. Le terme swagman est l'ouvrier agricole australien, un journalier ; cela peut être aussi traduit par le mot chemineau (celui qui chemine) ; le swag est le rouleau de draps et couvertures utilisé pour dormir; une autre chanson dit : my swag has got room for one man only! (ma couverture n'a de la place que pour une personne).
Waltzing 
Le terme dériverait de l'allemand auf der Walz, signifiant voyager lors de son apprentissage pour apprendre de nouvelles techniques auprès des maîtres artisans pendant trois ans et un jour (tradition à rapprocher du tour de France effectué par les compagnons artisans). Il s'agirait ici de to waltz dans le sens de valser : la couverture valse tandis que la personne marche. - cf. Contexte.
Matilda 
Terme affectueux pour désigner sa couverture - cf. Contexte.
Billabong 
Étendue d'eau stagnante, très recherchée des animaux lors des saisons sèches. Ces mares qui peuvent atteindre de belles tailles, ne sont que des restes d'un cours d'eau, de rivière ou bien d'un fleuve qui, n'étant plus alimentés par les eaux de pluie, s'assèchent peu à peu. Ces mares, de loin en loin, suivent ainsi le lit de la rivière. Elles sont ombragées sur leurs berges par les arbres qui ne peuvent survivre ici qu'à proximité des eaux.
Coolibah 
Sorte d'eucalyptus poussant près des billabongs.
Jumbuck 
Mouton. Cela viendrait d'une déformation de jump up (sauter) par les Aborigènes, ouvriers agricoles eux aussi, pour désigner cet animal qui saute par dessus les clôtures !
Billy 
Bouilloire, généralement d'un litre ou 1 litre et demi .
Squatter 
l'occupant d'un squat, c'est-à-dire une ferme. Nombreux étaient les fermiers qui occupaient un terrain sans titre, puis se faisaient régulariser.

Adaptation française[modifier | modifier le code]

Yves Montand (Mathilda, 1948)[2] a interprété une version française de cette chanson ainsi que Francis Lemarque (Matilda, 1956)[3].

Autres adaptations[modifier | modifier le code]

Le chanteur-compositeur nord américain Tom Waits a adapté Waltzing Matilda dans Tom Traubert's Blues (Four Sheets to the Wind in Copenhagen), premier titre de son album Small Change en 1976.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :