Trebišov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trebišov
Blason de Trebišov
Héraldique
Image illustrative de l'article Trebišov
Administration
Pays Drapeau de la Slovaquie Slovaquie
Région Košice
District Trebišov
Statut Chef-lieu de district
Primator (maire) Marián Kolesár (Indépendant)
mandat : 2010-2013
Code postal 07501
Plaque
minéralogique
TV
Démographie
Population 24 472 hab. (31 déc. 2011)
(11 929 hommes – 12 543 femmes)
Densité 349 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ 40″ N 21° 43′ 02″ E / 48.6278, 21.71722 ()48° 37′ 40″ Nord 21° 43′ 02″ Est / 48.6278, 21.71722 ()  
Altitude 109 m
Superficie 7 016 ha = 70,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région de Košice

Voir sur la carte administrative de la Région de Košice
City locator 13.svg
Trebišov

Géolocalisation sur la carte : Région de Košice

Voir sur la carte topographique de la Région de Košice
City locator 13.svg
Trebišov

Géolocalisation sur la carte : Slovaquie

Voir la carte administrative de Slovaquie
City locator 13.svg
Trebišov

Géolocalisation sur la carte : Slovaquie

Voir la carte topographique de Slovaquie
City locator 13.svg
Trebišov
Liens
Site web http://www.trebisov.sk
Sources
« Résultat des élections »
« Statistique de population »
http://www.e-obce.sk [1]
http://www.statistics.sk [2]

Trebišov (allemand : Trebischau ; hongrois : Tőketerebes) est une ville de région de Košice, en Slovaquie, dans l'ancien comitat hongrois de Zemplín.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Trebišov se situe dans la plaine de Slovaquie de l'est au confluent des rivières Drehňovca et Trnavka, à proximité de la rivière Ondava.

Confluence des rivières Drehňovca et Trnavka lors d'inondation en mai 2005

Quartiers[modifier | modifier le code]

Quartier (Mestské časti):

  • Milhostov
  • Nový Majer
  • Olšina

Cités résidentielles bâties en hauteur (Sídliská):

  • Juh (sud)
  • Sever (norf)
  • Stred (centre)

Autres quartiers et hameaux:

  • Vojenské Lúčky
  • Nová Koronč
  • Paričov
  • Stará Koronč
  • Čeriaky
  • Sady

Climat[modifier | modifier le code]

Nuvola apps kweather.png Relevés météorologiques à la station de Trebišov (1931-1960)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) -3,8 -1,9 3,2 9,5 15 18,2 20,3 19,4 15,3 9,3 3,9 -0,5 8,6
Précipitations (mm) 30 26 25 38 59 76 70 70 43 42 47 39 565
Source : ÚPN Sečovce[3]


Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention de Trebišov remonte à 1254[4]. À cette époque, le château Parič et le bourg appartiennent au seigneur Andronik de Trebišov. [5] En l'an 1349, le roi de Hongrie Charles d'Anjou fit donation du château et de la seigneurie de Trebišov mais en 1343 le fief fut de nouveau territoire royal. En 1387, il fut offert au seigneur Pierre de Perín. La famille Períny conserva le fief 180 ans. Après la bataille de Mohács de 1526 Trebišov retourna à la famille Drugeth.

La ville reçu des privilèges en 1439. Ces privilèges étant limités, Trebišov fut jusqu'à la Renaissance une petite ville vassale. Entre 1502 et 1530, un couvent de l'ordre de Saint Paul le premier ermite fut présent dans la ville et fut même un moment propriétaire du fief au XVIe siècle. En 1630, 100 ans après la dissolution du couvent, celui-ci fut recréé dans le cadre de la Contre-Réforme. Le Château de Parič résista aux assauts tatars de 1566 mais les armées de Gabriel Bethlen le conquirent en 1620 et en 1686, les troupes sous le commandement d'Imre Thököly le détruisirent.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les monuments historiques ne sont pas nombreux.

Parmi ceux-ci on compte deux églises, l'une catholique romaine, dédiée à la Vierge Marie, l'autre gréco-catholique datant de 1817.

Entre ces deux églises, une colonne dédiée à la Vierge Marie (Immaculée) réalisée au début du XIXe siècle par un artiste inconnu. On peut la classer dans le style rococo avec des éléments classiques. Elle est surmontée par une sculpture de la Vierge Marie avec à sa droite Saint Jean Népomucène et à sa gauche le patron et protecteur de la cité contre les incendies Saint Florian[6].

