RocknRolla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

RocknRolla

Titre québécois Rock et escrocs
Titre original RocknRolla
Réalisation Guy Ritchie
Scénario Guy Ritchie
Acteurs principaux
Sociétés de production Dark Castle Entertainment
Toff Guy Films
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Film de gangsters
Durée 114 minutes
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

RocknRolla, ou Rock et escrocs au Québec est un film britannique écrit et réalisé par Guy Ritchie, sorti en 2008. Le film est un retour à la comédie de gangsters dans le style de ses deux premiers films Arnaques, Crimes et Botanique (1998) et Snatch (2000).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Caïd de la pègre londonienne, Lenny Cole travaille à l'ancienne, ce qui ne l'empêche pas de savoir à qui graisser la patte et de pouvoir faire pression sur n'importe quel ministre, promoteur immobilier ou malfrat en vue. D'un simple coup de fil, Lenny est capable de soulever des montagnes. Mais comme le lui dit Archy, son fidèle lieutenant, Londres est en train de changer : les mafieux des pays de l'est, comme les petits voyous, cherchent tous à bouleverser les règles du milieu. Uri Omovich, un oligarque russe, donne à Lenny un pot-de-vin de sept millions de livres pour qu'un permis de construire lui soit accordé, et lui prête son tableau porte-bonheur en gage de bonne foi, mais Stella, la comptable d'Omovich, engage deux petits malfrats, « One Two » et « Messe basse », pour dérober les sept millions. Tous deux y voient l'occasion de rembourser une forte somme qu'ils doivent à Lenny et accomplissent leur mission sans problèmes.

Dans le même temps, Lenny se fait voler le tableau que lui a prêté Omovich par son beau-fils, la rock star toxicomane Johnny Quid, qu'on croyait mort. Lenny charge Archy de retrouver le tableau alors que Uri débloque sept autres millions pour le pot-de-vin. Au cours d'une soirée donnée par son mari, un avocat homosexuel, Stella propose à One Two et à sa bande, « la Horde sauvage », de rééditer leur premier braquage. Bob « Gueule d'Ange », un autre membre de la bande, profite de la soirée pour séduire le mari de Stella, demandant en échange qu'il lui fournisse un document révélant le nom d'un informateur par la faute de qui plusieurs membres de la Horde sauvage ont dû purger des peines de prison. Archy et Lenny rendent visite aux agents de Quid, Mickey et Romain, et leur font comprendre qu'il est dans leur intérêt de retrouver Quid au plus vite.

One Two, Messe basse et Bob Gueule d'Ange volent une deuxième fois les sept millions d'Omovich mais l'argent est cette fois-ci gardé par deux gangsters russes et les trois complices ont toutes les peines du monde à leur échapper. Victor, le bras droit d'Omovich, soupçonne que Lenny est derrière le vol et Omovich organise alors une rencontre avec Lenny, sur un terrain de golf, à l'issue de laquelle il lui fait briser la jambe. Quid se fait à son tour voler le tableau par deux petits escrocs héroïnomanes, qui le vendent à Cookie, un autre membre de la Horde sauvage. Cookie le donne à One Two qui en fait à son tour cadeau à Stella, après avoir couché avec elle. Peu après, One Two est retrouvé par les deux hommes de main russes. Ils s'apprêtent à le torturer mais Archy et ses hommes, venus poser des questions à One Two sur le vol de l'argent d'Omovich, arrivent juste à temps pour le sauver. De leur côté, Mickey et Romain retrouvent Quid et l'emmènent avec eux. Omovich, qui est tombé amoureux de Stella, se rend chez elle pour la demander en mariage et a la surprise d'y découvrir son tableau. Il comprend que Stella l'a trahi et la fait tuer par Victor.

One Two, Messe basse et Bob Gueule d'Ange sont emmenés par Archy dans un entrepôt où les attend Lenny, dans un fauteuil roulant. Ils y retrouvent Quid ainsi que Mickey et Romain. Lenny tire sur son beau-fils alors que celui-ci était sur le point de révéler quelque chose à son sujet. En fouillant Bob Gueule d'Ange, Archy trouve le document que lui a donné l'avocat et sur lequel figure le nom de l'informateur, Sidney Shaw. Or, Archy est le seul à savoir que Sidney Shaw est un pseudonyme utilisé par Lenny. Comprenant que c'est à cause de Lenny qu'il a lui-même passé quelques années en prison, Archy fait plonger Lenny dans un bassin rempli d'écrevisses américaines et libère les membres de la Horde sauvage. Quid, Mickey et Romain, que d'autres hommes de Lenny allaient exécuter, réussissent de leur côté à tous les tuer avec l'aide finale de One Two et ses amis.

