Stabilisation d'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'image du dessus a été exposée sans stabilisation d'image, tandis que celle du dessous en a bénéficié. L'image stabilisée souffre notamment moins du flou de bougé.

La stabilisation d'image (image stabilisation en anglais, souvent abrégé en IS) est un ensemble de techniques permettant d'améliorer la stabilité d'une image. Ces techniques sont également employées dans les appareils photographiques, les jumelles, et les télescopes. En particulier, la stabilisation permet de réduire l'effet du flou de bougé éprouvé par les images prises par un appareil tenu à la main lors d'un temps de pose long.

Techniques[modifier | modifier le code]

Le tremblement de la main peut être compensé par[1] :

  • une lentille ou un prisme mobile ;
  • un capteur mobile, technique plus difficile à mettre en œuvre ;
  • un traitement numérique de l'image, fonctionnant sur le principe du recadrage, et ce, aux dépens de la taille de l'image finale qui est légèrement rognée.
  • un dispositif de stabilisation inertiel de l'appareil de prise de vue
  • un dispositif de stabilisation assisté de l'appareil de prise de vue

Stabilisation optique[modifier | modifier le code]

La stabilisation optique consiste à stabiliser l'image enregistrée en variant le chemin optique vers la surface sensible. Cette technique est implémentée au niveau de l'objectif ou, en photographie numérique, du capteur. L'image projetée est stabilisée avant l'impression de la surface.

Stabilisation de l'objectif[modifier | modifier le code]

Commandes du système de stabilisation Nikon VR sur un zoom Nikon 2,8/70-200

Nikon et Canon et diverses autres marques dont Panasonic et Sigma recourent à une lentille flottante qui se déplace orthogonalement à l'axe optique de l'objectif, à l'aide d'électroaimants. Les vibrations sont détectées par deux gyromètres piézoélectriques détectant respectivement les mouvements horizontaux et verticaux. Ce système ne peut corriger que les mouvements latéraux et verticaux, et non les mouvements longitudinaux, autour de l'axe optique. Sur certaines optiques, le senseur latéral peut être débrayé pour ne pas interférer avec un travelling volontaire. Sur les modèles les plus élaborés, par exemple chez Nikon, le système détecte automatiquement un travelling volontaire et adapte en conséquence le fonctionnement de la stabilisation[2].

Stabilisation du capteur[modifier | modifier le code]

Sur un boîtier numérique, le capteur peut être déplacé pendant le temps de pose de manière à contrecarrer les mouvements de l'appareil. Konica Minolta fut le premier à commercialiser un tel système sur le Dimage A1, sous le nom d'AntiShake, rebaptisé SteadyShot par Sony sur la gamme Sony Alpha. Pentax et Olympus ont développé des systèmes similaires.

Stabilisation inertielle de l'appareil de prise de vue[modifier | modifier le code]

L'appareil de prise de vue est stabilisé par différents procédés dérivés du Steadicam.

Stabilisation assistée de l'appareil de prise de vue[modifier | modifier le code]

Le support de caméra, muni de capteurs, est assisté par vérins ou courroies commandés par un circuit logique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Savatier F., Les systèmes stabilisateurs d'images, Pour la Science, août 2010
  2. (en) « Travelling » (consulté le 17 mai 2013)