Symphony X

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Symphony X

Description de cette image, également commentée ci-après

Symphony X sur scène en 2007

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical metal progressif, metal symphonique, power metal
Années actives Depuis 1993
Labels Nuclear Blast
InsideOut
Site officiel www.symphonyx.com
Composition du groupe
Membres Russell Allen
Michael Romeo
Michael Pinnella
Michael Lepond
Jason Rullo
Anciens membres Thomas Walling
Thomas Miller
Rod Tyler

Symphony X est un groupe de power metal progressif/néoclassique originaire du New Jersey aux États-Unis. Le groupe mêle des influences diverses ce qui est typique des groupes de ce genre, les deux principales étant Dream Theater pour la démarche progressive et Yngwie Malmsteen pour le style néoclassique. Mais certaines harmonies peuvent rappeler le jazz, le thrash metal, la musique dodécaphonique ou symphonique et le rock progressif des années 70. Michael Romeo fondateur du groupe et guitariste virtuose issu de "l'école Malmsteen" est le fer de lance de cette formation, tant par son travail de soliste, de compositeur et d'arrangeur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 1994, Michael Romeo enregistre une démo intitulée The Dark Chapter sur laquelle il interprète quelques morceaux de sa composition. Il monte ensuite un groupe avec Thomas Miller à la basse avec qui il avait déjà collaboré par le passé. Ensemble, ils vont enrôler Jason Rullo à la batterie, Rod Tyler au chant et Michael Pinnella aux claviers pour former le premier line-up de Symphony X.

Leur premier album, Symphony X, est enregistré la même année et sort au Japon sous le label Zero Corporation Label. Cet album y reçoit un accueil très positif ainsi que dans quelques pays européens. L'album se conclut par un morceau de 12 minutes. Le groupe va commencer alors une collaboration avec les producteurs Steve Evetts et Eric Rachel.

Leur deuxième album, The Damnation Game, sort seulement six mois plus tard. Rod Tyler, pour cause de manque de motivation, a été remplacé par Russell Allen, qui influence nettement le groupe (côté médiéval), mettant le côté classique de leur musique plus en avant. On retrouve toujours l'influence de Steve Howe guitariste de Yes pour les parties de guitares acoustiques sur the edge of forever la pièce majeure de presque 9 minutes.

Considéré par beaucoup comme leur chef-d'œuvre, The Divine Wings of Tragedy, prend un temps considérable à être enregistré. Les sessions commencent en 1996 et se terminent en 1997. Le retour positif de la presse spécialisée permet à Symphony X de s'établir en Europe ; leur succès au Japon ne cesse de grandir. On retrouve deux titres ambitieux sur ce 3e album : The Accolade approchant les dix minutes et le morceau titre de plus de vingt minutes.

À la fin de cette année et au début de la suivante Jason Rullo est, pour des raisons personnelles (absence de tournées est la raison évoquée), temporairement (et difficilement, le groupe ayant passé plus de temps à lui trouver son successeur que ce dernier est resté dans le groupe) remplacé par Tom Walling. La différence n'est pas sur un plan technique mais au niveau du son de la batterie, Walling ayant un son plus classique. Cela n'empêche pas le groupe d'enregistrer Twilight in Olympus début 1998. On y retrouve de très beaux et longs morceaux comme Lady of the snow ou Through the looking glass, même si faute de temps (Zero Corporation leur label japonais les presse), le groupe ne peut enregistrer le morceau titre Twilight in Olympus qui devait dépasser les quinze minutes. Cet album apparaît très mélodique aux premières écoutes (In the dragon's den et The relic). Le groupe rend aussi hommage au maître Beethoven avec la reprise de la Sonata #8 in C minor. Cette année sera aussi celle du premier concert du groupe, au Japon, qui sera suivi par une tournée mondiale. À la suite de l'indisponibilité de Thomas Miller pour longue maladie, le groupe engage Andy DeLuca en tant que bassiste intérimaire pour cette première tournée avant le départ définitif du premier.

Une compilation, Prelude to the Millennium, sort à la fin de l'année 1998. Elle comprend une nouvelle version de la chanson Masquerade chantée par Russell Allen.

S'ensuit à partir des années 2000 une seconde période stylistique pour Symphony X, qui évolue et s'éloigne quelque peu du style néoclassique "malmsteenien" pour davantage durcir sa musique ou développer une approche symphonique.

Le cinquième album du groupe, V (The New Mythology Suite), sorti en 2000, en est un bon exemple. C'est un concept album basé sur le mythe de l'Atlantide avec deux parties : l'avant et l'après l'immersion. Cet album marque le retour de Jason Rullo et l'arrivée de Michael Lepond à la basse à la suite du retrait du monde musical de Thomas Miller (pour des problèmes de dépression) ; le groupe perd là son principal parolier. On note l'importante participation de Jason Rullo dans le processus d'écriture, et qui nous montre aussi son talent technique sur The death of balance. L'album inclut des éléments symphoniques de Bach, Verdi et Mozart. Le groupe part pour une tournée européenne peu de temps après et enregistre son premier album live lors d'un concert à Paris : Live on the Edge of Forever qui comprend exclusivement des titres de ses trois derniers albums (V, Twilight in Olympus & The Divine Wings of Tragedy).

À l'automne 2001 le groupe annule une série de concerts en Europe et reste chez lui à la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

À cette même période (environ 2000-2002), Michael Pinnella a failli perdre un doigt à la suite d'une blessure.

En 2002, le groupe sort The Odyssey, qui comporte notamment une interprétation musicale de l'Odyssée de vingt-quatre minutes, dont Michael Romeo en est le principal compositeur et qui comporte de nombreux éléments symphoniques. Dans cet album, Michael Pinnella introduit des éléments de jazz avec la partie de piano sur Awakenings. C'est aussi le retour d'un son plus heavy avec ses riffs de guitare à la Pantera. On note également la présence d'une nouvelle version de The Accolade appelée The Accolade II qui reprend les thèmes musicaux de la première et de Communion and the Oracle de l'album V.

Le septième album, Paradise Lost, est sorti le [1]. La sortie de l'album avait été décalée à la suite du diagnostic chez Michael Lepond de la maladie de Crohn. Cet album regroupe une dizaine de chansons où ont été intégrés quelques éléments gothiques (notamment dans l'intro "Oculus ex inferni" et "Serpent's kiss")[réf. souhaitée]. Le style demeure très heavy voire thrash pour ce qui est des guitares. L'album s'achève par un long morceau, "Revelation (divus pennea tragoedia)", allant au-delà des neuf minutes.

Le groupe fit la première partie de Dream Theater sur une grande partie de leur tournée Chaos in Motion 2007-2008.

Symphony X signe son grand retour en 2011 avec l'album Iconoclast, et entame une tournée sur les deux continents Américains. Cet album poursuit sur la voie plus heavy/thrash débutée avec Paradise Lost, délaissant les mélodies néoclassiques. Russel Allen se montre également plus agressif et moins "lyrique" que par le passé[2].

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Musiciens additionnels[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Les quatre premiers albums ont été ressortis avec une nouvelle pochette et un boitier cartonné par leur nouveau label allemand Inside Out Music avec une partie CD-Rom sur chaque disque.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]