The Sonics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Sonics

Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Années actives 1963 – 1968 et depuis 2008

The Sonics est un groupe de rock garage de Tacoma, dans l'État de Washington.

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Le nom du groupe fut choisi en référence aux usines Boeing voisines et à leur production aéronautique.

Ce groupe fut actif de 1963 à 1968, avec au chant Gerry Roslie. Ils se situent au départ dans la tradition du rock de Seattle, celle des groupes avec saxophone, très rock'n'roll et énergiques, assez éloigné du style anglais. Les Wailers (sans rapport avec Bob Marley, on parle d'ailleurs généralement de The Fabulous Wailers pour éviter la confusion) en étaient les plus célèbres représentants. Ils furent d'ailleurs l'un des premiers groupes à reprendre Louie Louie. Ils restent la principale inspiration des Sonics. Les Kingsmen, les Frantics, sont également issus de cette vague.

Leur premier album, Here Are the Sonics, paraît en 1965. C'est l'un des plus grands disques de rock garage de tous les temps. La batterie y est d'une violence inédite, les solos de guitares ultra-saturés (même le saxophone sature), et systématiquement précédés d'un hurlement surhumain de Gerry Roslie. Le son est aussi sauvage que leur musique. On raconte que le groupe aurait détruit le faux plafond du studio afin d'obtenir un effet "live". D'ailleurs, la saturation de la guitare électrique est naturelle, à l'instar de Link Wray : le volume est au maximum, et les enceintes sont trafiquées (en plantant un crayon dedans par exemple). Le groupe joue divers standards rock'n'roll, et propose quatre morceaux originaux : le classique The Witch, Boss Hoss, Psycho, et le mythique Strychnine.

Ils enregistreront également un mini album de Noël, avec notamment Don't Believe in Christmas, sur la mélodie d'une chanson de Chuck Berry.

Le second album, The Sonics Boom, paraît en 1966. Ces morceaux préfigurent les Stooges.

The Witch ayant eu un réel succès dans la région de Seattle, le groupe rejoint la maison de disques Jerden, qui souhaite les entraîner vers les sommets. C'est ainsi que sort leur troisième album, le décevant Introducing the Sonics (parfois réédité sous le nom Maintaining My Cool). Le groupe détestera tellement le disque qu'il se dissoudra rapidement. L'album est néanmoins pas aussi mauvais que cela et certainement pas honteux. Il reste un bon disque de rock garage, mais il souffre d'avoir perdu ce son âcre made in Seattle, et de ses tentatives maladroites de rejoindre le mouvement psychédélique, qui va mal à un groupe aussi rock'n'roll que les Sonics.

Après ce demi échec, les membres du groupe laissent progressivement la place à de nouveaux musiciens aux ambitions radicalement opposées. C'est ainsi que de nouveaux Sonics apparaissent, jouant un acid-rock très baba. Finalement, lorsque Andy Papyra, dernier membre originel, les quitte à son tour, il décide, persuadé que les Sonics vont tomber dans l'oubli, de vendre le nom du groupe ! Qui acceptera de payer. Ces nouveaux Sonics ne sortiront néanmoins aucun album, jusqu'à ce qu'une compilation sorte, Fire & Ice: Lost Tapes, montrant les Sonics originels en couverture.

En 1980, Gerry Roslie reforme le groupe avec d'autres membres, le temps de l'album Sinderella. On y trouve des nouvelles versions d'anciennes chansons (He's Waitin', Boss Hoss…), et des inédites. L'ensemble est dans un style punk/new wave très loin du rock garage des 60's. La voix de Gerry Roslie évoque un peu celle de Jello Biafra des Dead Kennedys.

Ils sont devenus l'un des groupes garage les plus repris : Fuzztones, Cramps, Fleshtones, Nomads,… De nombreux autres artistes en sont fans : Jello Biafra (Dead Kennedys), les White Stripes… Au début des années 1980 un label de disques créé par Stéphane Saunier au Havre, en Normandie, a été baptisé Sonics Records en leur hommage.

Le groupe a sorti un nouvel album en 2010, 8, composé de 4 nouvelles compositions et de versions live de certaines de leurs anciens morceaux, enregistrées lors de leurs récentes tournées en Europe.


Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Cette liste représente la composition classique du groupe, lorsqu'il a enregistré Here Are The Sonics et Boom :

Discographie[modifier | modifier le code]

LP (Long Play)[modifier | modifier le code]

45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1964 : The Witch/Keep A-Knockin'
  • 1965 : The Witch/Psycho
  • 1965 : Psycho/Keep A-Knockin'
  • 1965 : Boss Hoss/The Hustler
  • 1965 : Don't Be Afraid Of The Dark/Shot Down
  • 1965 : The Sonics' Don't Believe In Christmas/The Wailers' Christmas Spirit'
  • 1965 : Cinderella/Louie Louie
  • 1966 : You Got Your Head On Backwards/Love Light
  • 1966 : Like No Other Man/Love Light
  • 1966 : The Witch/Like No Other Man
  • 1966 : Psycho/Maintaining My Cool
  • 1967 : Love-itis/You're In Love
  • 1967 : Lost Love/Any Way The Wind Blows
  • 1967 : Any Way The Wind Blows/Lost Love
  • 1975 : Dirty Old Man/Bama Lama Bama Loo
  • 1979 : The Witch/Bama Lama Bama Loo
  • 1998 : The Witch/Keep A-Knockin'
  • 1998 : Psycho/Have Love Will Travel
  • 1998 : Cinderella/He's Waitin'
  • 1998 : Boss Hoss/The Hustler
  • 1998 : Strychnine/Shot Down
  • 1998 : The Sonics' Louie Louie/The Wailers' Louie Louie
  • 1998 : Don't Believe In Christmas/Santa Claus

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Alain Feydri, « Northwest punks », Nineteen, Toulouse, Association Nineteen, vol. 18,‎ novembre 1985, p. 50-53 (ISSN 0757-1984)