Tarpeia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une version de la légende : Tarpéia tuée par les Sabins pour avoir refusé de trahir Rome, frise de la basilique Aemilia

Dans la mythologie romaine, Tarpeia est une héroïne de la guerre sabine, fille de Sempronius Tarpeius, que Romulus avait nommé gouverneur du Capitole. Elle aurait livré la citadelle de Rome aux Sabins, alors en guerre contre les Romains. Selon Plutarque, elle est une des quatre premières vestales.

Mythe[modifier | modifier le code]

Selon la variante de la légende[1], racontée par Properce[2], Tarpéia s'éprit du roi des Sabins Titus Tatius. Elle décida alors de trahir ses compatriotes en livrant à celui-ci la citadelle du Capitole, en échange de son amour. Titus Tatius promit alors le mariage à la jeune fille, puis se parjura : après que les soldats sabins se furent introduits dans les lieux, Tatius la fit écraser sous les boucliers de ses hommes.

Dans une autre tradition développée par Denys d'Halicarnasse[3] et rapportée par Ovide[4], Tite-Live[5] et Plutarque[6], Tarpéia convoitait plutôt les lourds bracelets d'or qui ornaient le bras gauche des Sabins et réclama « ce qu'ils portaient à leur bras gauche ». Après qu'elle eut livré l'entrée du Capitole, les Sabins l'écrasèrent sous le poids de leurs bracelets et de leurs boucliers, tous deux portés au bras gauche.

Selon certains historiens romains que cite Denys d'Halicarnasse[7], la manœuvre de Tarpéia était en réalité une ruse pour attirer les Sabins dans la citadelle, puis les dépouiller de leurs boucliers et les mettre à la merci des troupes de Romulus. Trahie par l'envoyé qu'elle utilise pour communiquer avec Tatius, elle meurt écrasée sous les boucliers des Sabins.

D'autres récits encore, cités par Plutarque qui les qualifie d'invraisemblables[6], font de Tarpéia une Sabine enlevée par Romulus qui aurait tenté d'aider les siens par la ruse. Les Sabins l'auraient malgré tout tuée pour avoir vécu avec un Romain. Enfin, chez le poète Simylos, également cité par Plutarque[6], Tarpéia ne livre pas le Capitole aux Sabins, mais aux Celtes.

Enfin, Ovide attribue l'ouverture des portes de la citadelle non pas à Tarpeia, mais à la déesse Junon, protectrice des Sabins[8].

En tout état de cause, Tarpéia fut enterrée sur le lieu de sa mort et la colline est nommée Tarpéienne (mons Tarpeius) jusqu'à ce que Tarquin l'Ancien consacrât le lieu à Jupiter[9]. Le nom resta toutefois attaché à la roche Tarpéienne (saxum Tarpeium), qui servait à précipiter les criminels, et notamment les traîtres à la patrie.

Le nom de Tarpeia[modifier | modifier le code]

La forme du nom Tarpeia n'est pas latine mais sabine[10]. La forme originelle *tarqueia et de sa base tarqu- auraient le sens de « vaincre ». Ainsi le mons Tarpeius, autre nom du Capitole, serait le « mont de la victoire » et Jupiter Tarpeius « Jupiter, dieu de la victoire ». Cette étymologie est en accord avec la forme primitive de la légende, celle d'une Tarpeia, vierge guerrière[11].

Interprétations[modifier | modifier le code]

Salomon Reinach associe la roche tarpéienne à un trophée où étaient exposés les boucliers pris à l'ennemi. De cet empilement naquit la légende de Tarpeia (à l'origine « divinité locale de la roche Tarpeia »), écrasée sous un amas de boucliers[12].

Georges Dumézil[13] a identifié dans la guerre qui oppose les Sabins de Titus Tatius aux Romains une guerre de fondation. Reposant sur un schéma hérité indo-européen, la guerre sabine met aux prises les riches Sabins représentants de la troisième fonction aux Romains, bande de guerriers représentant les deux premières fonctions, pour les réunir harmonieusement par la suite dans Rome. Dans l'épisode de Tarpéia que Dumézil a rapproché du récit nordique de Gullveig "ivresse de l'or", les Sabins par leur richesse et par l'or parviennent un instant à prendre l'avantage. La trahison de Tarpéia au plan humain est un acte fondateur dont sortira la Rome véritable une fois l'alliance réalisée avec les Sabins.

Pour Jean Haudry, Gullveig « n'a pas plus trahi les Ases que Tarpeia les Romains ». Nous aurions là un trait constitutif d'une guerre de fondation où les membres de la troisième fonction par l'utilisation conjointe de l'or, de la séduction et de la fourberie, mais non de la trahison, veulent acheter la victoire au lieu de l'obtenir par la vaillance[14].

Cet épisode mythologique est illustré sur un denier d'argent de l'empereur Auguste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands dictionnaires »,‎ 1999 (1re éd. 1951) (ISBN 2-13-050359-4), article « Tarpéia ».
  2. Properce, Élégies [détail des éditions] [lire en ligne], IV.
  3. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines [détail des éditions] [lire en ligne], II, 38-39.
  4. Ovide, Fastes [détail des éditions] [lire en ligne], I, 260-262.
  5. Tite-Live, Histoire romaine [détail des éditions] [lire en ligne], I, 11, 5-9.
  6. a, b et c Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne], Vie de Romulus, XVII.
  7. Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 40.
  8. Ovide, Fastes [détail des éditions] [lire en ligne], I, 261 et suiv.
  9. Plutarque, Vie de Romulus, XVIII, 1.
  10. Giacomo Devoto, La leggenda di Tarpea e gli Etruschi, Studi Etruschi, 26, pp. 17-25, 1958.
  11. Jean Haudry, Juno Moneta. Aux sources de la monnaie, Arché Milano, pp. 72-73, 2002.
  12. Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions (édition établie par Hervé Duchêne), Robert Laffont, 1996 (ISBN 2-221-07348-7) p.585-607 (Tarpeia) : « la vue d'un amas de boucliers formant tumulus, à l'endroit où se célébrait le culte de l'héroïne éponyme Tarpeia, devait naturellement suggérer l'idée que cette héroïne avait été écrasée sous des boucliers » (p.604-605).
  13. Tarpéia, 1947.
  14. Jean Haudry, Juno Moneta. Aux sources de la monnaie, Arché Milano, pp. 76-77, 2002.