Sławomir Rawicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sławomir Rawicz, né en 1915 à Pinsk (alors en Russie, avant d'être en territoire polonais entre les deux guerres mondiales et désormais en Biélorussie), mort en Grande-Bretagne le 5 avril 2004, est officier de la cavalerie polonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est l'auteur d'un ouvrage unique publié en 1956, À marche forcée (titre originel en anglais : The Long Walk), récit, controversé, de son évasion d'un camp du goulag. Le livre se vend à plus de 500 000 exemplaires et il est traduit dans vingt-cinq langues. Il est porté à l'écran par Peter Weir sous le titre The Way Back (Les Chemins de la liberté pour la version française) en 2010.

Selon ce récit, Sławomir Rawicz est capturé par les Soviétiques lors du partage de la Pologne en 1939 puis déporté dans un camp du goulag en Sibérie, après avoir passé de longs mois à la Loubianka. Il ne tarde pas à organiser une évasion avec six[1] autres détenus. La suite est un périple de survie depuis le camp du Goulag jusqu'à l'Inde, en traversant le lac Baïkal, la Bouriatie, la Mongolie, le désert de Gobi, le Tibet et l'Himalaya.

Dès sa parution en 1956, des critiques, notamment celles de l'explorateur Peter Fleming et du tibétologue Hugh Richardson, sont venues remettre en question l'authenticité du récit, criant au faux voire à l'imposture littéraire[2].

En 2006, des journalistes de la BBC établirent que Rawicz n'avait pas pu accomplir le périple car un document de sa propre main indiquait qu'il était sorti du goulag en 1942. D'après son casier militaire, il rejoignit alors l'armée polonaise en Russie du général Anders[3].

Rawicz se serait inspiré en fait du récit d'un compatriote nommé Witold Glinski, qu'il aurait trouvé pendant la guerre dans des documents de l'ambassade de Pologne à Londres[4].

Résumé du livre À marche forcée[modifier | modifier le code]

Sławomir et ses six compagnons se sont évadés avec l'aide de la femme du chef du camp 303. Elle a donné des idées à Rawicz pour l'évasion, lui a procuré un fer de hache et aussi des sacs pour l'ensemble de ses compagnons d'évasion. La petite troupe réunit trois Polonais (Rawicz lui-même, Sigmund Makowski, un officier des forces de frontière, Anton Paluchowicz, un sergent de cavalerie), deux Lituaniens (Zacharius Marchinkovas, un architecte, Anastazi Kolemenos[5], un propriétaire terrien), un Yougoslave (Eugène Zaro, un employé de bureau) et un Américain (Smith, ingénieur, qui refusa de divulguer son prénom). Rawicz est le plus jeune. Ils ne tardent pas dès les premiers jours de leur fuite à rencontrer une jeune Polonaise de dix-sept ans, Kristina, qui vient de fuir le kolkhoze où elle était employée. Sur sa supplication, ils décident de l'intégrer à leur groupe, le meilleur gage en étant qu'elle apporte du bien-être à « l'expédition ». Ils la considèrent alors comme un porte-bonheur.

Après avoir rejoint la rive orientale du lac Baïkal, ils traversent le reste de la Bouriatie en longeant le lac pour parvenir à la frontière mongole qu'ils passent sans encombre, l'Américain en tête, offrant en « cadeau » des pommes de terre dérobées aux Russes.

La deuxième partie de l'ouvrage est la plus émouvante mais aussi la plus ouverte à la critique car elle comporte nombre de trous, d'inexactitudes et d'erreurs, sur lesquels Rawicz ne fournira pas de réponse, refusant de se défendre face aux attaques de ses détracteurs. Les fugitifs abordent le désert de Gobi, où deux d'entre eux meurent, dont la jeune Polonaise. Affaiblis, ils atteignent le Tibet. Sans cesse affamés durant leur parcours, ils ne se déplacent que le jour car incapables de se repérer aux étoiles. Ils sont tributaires de la généreuse hospitalité des Tibétains. L'un des membres du groupe meurt une nuit avant d'affronter le dernier obstacle, le rempart de l'ouest de l'Himalaya. Ils réussissent à le franchir mais en perdant de nouveau un compagnon. Les quatre survivants seront secourus par une patrouille indienne.

Pour écrire son récit, Rawicz s'est fait aider par un nègre, un journaliste du nom de Ronald Downing[6],[7], auquel il exprime sa gratitude au début du livre[8]. Il aurait insisté auprès de lui pour que toute son expression apparaisse et s'impose devant d'éventuels développements littéraires qu'aurait pu ajouter le journaliste. Mais rien, pourtant, ne permtet de dire que ce dernier n'ait pas pris de liberté avec le récit. Cette mise en garde concernant ce point sera sans cesse mise en exergue dans les critiques sur l'ouvrage mais aussi dans l'introduction du livre.

Critiques dès parution[modifier | modifier le code]

À marche forcée fait figure d'avant-garde dans les témoignages d'évasion du goulag. Toutefois, dès sa parution, des critiques, notamment celles de l'explorateur Peter Fleming en 1956[9]. et du tibétologue Hugh Richardson en 1957, sont venues en remettre en question l'authenticité, criant au faux voire à l'imposture littéraire[2].

Dans une critique qu'il fit pour le Himalayan Club Journal, Hugh Richardson, ancien diplomate britannique en poste à Lhassa, fait état de plusieurs douzaines d'erreurs et se demande si le récit n'est pas une reconstitution confuse et vague d'événements ayant vraiment existé ou ne relève pas de l'imagination pure et simple[10],[11].

Peter Fleming conclut que l'ensemble du livre est du pipeau (moonshine)[12] en se basant sur un certain nombre de constatations.

  • Aucun des autres survivants en dehors de Rawicz ne s'est manifesté après la parution du livre[13].
  • Il en va de même des médecins et infirmiers qui sont censés l'avoir soigné à Calcutta en Inde, et du responsable du renseignement britannique dans ce même pays[14].
  • Il n'est pas possible d'arriver au Tibet depuis la Mongolie extérieure sans traverser à un endroit ou un autre la grand' route Lanzhou-Ouroumtsi avec ses poteaux télégraphiques. Rawicz n'a rien vu de tel[15].
  • Pour gagner le plateau tibétain, il faut franchir une barrière montagneuse de 20 000 pieds (6 000 m). Rawicz n'en parle pas[16].
  • Interrogé lors d'une émission radiophonique intitulée The Travellers, Rawicz déclara ne pas savoir que la farine d'orge, la tsampa, était l'aliment de base au Tibet (un peu comme si un voyageur qui aurait traversé les îles britanniques de John o' Groats à Land's End, ne s'était pas aperçu que les Britanniques buvaient du thé)[17].

Critiques de Patrick Symmes en 2003[modifier | modifier le code]

Plus récemment (2003), l'écrivain Patrick Symmes relève certaines situations irréalistes :

  • L'oasis de palmiers au milieu des dunes qu'ils auraient rencontrée dans le désert de Gobi semble des plus improbables.
  • Rawicz dit avoir survécu douze jours sans boire dans le désert du Gobi[18].
  • Il mentionne, au cours de sa traversée de l'Himalaya, la rencontre de deux créatures qu'il décrit en donnant à entendre qu'il pourrait s'agir des « abominables hommes des neiges »[19].
  • Lui et ses compagnons traversent affamés, décharnés, une partie de ce même Himalaya, sans équipements et en plein hiver.
  • Les Mongols décrits par Rawicz ne montent pas à cheval, ils marchent ; ils portent un chapeau conique et remontent les méandres des rivières en poussant leurs embarcations avec une perche, on se croirait plutôt au Viêt Nam[20].

Contactés par Patrick Symmes, les éditeurs, britanniques comme américains, de Rawicz lui ont déclaré ne pas croire que chaque page mérite le qualificatif d'« histoire vraie » qu'affiche la couverture du livre[21]. Le fait est que Rawicz a toujours refusé non seulement de donner les coordonnées des autres survivants du périple mais aussi de livrer pièces, photographies, noms des témoins[22].

Remise en cause par des journalistes de la BBC en 2006[modifier | modifier le code]

Des journalistes de la BBC ont établi, en 2006, que Rawicz n'avait pas pu accomplir le périple car il était sorti du goulag en 1942 (récit de la main de Rawicz décrivant sa libération du goulag en 1942 dans le cadre d'une amnistie générale des soldats polonais, corroboré par une lettre d'amnistie et la permission de rejoindre l'armée polonaise en Russie). Le casier militaire de Rawicz indique qu'il rejoignit alors l'armée polonaise en Russie du général Anders. Au vu de ces documents, il est quasiment impossible de croire que Rawicz se soit évadé, à moins d'une erreur d’identité mais le nom, le lieu et la date coïncident. Il apparaît en outre que Rawicz avait été envoyé au goulag pour avoir tué un officier du NKVD, la police secrète soviétique[23].

Un récit « emprunté » à Witold Glinski (2009) ?[modifier | modifier le code]

Rawicz se serait inspiré en fait du récit d'un compatriote nommé Witold Glinski, qu'il aurait trouvé pendant la guerre dans des documents de l'ambassade de Pologne à Londres. Bien que conscient du fait qu'on lui avait volé son récit, Glinski n'aurait jamais protesté car il voulait oublier la guerre et refaire sa vie[24]. C'est en 2009 que Witold Glinski se manifesta[25],[26].

La véracité du récit de Glinski a toutefois été mise en doute par un autre Britannique d'origine polonaise, Leszek Glinieci. Jeune garçon pendant la Seconde Guerre mondiale, Glinieci avait été exilé dans la province d'Arkhangelsk en Russie septentrionale, où il avait fréquenté une école spéciale en compagnie de Glinski, et ce jusqu'en septembre 1941, soit sept mois après la prétendue évasion du Goulag. Glinieci a mis le doigt sur d'autres incohérences présentes dans le récit de Glinski. De son côté, le journaliste de Radio BBC, Hugh Levinson, qui a examiné The Long Walk sous toutes les coutures, devait déclarer en 2010 : « Se peut-il que Glinski soit le véritable héros de l'histoire et que Rawicz lui ait piqué son histoire ? C'est possible, mais nous n'avons trouvé aucun élément permettant de corroborer le récit haut en couleurs de l'évasion et du périple de Glinski. »[27].

« Reconstitutions »[modifier | modifier le code]

En 2003, l'aventurier Sylvain Tesson a reproduit le périple de Rawicz, qu'il relate dans son livre L'Axe du loup (Lafont, 2004)[28].

Un autre aventurier, Cyril Delafosse-Guiramand, a refait l'itinéraire, en utilisant deux récits : celui de Rawicz et celui de Joseph Martin Bauer, Aussi loin que mes pas me portent. Parti de Magadan en Russie en 2006, il atteignit Vientiane au Laos en 2007. Les propos de Rawicz, selon lui, cristallisent l'importance du sujet et le manque de communication sur le thème des goulags[29].

Éditions françaises du livre[modifier | modifier le code]

  • A marche forcée : The long walk, Éd. A. Michel, 1957, 314 p.
  • A marche forcée (The long walk), Éd. A. Michel, 1966, 314 p.
  • Éditions « J'ai lu leur aventure », n° A13/14

