Smilo Freiherr von Lüttwitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lüttwitz.
Smilo Freiherr von Lüttwitz
Image illustrative de l'article Smilo Freiherr von Lüttwitz

Naissance 23 décembre 1895
Straßburg, Reichsland Elsaß-Lothringen
Décès 19 mai 1975 (à 79 ans)
Koblenz
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Drapeau : Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Panzertruppe (Wehrmacht)
Generalleutnant (Bundeswehr)
Années de service 1914-19451957-1960
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 26. Panzer-Division
9. Armee
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer avec Feuilles de chêne et Glaives
Croix allemande
Famille Walther von Lüttwitz (père)

Le titre de cet article contient le caractère ü. Quand celui-ci n'est pas disponible ou n'est pas désiré, le nom de l'article peut être représenté comme Smilo Freiherr von Luettwitz.

Smilo Walther Hinko Oskar Constantin Wilhelm Freiherr von Lüttwitz[Notes 1] (23 décembre 1895 à Strasbourg - 19 mai 1975 à Koblenz) est un General der Panzertruppe allemand qui a servi au sein de la Wehrmacht dans la Heer pendant la Seconde Guerre mondiale et Generalleutnant dans la Bundeswehr.

Il a été récipiendaire de la croix de chevalier de la Croix de fer avec Feuilles de chêne et Glaives. Cette décoration et ses grades supérieurs : les Feuilles de chêne et Glaives sont attribués pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Smilo Freiherr von Lüttwitz est né le 23 décembre 1895 à Strasbourg dans une famille ayant une longue histoire de service militaire. Il rejoint le service militaire durant la mobilisation le 3 août 1914 comme élève-officier dans le Leib-Dragonerregiment (2 Hessisches Großherzoglich) Nr. 24 à Darmstadt. Fähnrich von Lüttwitz est posté sur le front de l'Est et voit le combat à Tannenberg, Courlande et Dun. Il est sévèrement blessé à deux reprises en 1915 et reçoit la Croix de Fer (Kreuz Eisernes) 1re Classe. Il commande en tant que Leutnant le 16 juin 1915, effectif à compter du 10 août 1914[1],[2].

En 1916, après que son frère est tué en combat en tant que chef d'une Jägerkompanie, von Lüttwitz est transféré dans l'état-major dans le X. Armeekorps dans l'Heeresgruppe Kronprintz pendant deux ans. Le corps est sous le commandement de son père, le Generalleutnant Walther von Lüttwitz. Son père, récipiendaire de Pour le Mérite avec feuilles de chêne, a été l'un des généraux les plus décorés de l'Empire allemand. Il reprend son service de première ligne en 1918 en tant qu'adjudant dans les Darmstädter Dragoner pendant l'occupation temporaire de l'Ukraine et la Russie méridionale. À la fin de la Première Guerre mondiale, il reçoit les deux classes de la Croix de Fer, ainsi que l'insigne des blessés en Argent[1],[2].

Pendant la République de Weimar, il sert dans diverses unités de cavalerie entre autres à Breslau et à Pasewalk. Après l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler, il intègre en 1934 le corps des Panzers.

En 1939, il est lieutenant-colonel et sert comme aide de camp du XV. Armeekorps. Pendant la Seconde Guerre mondiale il commande le Schutzen-Regiment 12 et la 4. Schutzen-Brigade. Il combat sur le front de l'Est. En 1942, il dirige la 23. Infanterie-Division puis la 26. Panzer-Division en Italie. Le 1er septembre 1944, il est nommé General der Panzertruppen (général de corps d'armée). Il est alors commandant du LXXXVI. Panzerkorps. Il commande la 9. Armee de septembre 1944 à janvier 1945. Pour avoir refusé d'obéir à des ordres de Ferdinand Schoerner, Commandant du Heeresgruppe Mitte jugés injustes, il est relevé et est traduit devait un tribunal de guerre à Torgau. Il est acquitté des charges qui pèsent contre lui. En mars 1945, il retrouve un commandement à la tête du LXXXV. Armeekorps. Finalement, il est fait prisonnier en Tchécoslovaquie le 7 mai 1945 et sera prisonnier de guerre américain jusqu'en 1947. Il a été blessé cinq fois durant la Seconde Guerre mondiale.

Après la Seconde Guerre mondiale, il rejoint la Bundeswehr le 1er juin 1957 et prend le commandement du III. Korps. Il prend sa retraite le 31 décembre 1960.

Promotions[modifier | modifier le code]

4 août 1914 : Fahnenjunker
16 juin 1915 : Leutnant, effectif le 10 août 1914
Oberleutnant
1er mai 1930 : Rittmeister
Major
1er janvier 1939 : Oberstleutnant
1er novembre 1941 : Oberst
1er septembre 1942 : Generalmajor
1er octobre 1943 : Generalleutnant
1er septembre 1944 : General der Infanterie, effectif le 1er avril 1944
1958 : Generalleutnant dans la Bundeswehr

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note
  1. Freiherr est un titre de noblesse, pouvant se traduire comme Baron, et non une partie d'un nom de famille. La forme féminine est Freifrau et Freiin.
Citations
  1. a et b "Berger p196"
  2. a et b "Williamson p31"
  3. Patzwall and Scherzer 2001, p. 289.
  4. a, b et c Scherzer 2007, p. 519.
Source
Bibliographie
  • (de) Berger, Florian (2000). Mit Eichenlaub und Schwertern. Die höchstdekorierten Soldaten des Zweiten Weltkrieges. Wien, Autriche: Selbstverlag Florian Berger. ISBN 3-9501307-0-5.
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • (de) Patzwall, Klaus D. and Scherzer, Veit (2001). Das Deutsche Kreuz 1941 - 1945 Geschichte und Inhaber Band II. Norderstedt, Allemagne: Verlag Klaus D. Patzwall. ISBN 3-931533-45-X.
  • (de) Schaulen, Fritjof (2004). Eichenlaubträger 1940 - 1945 Zeitgeschichte in Farbe II Ihlefeld - Primozic. Selent, Allemagne: Pour le Mérite. ISBN 3-932381-21-1.
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Die Ritterkreuzträger Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
  • (en) Williamson, Gordon (2006). Knight's Cross, Oak-Leaves and Swords Recipients 1941-45. Osprey Publishing Ltd. ISBN 1-84176-643-7.
  • (de) Die Wehrmachtberichte 1939-1945 Band 2, 1. Januar 1942 bis 31. Dezember 1943. München: Deutscher Taschenbuch Verlag GmbH & Co. KG, 1985. ISBN 3-423-05944-3.
Liens externes