Synagogue de la rue des Tournelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Synagogue de la rue des Tournelles
photo de la façade
La façade sur la rue des Tournelles
Présentation
Culte juif
Type Synagogue
Début de la construction 1867
Fin des travaux 1876
Architecte Marcellin-Emmanuel Varcollier
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Coordonnées 48° 51′ 19″ N 2° 22′ 00.9″ E / 48.85528, 2.36691748° 51′ 19″ Nord 2° 22′ 00.9″ Est / 48.85528, 2.366917  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Synagogue de la rue des Tournelles

La synagogue des Tournelles est un édifice religieux construit en 1876 en plein cœur du quartier du Marais à Paris, au 21 bis de la rue des Tournelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette synagogue a été consacrée au culte de rite ashkénaze le 15 septembre 1876 à l'occasion des fêtes de la nouvelle année de Tishri.

La synagogue est fréquentée par des Juifs originaires d'Alsace et de Lorraine auxquels s'adjoignent plus tard les émigrés de Pologne, de la Russie tsariste et des différents pays d'Europe centrale.

Mais la Shoah décime la communauté ashkénaze et au lendemain de la guerre, le minyane est difficilement réuni.

De 1948 à 1958, le dernier rabbin ashkénaze de la synagogue fut le rabbin Dr. David Feuerwerker (1912-1980).

Depuis, d'autres rabbins s'y sont succédé : Simon Morali, Salomon Attiach, Roger Touitou (de 1984 à 2004), Yves-Henri Marciano (2004-...)

Architecture[modifier | modifier le code]

C'est en 1872 que Marcellin-Emmanuel Varcollier, élève de Baltard, architecte par ailleurs de la mairie du 18e, fut désigné pour la construction de la synagogue.

La synagogue offre un exemple intéressant de l'emploi du métal dans la construction, grâce au travail réalisé par les forges et ateliers de Normandie qui, à cette époque, bénéficient du concours de l'ingénieur Gustave Eiffel.

De la façade de la rue des Tournelles, ornée d'un vitrail en rosace, se détachent des sculptures représentant les rouleaux de la Loi avec un texte en hébreu. Au centre, deux écussons de la ville de Paris attestent du titre de propriété de la synagogue qui fait partie du domaine public municipal, en raison de la contribution financière apportée par la ville au moment de la construction.

À l'intérieur, le péristyle ouvre sur une nef de 21 mètres de largeur terminée par une nef semi-circulaire où se trouve l'Arche sainte, protégée par une superbe double porte en fer forgé, qui abrite de nombreux Sefer Torah disposés côte à côte en demi-cercle.

La synagogue comporte deux étages. Par son volume, cette synagogue est la deuxième plus grande de Paris, après celle de la rue de la Victoire[réf. souhaitée].

Cette Synagogue fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 décembre 1987[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00086478 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :