Le Minihic-sur-Rance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Minihic-sur-Rance
Bibliothèque municipale du Minihic
Bibliothèque municipale du Minihic
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Saint-Malo
Canton Dinard
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Émeraude
Maire
Mandat
Claude Ruaud
2014-2020
Code postal 35870
Code commune 35181
Démographie
Gentilé Minihicois
Population
municipale
1 433 hab. (2011)
Densité 366 hab./km2
Population
aire urbaine
29 013 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 39″ N 2° 00′ 41″ O / 48.5775, -2.01138888889 ()48° 34′ 39″ Nord 2° 00′ 41″ Ouest / 48.5775, -2.01138888889 ()  
Altitude 25 m (min. : 0 m) (max. : 61 m)
Superficie 3,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Minihic-sur-Rance

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Le Minihic-sur-Rance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Minihic-sur-Rance

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Minihic-sur-Rance
Liens
Site web http://www.le-minihic-sur-rance.fr/

Le Minihic-sur-Rance est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire du Minihic-sur-Rance de 391 hectares, se situe sur la rive gauche de la Rance (fleuve), bordé au nord et à l'ouest par Pleurtuit et voisin au sud par Langrolay-sur-Rance. Cette Commune est limitrophe des Côtes-d'Armor, frontière matérialisée par le ruisseau de la Houssaye. Son altitude officielle est de 41m à la mairie mais est comprise entre 0m et 61m.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune du Minihic-sur-Rance a été créée en 1849, par démembrement de la commune de Pleurtuit.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2005 mars 2008 Armel Thoreux    
mars 2008 août 2012 Sylvie Barthélémy[1],[2]    
13 octobre 2012 mars 2014 François Moreau[3],[4]    
mars 2014 en cours Claude Ruaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Le 1er août 2012, le Conseil des ministres dissout le conseil municipal sur proposition du Préfet d'Ille-et-Vilaine. En cause, l'absence de budget pour les années 2010, 2011 et 2012, et l’absence de délibération depuis mai 2011[2].

Suite à une nouvelle élection, le nouveau conseil municipal est installé le 13 octobre 2012.François Moreau est élu maire.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 433 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1846. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
1 412 1 285 1 322 1 450 1 364 1 378 1 398 1 263 1 149
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
1 124 1 091 989 1 006 987 931 916 867 848
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004
827 730 747 721 791 978 1 148 1 267 1 295
2006 2009 2011 - - - - - -
1 298 1 397 1 433 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Sauvegarde de la Chapelle St Buc, rue du Mt Garel
  • VMEH, la Giraudais
  • Rance Nature et Faune Sauvage, 3 rue des Chênes
  • A.D.I.R.P. (déportés), et ACCA, 9 rue de Bon-Secours
  • Action Sports Loisirs (gym-Tennis), rue Virecourt
  • Partager grandir, chemin de la Houivette
  • RUN in RANCE, rue des Devants Lauriers
  • Entente Sportive, 7 rue des Camélias
  • Yoga - AHYM-France, 30 rue Maréchal Leclerc
  • Meneurs des bords de Rance, 1 rue du Clos Diamant
  • Amis de la Baie de la Landriais, 7 rue du Pré Botté
  • L' Association Les Amis du peintre Geoffroy Dauvergne à son siège social dans la commune depuis sa création en 2008 au 33-35 rue du R.P. Lebret.
  • ARCA, 12 rue Maréchal Leclerc
  • Anciens Combattants, 47 rue des Marins
  • ADMR, 14 bis rue du Grand Ruet
  • Club des Ajoncs, 4 rue des Saules
  • Comité des Fêtes, impasse Félix Guillou
  • Les Minih'Bouts
  • Les P'tits Loups, 1 bis rue du Clos Diamant
  • Associations des plaisanciers du Minihic-sur-Rance, 1 bis Chemin des Bosses
  • Association Vigirance, 12 rue Angèle Belair
  • Notre-Dame de la Miette,
  • Bougeons Ensemble, Maison de retraite Thomas Boursin
  • Kateka, 6 rue des Perrons.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Moulin à marée de Fosse Mort

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte trois monuments historiques :

  • La chapelle Sainte-Anne, reconstruite en 1660, est la chapelle du manoir de Saint-Buc, lui-même entièrement reconstruit en 1755. Elle a été inscrite par arrêté du 29 décembre 1982[7]
  • Le manoir du Houx, édifié aux XVIIe et XVIIIe siècles, inscrit par arrêté du 15 novembre 1985[8].
  • La cale sèche de la Landriais : implantée dans le chantier naval situé en bord de Rance, elle a été construite en 1908 par le constructeur naval François Lemarchand. L’ouvrage a été inscrit par arrêté du 8 août 1996[9].

Autres monuments :

  • Manoir des Auffenais, du XVIe siècle ou avant, possédé de 1919 à 1945 par les écrivains Jérôme et Jean Tharaud[10].
  • Château de Saint-Buc, qui a appartenu au sénateur Léon Jenouvrier.
  • Moulin à marée de Fosse Mort, à l'état de ruine. On peut y trouver les restes du moulin ainsi que son bassin de retenue avec le mur de fermeture. Au nord, il subsiste les ruines de logis avec dépendances assez importantes[11].
  • Moulin à marée de la Herviais, à l'état de ruines. On y trouver les restes du moulin ainsi que son bassin de retenu avec le mur de fermeture. Au sud-ouest, l'ancienne maison de meunier et sa dépendance ont été rénovés à a fin des années 1980[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-Joseph Lebret, O.P. (1897-1966): Économie et Humanisme, IRFED, "Populorum Progressio".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]