Voiture-bar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voiture-bar d'un TGV.

Une voiture-bar est une voiture de chemin de fer qui propose une restauration de type « bar-brasserie », en service continu, par opposition au wagon-restaurant qui fonctionne fréquemment par services à heure fixe. Particulièrement en France, avec le TGV, mais aussi dans de nombreux pays du monde, c'est devenu une forme de restauration ferroviaire très appréciée pour sa commodité.

En France[modifier | modifier le code]

En France, cette formule de restauration offrant des prix plus accessibles que le wagon-restaurant et avec moins de contraintes existe depuis longtemps.

Chronologie :

  • 1890 (environ) : introduction des premiers « wagons-bars », par la compagnie du même nom, sur le Chemin de fer de ceinture (Paris)
  • 1922 : introduction d'un « wagon-salon-bar », très cossu, à bord du « Calais-Méditerranée-Express » - futur Train Bleu - (Calais-Paris-Vintimille), par le Compagnie des wagons-lits. Il restera en service à bord de ce train jusqu'en 1976.
  • Années 1930 : introduction de nouveaux wagons-bar par les différentes compagnies, sur les parcours, notamment les lignes transversales, où l'exploitation d'un wagon-restaurant ne serait pas rentable. Ces voitures, reprises par la SNCF à sa création fonctionneront, sous divers vocables, « Snack-bar », « Buffet-Bar », jusque dans les années 1970 (dernier service : Nantes-Nice via Bordeaux)
  • 1957 : les Trans-Europ-Express comportent le plus souvent un wagon-restaurant et un bar, offrant le choix à la clientèle. Les bars du Mistral Paris-Nice et du Capitole Paris-Toulouse, dans les années 1960/1970, avec leur long comptoir de cuivre, évoqueront les grandes brasseries parisiennes par leur atmosphère.
  • 1976 : introduction du « Bar-Corail », dans la plupart des Trains Corail à long parcours. Le Bar-Corail est un comptoir de vente en service continu avec une partie salon où consommer. Dans la voiture contigüe de première classe, le voyageur se voit proposer en outre, aux heures des repas, un service de restauration à la place. Cette formule sera reprise dans le TGV. Le « Bar-Corail » n'est plus en service, de nos jours, qu'à bord de certains trains de neige et convois spéciaux.
Modèle réduit de voiture bar Vtu_B5rtux par LS Models
  • 1981 : arrivée du TGV et généralisation de l'offre voiture-bar sur l'ensemble des lignes dont le trajet excède une heure et demie.
  • 2003 : L'apparition des Téoz, sur les liaisons grandes lignes hors TGV, entraîne le remplacement de la voiture-bar par une « voiture-service » (regroupant un espace-enfants, des compartiments et des toilettes pour handicapés, des emplacements pour vélos, et la loge du contrôleur). Une vente ambulante propose coffrets-repas « traiteur », en-cas, friandises et boissons.

Ailleurs en Europe[modifier | modifier le code]

Indian Railways Voiture-bar.

En Grande-Bretagne, ces voitures « pubs » sont présentes dans la plupart des grands trains, fréquemment également en Espagne sous le nom de « cafeteria », plus rares en Allemagne (voitures « Bistro ») et en Italie, où c'est le wagon-restaurant qui, en dehors des heures de repas, assure cette prestation.

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord, ces voitures sont appelées dinettes et le client se voit proposer un plateau-carton pour emporter ses achats et consommer à sa place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]