Ternand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ternand
Côté nord du mont Chatard
Côté nord du mont Chatard
Blason de Ternand
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Le Bois-d'Oingt
Intercommunalité Communauté de communes Beaujolais-Pierres Dorées
Maire
Mandat
Régis Ballandras
2008-2014
Code postal 69620
Code commune 69245
Démographie
Population
municipale
727 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 43″ N 4° 31′ 45″ E / 45.9452777778, 4.52916666667 ()45° 56′ 43″ Nord 4° 31′ 45″ Est / 45.9452777778, 4.52916666667 ()  
Altitude Min. 269 m – Max. 741 m
Superficie 10,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Ternand

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Ternand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ternand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ternand

Ternand est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au sud du Beaujolais, la commune de Ternand s'étale de part et d'autre de la vallée de l'Azergues, englobant à l'ouest les pentes boisées du mont Chatard (alt 696 m) et à l'est quelques collines viticoles du Beaujolais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ternand signifie « trois ruisseaux » et fait référence aux trois ruisseaux passant dans la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du château à l'entrée du village

Le promontoire rocheux barrant la vallée de l'Azergues a été occupé très tôt, probablement dès l'époque romaine.

Au XIIe siècle, Ternand devient propriété des archevêques de Lyon qui en font une place forte.

En 1562, pendant les guerres de religion, les troupes huguenotes du baron des Adrets prennent le village et détruisent le château. Les archevêques s'installent alors de l'autre côté de l'Azergues, au château de Ronzière.

Au XIXe siècle, le ténor François Elleviou habite le domaine et devient maire de la commune.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Régis Ballandras DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 727 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
522 553 598 583 712 697 677 727 728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
686 639 612 592 642 618 600 576 614
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
600 609 624 469 484 447 438 409 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
329 349 411 443 588 625 705 729 722
2011 - - - - - - - -
727 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les ruines du château

Le village historique comprend les ruines du château du XIIe siècle et une église qui abrite des fresques de l'époque carolingienne. Le tracé du chemin de ronde permet de faire le tour du village et, de par sa position dominante, offre une jolie vue sur la vallée de l'Azergues et les pentes de part et d'autre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]