À proximité des deux églises, un château baroco-classique de 1786 abrite le musée dans un parc où l’on peut également voir un mausolée de la famille de Gyula Andrássy ainsi que les ruines du château Parič. Ce dernier fut construit vers le XIIIe siècle, probablement après les invasions tatares dans la région. La première mention écrite du château se trouve sur un acte de donation de 1327 où il figure sous le nom de Castrum Parys. En 1684, il fut pris par les troupes de Imre Thököly et, deux ans après, il fut détruit par une explosion de poudre à canon. En 1786, les ruines furent utilisée comme matériaux de construction pour le château baroco-classique. Les dernières destructions furent l'œuvre des armées soviétiques et tchécoslovaques durant la seconde moitié du XXe siècle qui l'utilisèrent pour leurs exercices de tirs. Actuellement il ne reste qu'un seul mur[7] .

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Démographie[modifier | modifier le code]

La population actuelle de la ville est de 23 356 (au ). Celle-ci est en croissance depuis la moitié du XIXe siècle à l'exception de la période correspondant à la Seconde Guerre mondiale. En 1942, vivaient officiellement 619 juifs à Trebišov. Ceux-ci subirent les lois d'aryanisation et les déportations sous le régime de la Première république slovaque.


Tableau représentant l'évolution de la population de Trebišov[8],[9],[10],[11],[12],[13],[2]

Transport[modifier | modifier le code]

La ville constitue un carrefour ferroviaire secondaire qui se compose de trois lignes à écartement normal.

et la ligne 500 à écartement large entre l’Ukraine et Košice

Le transport urbain est assuré par trois ligne de bus et 24 lignes pour le transport routier interurbain et vers les villages voisins[14].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis le , date de la création du gymnasium (lycée), de nombreux élèves des environs fréquentent les écoles de Trebišov au niveau de l’enseignement secondaire[4]. Un second gymnasium de confession catholique fut fondé le [15]. Les écoles secondaires spécialisées de la ville sont une académie de commerce, une école technique agro-alimentaire, une école professionnelle de mécanique et une école pour jeunes filles[4].

Pour les plus jeunes, la ville compte six écoles élémentaires et une école artistique[4].

Sport[modifier | modifier le code]

Le principal club de football de la ville est le FK Slavoj Trebišov qui évolue en 1e ligue de l’est de la Slovaquie[16]. Le hockey sur glace à Trebišov bénéficie des installations d’un stade d’hiver ouvert depuis le . Le club HK Trebišov évolue en 1e ligue slovaque ce qui équivaut au second niveau national[17].

Les autres sports pratiqués dans la ville sont le handball avec le HK Slavoj Trebišov ou le tennis avec le TK Slavoj Deva Trebišov. Le club de natation ŠKP Trebišov profite des installations de la piscine couverte de la ville.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Trebišov a tissé des liens avec 5 villes situées dans les pays voisins de la Slovaquie[18]:

Personnalités[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. e-obce.sk
  2. a et b Mestská a obecná štatistika SR
  3. [PDF](sk) Eva Mačáková, « Územný plán obce Sečovce - Návrh », Mestský úrad Sečovce (consulté le 24 août 2011)
  4. a, b, c et d (sk) « História mesta Trebišov », sur www.trebisov.sk (consulté le 22 novembre 2010)
  5. (sk) « Hrad Paričov » (consulté le 22 novembre 2010)
  6. (sk) « Trebišov Pamiatky / Monuments », sur www.muzeum.sk (consulté le 22 novembre 2010)
  7. (sk) « Parič », sur www.slovenskehrady.sk (consulté le 8 novembre 2010)
  8. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1873, Budapest,‎ 1873 (lire en ligne), p. 586
  9. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1882, Budapest,‎ 1882 (lire en ligne), p. 392
  10. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1892, Budapest,‎ 1892 (lire en ligne), p. 1227
  11. (hu) A Magyar Kir. Központi Statistikai Hivatal, Magyarország helységnévtára, 1902, Budapest,‎ 1892 (lire en ligne)
  12. (en) Jan Lahmeyer, « SLOVAKIA historical demographical data of the urban centers »,‎ décembre 2003 (consulté le 25 janvier 2010)
  13. (en) Ústav pamäti národa, « Osudy slovenských Židov 1939-1945 »,‎ janvier 2007 (consulté le 25 janvier 2010)
  14. (sk) « Spoje MHD a Prímestské linky », sur www.trebisov.sk (consulté le 11 novembre 2010)
  15. (sk) « História školy », sur cgymtv.edupage.org (consulté le 22 novembre 2010)
  16. (sk) « FK SLAVOJ TREBIŠOV SZ 1. liga vychod », sur www.slavojtv93.estranky.sk (consulté le 11 novembre 2010)
  17. (sk) « História hokeja v Trebišove », sur www.hktrebisov.sk (consulté le 11 novembre 2010)
  18. (sk) « Základné informácie o meste », sur www.trebisov.sk (consulté le 8 novembre 2010)

Sur les autres projets Wikimedia :