Appareil photographique hybride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Des appareils photographiques hybrides de la gamme Lumix G.

Un appareil photographique hybride est un appareil photographique de petite taille muni d'un capteur photographique de grande taille (24×36), de moyenne taille µ4/3, APS-C) ou de petite taille (1/2,3", CX) et d'objectifs interchangeables. Cette catégorie apparut en 2008 et est en pleine expansion au cours des années 2010. Le marché est alors occupé par tous les principaux constructeurs. Les ventes sont ensuite stagnante en 2013, avec la baisse généralisé des ventes d’appareils photos.

Après avoir désigné des appareils photographiques de performances intermédiaires entre les compacts et les reflex, l'expression appareil photographique hybride correspond maintenant notamment aux compact à objectif interchangeable (COI). D'une manière général, ce terme désigne tous les appareils à objectif interchangeable dépourvu de visée reflex.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prototype hybride d'Olympus (2008).

L'histoire des appareils hybrides a débuté en 2008 lorsque Panasonic et Olympus présentent un nouveau format de capteur : le micro 4/3 qui permettra de créer des petits appareils photo numériques proche des reflex mais simplifiés car sans visée reflex et accessibles au grand public[1]. Ce seront les Panasonic Lumix G1 et Olympus PEN E-P1. Toutefois les tarifs de vente ont été similaires à ceux des reflex grand public.

Le marché s'est beaucoup élargi au début des années 2010, notamment avec l'arrivée des premiers hybrides équipés de capteurs au format APS-C qui sont de vrais capteurs de reflex[2]. Cette nouvelle taille sera introduite par le Samsung NX 10 et le couple Sony Alpha NEX-5, NEX-3. Le marché commencera à faire parler de lui à partir de ce moment-là et d'autres constructeurs vont rejoindre ce marché en plein essor.

En juin 2011, Pentax sort le Q qui se distingue par un capteur de petite taille[3] et un boîtier au style rétro. Quelques mois plus tard, Nikon sort sa gamme One composée du J1 et du V1. L'arrivée de ce constructeur permet de faire connaître davantage ce jeune marché[4]. En 2012, Fujifilm sort le X-Pro 1 qui offre le choix entre une visée optique et une visée électronique ; là encore, le style de l'appareil est rétro.

À la fin de l'année 2011, Panasonic sort une gamme d'objectifs motorisé compact baptisé X. Ces objectifs permettent de réduire davantage l’encombrement des hybrides[5].

En juillet 2012, Canon annonce le Canon EOS M. Comme pour la gamme one de Nikon, le design du boitier est moderne. Le capteur est de type APS-C comme sur les Sony NEX et Samsung NX[6]. En janvier 2013, Polaroid présente un hybride sous Android, le iM1836[7]. Quelque mois plus tard, en juin 2013, Samsung présente le Galaxy NX, un hybride haut de gamme sous android avec un écran de 4.8" et un connexion 4G[8].

En octobre 2013, Sony présente les deux premiers hybrides plein format, les Sony Alpha 7 et 7R[9]. En mars 2014, Samsung annonce le plus petit appreils hybride ayant existé, le NX Mini, équipé d'un cpteur de 1" et affichant des dimensions de 11 x 6,19 x 2,25 cm avec un poids de moins de 160 grammes[10].

En 2014, les Panasonic Lumix GH4 et Sony Alpha 7S sont les deux premiers appareils hybrides capables d'enregistrer des vidéos au format 4K[11].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le concept consiste à équiper des appareils compacts d'optiques interchangeables et de capteurs de grandes tailles comme les reflex. Ils sont généralement tous équipés d'un capteur CMOS de 14 à 36 mégapixels.

Leur ergonomie est assez proche de celle des compacts mais avec des fonctionnalités de reflex (la principale étant le changement d'objectif).

Visée électronique[modifier | modifier le code]

Un Olympus E-P2 équipé d'un viseur électronique.

La visée électronique permet d'avoir accès à plus d'informations pour perfectionner les réglages, les informations proviennent directement du capteur. Cette technique offres plusieurs avantages :

  • l'affichage de nombreuses informations (exposition, balance des blancs et la profondeur de champ) ;
  • la taille du viseur ;
  • la compensation de luminosité ;
  • la mise au point manuelle et la vérification de l'AF grâce au zoom électronique ;
  • la vue directe de ce que le capteur enregistre.

Format de capteur[modifier | modifier le code]

Les tailles de capteurs.
Sony A7 et A7R utilisant des capteurs plein formats.
Un capteur CMOS d'un NEX-5 (format APS-C).

En 2014, quatre tailles de capteurs différentes sont utilisées par les hybrides.

Plein Format[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Format 35 mm.

Le plein format (en anglais full-frame) est généralement utilisé sur des reflex haut de gammes à vocation expert comme le Canon EOS-1D X ou le Nikon D3. Les seul appareils photos hybrides équipé de ce format sont les Sony Alpha 7 et 7R.

APS-C[modifier | modifier le code]
Article détaillé : APS-C.

