Rosa chinensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Hibiscus rosa-sinensis.

Le Rosier de Chine (Rosa chinensis) est une espèce de rosier classée dans la section des chinenses originaire du centre de la Chine (Guizhou, Hubei et Sichuan).

Certaines variétés de Rosa chinensis sont appelées rosier du Bengale ou Bengale rose avec le nom latin de Rosa indica, synonyme de Rosa chinensis.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un arbrisseau pouvant atteindre 1 à 2 mètres de haut, poussant dans les haies ou formant des fourrés.

Les feuilles imparipennées ont généralement trois à cinq folioles, chaque foliole, lancéolée-acuminée, ayant 3 à 6 cm de long sur 1 à 3 de large.

Chez les formes sauvages (parfois classées comme Rosa chinensis var. spontanea), les fleurs, de 5 à 6 cm de diamètre, ont cinq pétales de couleur vive, rose à rouge. Elles sont solitaires ou groupées en faible nombre (3). Les fruits ont 1 à 2 cm de diamètre.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est très largement cultivée en Chine comme plante ornementale ; de nombreux cultivars ont été sélectionnés pour leurs fleurs de couleurs variées, aux nombreux pétales (fleurs semi-doubles, doubles ou pleines).

L'espèce a joué également un rôle important dans la création de nombreuses roses de jardins modernes, dont les roses hybrides de thé et est à l'origine des variétés dites « remontantes », c'est-à-dire à floraison continue, ou refleurissant en été.

Les fleurs et les fruits sont employés dans la médecine traditionnelle chinoise pour le traitement des règles irrégulières ou douloureuses, ainsi que contre le goitre.

Mutations de Rosa chinensis[modifier | modifier le code]

Rose 'Bengale Rouge'
  • Rosa chinensis 'Spontanea' ou 'Henry's Crimson China', présent en Chine et naturalisé en Inde est un buisson à fleurs simples rouges en juin. C'est un des parents de Rosa odorata, donc de toutes les roses hybrides de thé, et en conséquence de la majorité des roses modernes.
  • Rosa chinensis Semperflorens, rosier du Bengale rouge, 'Old Crimson China' aux fleurs rouges, odorantes, demi-doubles qui fleurissent de juin à octobre. C'est une mutation de Rosa chinensis 'Spontanea' cultivée dans les jardins chinois.
  • Rosa chinensis 'Minima' et Rosa chinensis 'Pumilla' ou 'Pompon de Bengale', rosiers nains, qui sont ou ont donné par mutation 'Rouletii',
  • Rosa chinensis 'Viridiflora', mutation à fleurs vertes et floraison remontante,
  • Rosa chinensis 'Mutabilis', mutation ou hybride de Rosa odorata.

Hybrides de Rosa chinensis[modifier | modifier le code]

  • Hybrides directs encore cultivés :
    • 'Rouletii' et 'Pompon de Paris' des rosiers nains à petites fleurs groupées doubles rose pâle
    • 'Old Blush', cultivar chinois très ancien d'un rosier à fleurs roses semi-doubles, odorantes qui fleurit très longtemps. Ancêtre des rosiers Noisette et Bourbon.
'Old Blush'
  • 'Gloire des rosomanes', 'Hermosa', 'Fallemberg' ou la 'Belle Marseillaise' pour citer quelques-uns de ceux qui sont encore cultivés,
  • Rosa odorata (Rosa chinensis × Rosa gigantea) qui sont quelquefois classés avec les chinensis ce qui est une erreur. Ce sont des hybrides cultivés chinois, et non des formes spontanées.
    • Rosa indica 'Odorata' ou 'Rosa indica flagrens 'ou 'Hume's Blush Tea-scentes China' le premier arrivé en Europe, à fleurs semi-doubles rose clair, le parent des roses thé, dessiné par Redouté car acheté malgré le blocus par Joséphine de Beauharnais pour sa roseraie,
    • 'Park's Yellow Tea-scentes China' à fleurs doubles jaune clair,
    • 'Fortune's Double Yellow' jaune cuivré.
  • Hybrides de Rosa odorata :
    • rosiers Noisette : 'Blush Noisette' ('Old Blush' × Rosa moschata) et ses descendants, Noisette et thé-Noisette dont le célèbre 'Madame Alfred Carrière'
    • rosiers Bourbon : Rosa chinensis × Rosa gallica et Rosa damascena semperflorens
    • rosiers Thé ou rosiers à odeur de thé : Rosa odorata × rosiers Bourbons ou rosiers Noisette
    • rosiers thé-polyantha : rosiers thé × rosiers polyantha
  • hybrides remontants : croisements de ces différents hybrides de Rosa chinensis,
  • hybrides de thé : hybrides remontants × rosiers thé dont le premier est 'La France' obtenu par Guillot en 1867[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charlotte Testu, Les roses anciennes, La Maison rustique - Flammarion, Paris, 1984, (ISBN 2-7066-0139-6), p. 145 à 184.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]