L'épilogue présente Quid qui sort d'une cure de désintoxication et est attendu par Archy. Archy lui donne le tableau d'Omovich, laissant entendre qu'il a éliminé le Russe, et Quid lui annonce qu'il veut devenir comme lui « un vrai RocknRolla ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf mention contraire, les informations mentionnées proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources doublage : VoxoFilm (VF)[3] et doublage.qc.ca (VQ)[4]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Avec ce film, Guy Ritchie tente de faire oublier les échecs d’À la dérive (2002) et Revolver (2005). Il revient ici à ses premiers amours, la comédie de gangsters loufoque à l'anglaise, qui avait fait son succès avec Arnaques, Crimes et Botanique (1998) et Snatch (2000)[5].

« Je voulais évoquer la volonté de la nouvelle génération de malfrats d'investir le territoire de la vieille génération et d'en traiter les conséquences par la comédie", explique Guy Ritchie. "Ce film évoque les tentatives de ces nouveaux malfrats de s'introduire sur le marché immobilier qui a attiré tellement de monde ces dernières années car il est extrêmement lucratif. Tout le monde a essayé d'en tirer profit et, bien entendu, certains s'y sont cassés les dents. (...) Lorsqu'on se trouve au sommet d'une tour, on n'aperçoit que des grues. On a l'impression que les grues se multiplient. Et le prix de l'immobilier continue à grimper en flèche. Autant dire que lorsqu'il y a autant d'argent en jeu, beaucoup de gens essaient de profiter de la situation[5]. »

— Guy Ritchie, réalisateur

« Ce film rend hommage à la fois à la vieille génération dans le style de Lenny Cole, et à la génération montante réunie au sein de la Horde Sauvage. Mais les hommes d'affaires qui viennent des pays de l'Est ont des pratiques totalement nouvelles. Ils n'ont aucun respect pour l'ancienne génération et ils ont à la fois l'argent et les hommes pour imposer de nouvelles règles. Du coup, les gars qui travaillent à l'ancienne doivent s'adapter pour survivre. Tout cela donne lieu à un récit très rythmé, plein de rebondissements. (...) Guy a bousculé les codes de la comédie d'action ou du film de casse. On s'amuse beaucoup, mais le film est aussi un conte moral. Un personnage compare la vie que nous menons à un paquet de cigarettes : d'un côté, son style est sophistiqué, mais de l'autre il avertit le fumeur sans le moindre doute possible qu'il va le tuer. En étant toujours pressés de se faire leur place au soleil, les personnages marchent sur le fil du rasoir et jouent avec la vie et la mort[5]. »

— Joel Silver, producteur

Le titre a plusieurs explications. Pour Gerard Butler « Le Rock'nrolla dans le film n'est pas le même que celui du scénario. La vision du Rock'nrolla a évolué au fil du tournage. Il y a le pur Rock'nrolla : sex, drugs & rock'n'roll. Et il y a le Rock'nrolla moderne. Ce n'est pas forcément un Rolling Stone ou un vrai rocker. Mais c'est quelqu'un qui vit dans le moment, à fond. Quelqu'un qui se fout de tout et prend du bon temps. Avec des femmes, de la drogue, en voyageant... Ou qui s'éclate simplement en tentant des trucs. C'est dur à définir mais c'est évident quand vous en voyez un »[5]. Pour Idris Elba et Tom Hardy c'est plutôt « quelqu'un qui se met dans le pétrin, et qui s'en sort aussi vite. Un exemple de Rock'nrolla, c'est Amy Winehouse. Elle, c'est le Rock'nrolla voyant... Mais le vrai Rock'nrolla, c'est celui que vous ne voyez pas venir. Des gens capables de tout lâcher en une seconde, mais qui vont toujours au bout du job quand même »[5].

Casting[modifier | modifier le code]

Guy Ritchie retrouve Mark Strong qu'il avait dirigé dans Revolver (2005). Ils se retrouveront pour Sherlock Holmes (2009)[5]. Jason Statham devait jouer un rôle dans le film mais a dû y renoncer en raison de son emploi du temps trop chargé[6]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film a débuté le [5] et a duré six semaines. Il s'est entièrement déroulé à Londres et dans ses alentours et Guy Ritchie a réussi à obtenir l'autorisation de tourner deux scènes dans le nouveau Wembley Stadium[7]. Les scènes de la confrontation finale entre les protagonistes du film ont été tournées à la Battersea Power Station[7] et celles sur le terrain de tennis et le parcours de golf à Stoke Park[8].

Bande originale[modifier | modifier le code]

RocknRolla

Bande originale de divers artistes
Sortie [9]
Durée 54:17[9]
Genre rock, reggae, garage rock, funk, indie rock, hard rock, beat
Format CD
Producteur Ian Neil, Steve Richards, Navid McIlhargey (exéc.), Lauren Meek (exéc.)
Label Varèse Sarabande
Critique

Bandes originales par Guy Ritchie

La musique du film sort en CD le sous le label Varèse Sarabande. Elle comporte seize morceaux et cinq extraits de dialogues du film[9].

Liste des titres - version britannique
  1. People Ask the Question - Mark Strong (dialogue extrait du film)
  2. I'm a Man - Black Strobe
  3. Have Love, Will Travel - The Sonics
  4. No School Like the Old School (dialogue extrait du film)
  5. Bankrobber - The Clash
  6. The Trip - Kim Fowley
  7. Slap Him! (dialogue extrait du film)
  8. Ruskies - Steve Isles
  9. Outlaw - War
  10. Waiting for a Train - Flash and the Pan
  11. Junkies (dialogue extrait du film)
  12. Rock & Roll Queen - The Subways
  13. The Gun - Lou Reed
  14. The Stomp - The Hives
  15. We Had Love - The Scientists
  16. Sausage & Beans (dialogue extrait du film)
  17. Mirror in the Bathroom - The Beat
  18. Funnel of Love - Wanda Jackson
  19. Such a Fool - 22-20s
  20. Dopilsya - Sektor Gaza
  21. Negra Leono - Miguelito Valdés

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Il recueille 59 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6/10 et sur la base de 142 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[10]. Il obtient un score de 53/100, sur la base de 28 critiques, sur Metacritic[11].

En France, les critiques ont également été mitigées (2,8 étoiles sur 5 dans la revue de presse d'AlloCiné)[12]. Côté positif, Brazil met en avant le rythme et l'humour du film et « des scènes d'actions d'anthologie », Le Figaroscope estime que « Guy Ritchie a retrouvé l'énergie, l'inventivité et l'humour british de ses premiers films », L'Humanité évoque un film mêlant « cruauté, humour et virtuosité filmique », et Libération une comédie noire brillamment interprétée. Côté négatif, Le Nouvel Observateur évoque un « polar déjanté, sans rythme, sans logique, sans talent », Le Parisien « un scénario poussif et des dialogues verbeux » et Première un film qui « n'a rien à raconter »[12].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté 25 739 015 $ dans le monde entier (dont 8 915 788 au Royaume-Uni et 5 700 626 $ aux États-Unis)[13], ce qui représente un très modeste succès commercial. En France, seulement 80 917 spectateurs ont vu le film au cinéma[14].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[15]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Suite ?[modifier | modifier le code]

Le film se termine sur un encart précisant « Johnny, Archy and The Wild Bunch will be back in The Real RockNRolla » (« La Horde Sauvage reviendra dans The Real RockNRolla »)[16]. Le scénario de cette suite éventuelle a déjà été écrit par Guy Ritchie peu après la sortie de RocknRolla[17]. Guy Ritchie a toutefois affirmé en 2011 que tant que les grands studios le chargeront de réaliser des blockbusters, ces derniers auront la priorité sur cette éventuelle suite[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « RocknRolla », The Numbers (consulté le 6 février 2015)
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. « Doublage français de RocknRolla », VoxoFilm (consulté le 20 mai 2014)
  4. « Doublage québécois de Rock et escrocs », sur doublage.qc.ca (consulté le 20 mai 2014)
  5. a, b, c, d, e, f et g « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 27 janvier 2015)
  6. (en) Peta Heliard, « Hard Luck Story for Jason Statham », Herald Sun,‎
  7. a et b « RocknRolla - Documentaire « Le Londres de Guy Ritchie » », Warner Home Video, 2009, DVD
  8. (en) « Movie History », sur stokepark.com (consulté le 20 mai 2014)
  9. a, b, c et d (en) Stephen Erlewine, « RocknRolla: Original Soundtrack », Allmusic (consulté le 2 janvier 2015)
  10. (en) « RocknRolla », Rotten Tomatoes
  11. (en) « RocknRolla », Metacritic
  12. a et b « RocknRolla - Critiques Presse », AlloCiné
  13. (en) « RocknRolla », sur Box Office Mojo
  14. « RocknRolla », Lumière (consulté le 10 janvier 2011)
  15. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database
  16. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  17. « RocknRolla - Commentaires audio de Guy Ritchie et Danny Strong », Warner Home Video, 2009, DVD
  18. (en) Russ Fischer, « Sequel Bits », sur slashfilm.com,‎ (consulté le 2 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :