Rothéneuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panorama du havre de Rothéneuf vue de l'île Besnard (le village de Rothéneuf est au fond sur la droite)

Rothéneuf est un quartier au nord-est de la ville de Saint-Malo et une ancienne commune d'Ille-et-Vilaine, situé sur la côte nord de la Bretagne, en France, sur le bord du havre homonyme.

Il existe plusieurs gentilés : Rothéien, Rothénien ou Rothéneuvien[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce nom de lieu n'est pas attesté dans les textes anciens. Il fut longtemps écrit Roténeuf. L'origine du nom n'est pas certaine et plusieurs hypothèses peuvent être avancées :

  • Le radical pré latin roth signifiant gué, que l'on retrouve dans Routhouan, un ruisseau de Saint-Malo. Ce gué était peut être celui du ruisseau du havre de Rothéneuf.
  • Le mot breton ros ou roz signifiant une hauteur (plateau, falaise ou sommet) associé à Tenec, nom probable d'une famille[1]. Le nom évoluant de Rostenec à Rothéneuf.

Moins probables :

  • Le nom d'homme latin Rottonus (l'abbé Fouré, sculpteur des rochers sculptés de Rothéneuf, dont la sépulture est au cimetière de Rothéneuf, inventa par plaisanterie une dynastie de Rothéneuf dont l'ancêtre était Rothéneuf 1er).
  • Les deux mots latins rota (roue) et nova (neuve).

De manière plus sûre, on sait que Rothéneuf fut un village ancien de pêcheurs et de laboureurs, dépendant du bailliage de Paramé, fief vassal du seigneur évêque de Saint-Malo et de son chapitre. Rothéneuf est porté sur la carte de Cassini. Il y avait seulement une chapelle pour le village, chapelle où Jacques Cartier serait venu prier avant chacun de ses voyages. Cette chapelle, en très mauvais état, fut détruite sous la Révolution. Relevée de ses ruines en 1816, elle fut desservie ensuite par un vicaire de Paramé. Il s'y tenait régulièrement une « assemblée », équivalent du pardon en Basse-Bretagne[1].

Le havre fut un temps protégé par un corps de garde bâti près de son entrée et armé de 3 canons[1].

Dans une description de 1757, il est mentionné à Rothéneuf la présence de « 210 maisons presque toutes occupées par des pêcheurs et des gens du païs ».

Le manoir de Limoëlou, demeure de Jacques Cartier, se trouve sur le point culminant de Rothéneuf. Parmi les plus anciennes demeures encore existantes, se trouve aussi celle du Hindre[1].

La paroisse de Rothéneuf fut établie par décret de Napoléon III du 4 juin 1866 et par ordonnance épiscopale du 10 juillet de la même année. Une nouvelle église fut construite en 1869[1].

La station balnéaire se développa à partir de 1881[1]. La première villa construite au bord du havre fut celle de l'abbé Lamarche[1].

Rothéneuf fut rattaché à la commune de Paramé. En 1893, des notables de Saint-Malo créèrent la Société anonyme des entreprises et terrains de Paramé Rothéneuf qui obtint deux ans plus tard, la prolongation du tramway[1].

L'abbé Fouré s'y installe en 1896[1] et va sculpter les rochers côtiers pendant 16 ans.

Rothéneuf fait partie de la commune de Saint-Malo depuis la fusion en 1967 des 3 communes (Paramé, Saint-Servan et Saint-Malo). Une partie du village s'étend sur la commune de Saint-Coulomb.

De juin 1896 à 1916 environ Rothéneuf faisait partie d'une ligne de tramway à vapeur (voie de 0,60 m) de trois kilomètres reliant la commune à Paramé. La société Decauville qui gérait la ligne fit faillite en 1914. La ligne fut déclassée par décret en 1931.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rothéneuf donne sur un grand port naturel, le havre de Rothéneuf, qui s'ouvre sur la mer par un goulet entre la pointe de Rothéneuf et l' Île Besnard (en fait une presqu'île).

Détail des Rochers sculptés de l'abbé Fouré – Monstre marin et personnages

Points intéressants[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Saint-Malo, 2000 ans d'histoire, tome 2 de Gilles Foucqueron, 1999.

48° 40′ 55″ N 1° 58′ 05″ O / 48.68194, -1.96806 ()