Enrênement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cheval avec une martingale à anneaux.

Les enrênements sont des moyens mécaniques qui agissent sur l'attitude du cheval. Ils ne substituent pas aux aides du cavalier, mais peuvent les compléter. Leur fonction peut être de stabiliser le cheval dans une attitude pratique, ou de faciliter le travail gymnastique. Quel que soit l'enrênement employé, son effet ne peut être positif que si l'impulsion est maintenue. L'effet d'un enrênement peut aussi être néfaste malgré une impulsion maintenue, notamment dans le cas des rênes allemandes.

Il est important d'avoir des notions en biomécanique du cheval : les enrênements nécessitent une formation du cavalier et des précautions d'emploi. Presque tous interviennent principalement sur l'orientation de l'encolure et l'angle de fermeture tête/encolure. Ils servent de limite supérieure : lorsque l'attitude du cheval se modifie et dépasse une certaine limite, alors, l'enrênement agit. Dans le cas d'une bonne utilisation, le cheval cède, l'enrênement se détend (sauf dans le cas de rênes fixes où il est, alors, "posé" dessus), son action n'est que ponctuelle. Certains enrênements peuvent être utilisés dans le travail monté, d'autres dans le travail à pied.

Les différents enrênements[modifier | modifier le code]

Enrênements à utiliser uniquement en longe[modifier | modifier le code]

Les élastiques[modifier | modifier le code]

Il s'agit de deux élastiques en caoutchouc qui s'attachent, soit latéralement au surfaix du cheval, soit entre ses antérieurs, et qui se fixent aux anneaux du mors. Ils permettent de muscler le dos du cheval et de le "placer". Il ne faut pas les attacher trop courts car c'est le cheval qui doit les tendre en se "posant" sur le mors. L'élastique extérieur doit être légèrement plus long que l'élastique intérieur.

Les rênes fixes[modifier | modifier le code]

Cet enrênement fonctionne exactement comme les élastiques. Ce sont deux rênes en cuir attachées latéralement au surfaix du cheval. Le cheval doit les tendre en se portant en avant. Cet enrênement est principalement utilisé dans les cirques.

Le chambon[modifier | modifier le code]

Cet enrênement s'attache sous le ventre du cheval, passe par une poulie fixée sur la têtière du filet, avant de s'attacher aux annaux du mors. Il permet de consolider ou de reconsolider les muscles du dos du cheval, principalement. Il a pour effet d'orienter l'encolure du cheval vers le bas, et de l'étirer loin devant. Le chambon est un enrênement qui tire sur la bouche du cheval. En effet, lorsque le cheval cède en baissant la tête, l'enrênement se détend. C'est pour cela que le chambon doit être utilisé au pas et trot, lors de séances courtes, car il apprend au cheval à "se mettre sur les épaules" et à tirer vers le bas.

Enrênements à utiliser uniquement en selle[modifier | modifier le code]

La martingale[modifier | modifier le code]

Une martingale fixe
Une martingale à anneaux

Une martingale est un enrênement sous forme d'une sorte de courroie, généralement en cuir, fixée par un bout à la sangle sous le ventre du cheval, et par l'autre bout, qui se divise en deux, soit :

  • à la muserolle pour la martingale fixe,
  • à chaque rêne pour la martingale à anneaux.

Cet enrênement sert à empêcher le cheval de lever la tête trop haut. La martingale fixe est plus "dure". La martingale à anneaux peut utiliser le principe d'effet levier pour contraindre le cheval à baisser la tête, mais (ajustée plus longue) elle est plus couramment utilisée pour limiter les défenses de bouche du cheval vers le haut.

La martingale à anneaux est autorisée lors des concours de saut d'obstacles (CSO). La martingale fixe est parfois autorisée dans certaines compétitions de saut d'obstacles en fonction des règlements internes des nations.

Enrênements pouvant être utilisés en longe et en selle[modifier | modifier le code]

Les enrênements qui vont suivre demandent une équitation très fine de la part du cavalier. Ce dernier doit être capable d'agir de façon distincte sur les rênes de filet et celles de l'enrênement. Ces enrênements doivent être utilisés de façon ponctuelle : dès que le cavalier obtient ce qu'il veut il doit cesser de l'utiliser, et doit reprendre le travail sur les rênes de filet uniquement.

Le gogue fixe[modifier | modifier le code]

Cet enrênement est constitué d'une lanière en cuir qui s'attache sous le ventre du cheval. Ensuite, au niveau du poitrail, cette lanière se termine par un anneau où partent deux ficelles. Ces deux ficelles coulissent dans des anneaux, situés de part et d'autre d'une têtière rajoutée au filet, passent dans les anneaux du mors, et reviennent se fixer sur l'anneau au niveau du poitrail. Le gogue fixe permet de maintenir la tête du cheval en place. Il provoque l'abaissement de l'encolure et permet de muscler le dos du cheval. Il n'est pas conseillé pas les maîtres équestres, ou alors utilisez ce système de gogue de manière à ce que le cheval puisse relever sa tête, sinon il travaillerait sous la contrainte, ce qui pourrait être un obstacle dans l'avancée du travail du cheval.

Le gogue commandé[modifier | modifier le code]

Le gogue commandé est un enrênement dit "mobile". De plus, il s'agit d'une version "améliorée" du gogue fixe. En effet, plutôt que les lanières reviennent s'attacher au niveau du poitrail, elles sont tenues par le cavalier. Donc, le cavalier peut contrôler l'action du gogue et céder dès que le cheval est en place.

Les rênes allemandes (ou coulissantes)[modifier | modifier le code]

Il s'agit de deux rênes en toile ou en cuir qui, après avoir coulissé dans les anneaux du mors, s'attachent soit à la sangle (entre les antérieurs, ou sous le ventre), soit sur les côtés (sous les quartiers de la selle ou sur les côtés du surfaix). Elles permettent de placer le cheval en lui fléchissant la nuque. Ainsi, lorsque le cheval tente de relever la tête ou d'étendre son encolure, il est alors sévèrement puni au niveau de la bouche. Cependant, les rênes allemandes (ou coulissantes) peuvent être attachées à différents endroits, ainsi elles auront des actions différentes : Attachées sous le ventre, l'action sera plus dure et plus sévère, car le cheval est placé dans une position très basse. Attachées sur les côtés, le cheval sera dans une position un peu plus haute que la précédente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]