Ce format est généralement utilisé par les appareils photographiques reflex numériques d'entrée et milieu de gamme. Dans la catégorie des hybrides, ce format est utilisé par Sony pour ses NEX et ILCE, Samsung pour ses NX, Canon avec ses EOS M ainsi que Fujifilm pour ses X et Pentax pour son K-01.

Micro 4/3[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système Micro Four Thirds.

Le format micro 4/3 est utilisé par Panasonic pour ses G et par Olympus qui l'emploie dans ses PEN.

CX[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Format Nikon CX.

Le format CX a été créé par Nikon pour sa gamme One. Elle est actuellement composée de trois séries :

  • La série S, pour les débutants,
  • La série J, orienté grand public,
  • La série V, elle, est plutôt destiné aux experts,
  • La série AW comporte des appareils étanches et résistants.
1/2,3" et 1/1.7"[modifier | modifier le code]

Ce format, que l'on retrouve sur la plupart des appareils photographiques compacts grand public, est utilisé par Pentax sur ses petits hybrides série Q.

Succès[modifier | modifier le code]

Vue en coupe comparent un reflex mono-objectif et un COI.

Le succès des hybrides résulte du fait qu'ils mélangent certaines caractéristiques des reflex et des compacts et qu'il en existe sous de multiples formes (certains sont très proches des compacts comme les Nikon 1 et d'autres sont plus proches des reflex comme les séries de Panasonic G et GH). La qualité d'image est souvent proche voire supérieure à celle des appareils reflex pour les hybrides APS-C[12] et plein format (notamment l'Alpha 7R[13]).

La volonté des constructeurs est de proposer une véritable alternative aux reflex où la qualité et les réglages restent mais où l'ergonomie, l'encombrement et le poids changent beaucoup par rapport aux reflex, mais aussi d'un appareil hybride à l'autre[14]. De plus en plus de ces boîtiers s'adressent aux photographes passionnés et professionnels (série Olympus OMD, Sony Alpha 6000 et 7, Panasonic Lumix GX et GH, Fujifilm X) ces boîtiers légers et compacts qui ont un souvent un look rétro sont utilisés par des photographes pour y monter d'anciens objectifs argentiques[15],[16].,[17]. Ces appareils sont également appréciés en photographie de rue pour leur discrétion[18],[19].

Les constructeurs proposent aussi des appareils à peine plus encombrants que les compacts et tout aussi faciles à utiliser (Olympus PEN, Sony Alpha 5000, Nikon 1 S et J, Lumix GF et GM).

Marché[modifier | modifier le code]

Au début des années 2010, le marché est en pleine croissance et tous les grands constructeurs y sont présents : Nikon, Olympus, Panasonic (Lumix), Sony Alpha, Fujifilm, Samsung, Pentax et Canon.

En 2012, les hybrides représentent 20 % des ventes d'appareils à objectifs interchangeables en France[20]. Le même année au Japon, ils représentent 50 % des ventes d'appareil photo[21] Les ventes de COI ont augmentées de 64 % sur les trois premiers trimestre de l'année 2012[22].

En 2013, le marché des appareils photographiques numériques est touché par une baisse des ventes au niveau mondial avec un recul de 40%. Malgré cette importante chute des ventes, les hybrides, tout comme les reflex, ont une part de marché croissante (de 4 à 5% pour les hybrides) et une faible diminution des volumes de ventes, au contraires des compacts et des bridges, dont la part de marché passe de 80 à 74 %[23].

Exemples d'hybrides[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lancement du micro 4/3 ».
  2. « Lancement des NEX à capteur de reflex ».
  3. « Le Pentax Q ».
  4. « Nikon dévoile sa gamme one ».
  5. « Présentation des objectifs X ».
  6. (en)Canon, « DSLR-quality images at your fingertips: Canon launches the small and simple EOS M », communiqués de presse, sur www.canon.fr,‎ 2012 (consulté le 23 juillet 2012).
  7. Damien LADURELLE, « Polaroid – un appareil photo sous Android », presse, sur www.phonandroid.com,‎ 8 janvier 2013 (consulté le 8 janvier 2013).
  8. « Samsung Galaxy NX: l'hybride grand écran avec 3G et 4G LTE ».
  9. « Présentation des A7 et A7R », sur http://www.fredzone.org/.
  10. « Samsung NX Mini : le plus petit COI », sur Focus Numerique.
  11. (en) « First competition for the GH4 has been announced. Sony A7s ».
  12. « Test : Fujifilm X-T1, le meilleur APS-C du moment », sur LesNumeriques.
  13. « Test : Sony A7R, le plein format que nous attendions », sur LesNumeriques.
  14. « Les APN qui ont marqué l'année 2013 », sur LesNumeriques.
  15. « Hybride et vieille optique en second boitier ? »
  16. (en) « Using Manual Focus Lenses on Mirrorless Cameras », sur http://admiringlight.com/.
  17. (en) « How to Use Vintage Lenses on Mirrorless Cameras », sur pcmag.com.
  18. « Reflex ou hybride ».
  19. « Un hybride pour la photo de rue ? », sur eschon.com.
  20. « Le marché des hybrides. »
  21. « Le marché japonais des hybrides ».
  22. « Le marché des APN en 2012 ».
  23. « Chute du marché des APN », sur Focus Numerique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :