Saint-Maurice-sur-Dargoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice.
Saint-Maurice-sur-Dargoire
Aqueduc romain du Gier : Le pont des Granges
Aqueduc romain du Gier : Le pont des Granges
Blason de Saint-Maurice-sur-Dargoire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Mornant
Intercommunalité Communauté de communes du pays Mornantais (COPAMO)
Maire
Mandat
Martine Surrel
2014-2020
Code postal 69440
Code commune 69228
Démographie
Population
municipale
2 162 hab. (2011)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 59″ N 4° 37′ 55″ E / 45.5830555556, 4.63194444444 ()45° 34′ 59″ Nord 4° 37′ 55″ Est / 45.5830555556, 4.63194444444 ()  
Altitude Min. 204 m – Max. 535 m
Superficie 16,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Dargoire

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Dargoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Dargoire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-sur-Dargoire
Liens
Site web www.saintmauricesurdargoire.fr/

Saint-Maurice-sur-Dargoire est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Les habitants de cette commune se nomment « Les Chats ».[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est un village des Monts du Lyonnais situé entre le carrefour intercommunal de Bellevue (sur la D342 reliant Lyon à Saint-Étienne) et le village de Saint-Didier-sous-Riverie. La commune, située au sud du département du Rhône, est limitrophe du département de la Loire. Elle est bordée au sud par les communes de Châteauneuf (Loire) et Rive-de-Gier, à l'ouest par celles de Saint-Joseph (Loire) et Saint-Didier-sous-Riverie, au nord par celle de Mornant, et à l'est par celles de Saint-Jean-de-Touslas et Tartaras.

Le territoire de la commune s'étend du nord au sud sur 10 km. Sa superficie est de 16 km2. À l'ouest, la commune est séparée du département de la Loire sur 6 km par le Bozançon (ruisseau), qui se jette dans le Gier au niveau du hameau de la Madeleine. Sur cette distance, aucun pont carrossable ne franchit la vallée du Bosançon, obligeant tout véhicule à passer par Rive-de-Gier ou Saint-Didier-sous-Riverie, ce qui crée un gros détour pour rallier St-Maurice à St-Joseph, par exemple.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Désille-sur-Dargoire[1].

Sport et Culture[modifier | modifier le code]

Le club de volleyball ESSM Volley a été fondé en 1971. Entre 2000 et 2010, l'équipe féminine évolua pendant 7 saisons au niveau Nationale 3 ; St-Maurice est le village le moins peuplé de France ayant eu une équipe féminine à un tel niveau.

Le Tennis Club des Chats (TCC) a été créé en 1988.

La troupe de théâtre amateur L'Emporte Pièces a été créée en 2009, mais existait sous le nom de Théâtre de St-Maurice depuis 1979. Depuis 2009, la troupe est commune aux villages de Saint-Maurice-sur-Dargoire et Saint-Didier-sous-Riverie. Un spectacle par saison est monté, dont les représentations sont généralement données en automne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Maurice-sur-Dargoire se blasonnent ainsi :

Parti, au premier de gueules à saint Maurice en légionnaire romain d'argent tenant de sa senestre une palme de martyr d'or, au second coupé au I de sinople à l'épi de blé d'or posé en fasce, surmonté d'un marteau et d'une tenaille d'argent passés en sautoir, et au II d'argent au chat couché de sable allumé de sinople, surmonté d'un chêne arraché d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Martine Surrel DIV  
Les données manquantes sont à compléter.
la mairie

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 162 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 071 1 077 1 126 1 200 1 319 1 440 1 549 1 505 1 445
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 378 1 416 1 243 1 205 1 243 1 281 1 278 1 159 1 185
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 190 1 164 1 142 1 019 1 026 1 038 1 042 1 037 1 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 136 1 236 1 296 1 560 1 916 2 100 2 166 2 162 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Aqueduc gallo-romain du Gier avec notamment :
    • Le pont des Granges inscrit Monument historique[3]
    • Le pont de Jurieux inscrit Monument historique[4]
  • Chêne quadricentenaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]