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patick Symmes, « To tell the truth », Outside Magazine, en ligne, 1er janvier 2003.
  2. a et b (en) Patrick Symmes, To Tell the Truth. Is it fact or is it fiction? The perplexing story behind The Long Walk, in Outside magazine, Mariah Media Inc., January 2003 : « But ever since the book's first release, doubters have charged that The Long Walk is literally unbelievable, even a fraud and a hoax. »
  3. (en) Hugh Levinson, "Walking the talk", BBC News, 30 octobre 2006 : « The missing link came through documents discovered by an American researcher, Linda Willis, in Polish and Russian archives. One, in Rawicz's own hand described how he was released from the gulag in 1942, apparently as part of a general amnesty for Polish soldiers. »
  4. (en) Dennis Ellam et Adam Lee Potter, The Greatest Escape - war hero who walked 4,000 miles from Siberian death camp, Mirror.co.uk, 16 mai 2009.
  5. A marche forcée, p. 141
  6. (en) David E. Anderson, The Long Walk: A True Story of a Trek to Freedom ? : « The book was written by a ghost writer Ronald Downing. »
  7. Patrick Symmes, op. cit. : « Rawicz dictated his story to a Fleet Street ghostwriter in a direct, understated voice that puts his hardships in staggering relief. »
  8. Cf. À marche forcée, Éditions J'ai Lu, 1962, page 4.
  9. (en) StRIX (Peter Fleming), compte rendu de The Long Walk by Slavomir Rawicz, The Spectator, 12 July 1956, p. 13.
  10. Patrick Symmes, op. cit. : « Hugh Richardson, Britain's longtime diplomat in Lhasa, cited dozens of errors in a 1957 review for the Himalayan Club Journal, and wondered "whether the story is a muddled and hazy reconstruction of an actual occurrence, or mere fiction." »
  11. (en) Hugh Richardson, review of The Long Walk, in the Himalayan Journal, vol. 20, 1957.
  12. Peter Fleming, op. cit. : « One is regretfully forced to the conclusion that the whole of this excellent book is moonshine ».
  13. Peter Fleming, op. cit. : « None of the three other survivors has been traced or has come forward to identify himself ».
  14. Peter Fleming, op. cit. : « The doctors and nurses who looked after him, the officers who interrogated him or studied the reports of his interrogation have remained silent. Both the then Director of Military Intelligence in India and his principal subordinate in Calcutta have no recollection of an incident which might have been expected, even after fourteen years, to leave some impression on their minds ».
  15. Peter Fleming, op. cit. : « It is not possible [...] to arrive in Tibet from Outer Mongolia without at some point crossing the main highway from Lanchow to Urumchi; it was carrying a lot of traffic in 1941, and the party [...] must surely have noticed the telegraph Niles? Rawicz remembered no telegraph poles ».
  16. Peter Fleming, op. cit. : « he had also forgotten the mountain barrier, 20,000 feet high, which he must soon afterwards have scaled to gain the Tibetan plateau ».
  17. Peter Fleming, op. cit. : « An ordinary impostor would surely have done a little more homework. He would not, as Rawicz did on Sunday, deny all knowledge of tsamba, the staple food of Tibet; it was like a man, who claims 'that he has begged his way from John o' Groats to Land's End, saying that he never heard of a cup of tea ».
  18. Patrick Symmes, op. cit. : « Rawicz describes going 12 days in the Gobi without water; I recall choking on dust there myself after just a few hours. »
  19. Patrick Symmes, op. cit. : « British climber and expedition leader Eric Shipton reputedly hooted at the book's description of abominable snowmen. »
  20. Patrick Symmes, op. cit. : « In retrospect, it does seem odd that Rawicz's Mongolians walk everywhere rather than ride horses, and dress in conical hats and pole their boats up meandering rivers; that sounds more like Vietnam. »
  21. Patrick Symmes, op. cit. : « Rawicz, now 85 and living in England, stands by his story. But his London and American publishers both tell me they don't believe that every page of the book is strictly what the cover calls a "True Story." »
  22. Patrick Symmes, op. cit. : « Rawicz has declined to produce records, photographs, witnesses, or the full identity and whereabouts of the other survivors. »
  23. Hugh Levinson, op. cit. : « The missing link came through documents discovered by an American researcher, Linda Willis, in Polish and Russian archives. One, in Rawicz's own hand described how he was released from the gulag in 1942, apparently as part of a general amnesty for Polish soldiers. These are backed up by his amnesty document and a permit to travel to rejoin the Polish Army. These papers make it almost impossible to believe that Rawicz escaped, unless there is a case of mistaken identity. However, the name and place and date of birth all match. The documents also show that rather than being imprisoned on trumped-up charges as he claimed, Rawicz was actually sent to the gulag for killing an officer with the NKVD, the forerunner of the Soviet secret police, the KGB. »
  24. (en) Voir l'article sur Witold Glinski : « The likeliest explanation is that Rawicz read Witold’s genuine account of the escape, in official papers that he found in the Polish Embassy in London during the war. Witold knew his story had been stolen. But he never protested because he wanted to forget the war and concentrate on his new life. »
  25. L'affaire des évadés du goulag, Le Point, 27 janvier 2011.
  26. Une ombre sur la plus grande évasion, Le Temps, 22 janvier 2011.
  27. (en) Witold Glinski, notice nécrologique, The Telegraph, 3 juillet 2013.
  28. «Les Chemins de la liberté» La plus grande des évasions
  29. Fabric Aubert, Il a refait le périple des « Chemins de la liberté », 24 janvier 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]