Rosier de Noisette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le rosier Noisette (Rosa ×noisettaeana Thory) est un hybride spontané de rosier découvert par Louis Claude Noisette vers 1814 et dédié à son découvreur par Claude Antoine Thory (sous le nom de Rosa noisettiana) dans son ouvrage Les Roses, illustré par Redouté.

Cet hybride est à l'origine d'une classe de rosiers, les « rosiers Noisette » et les « rosiers thé-Noisette », issus de semis puis d'hybridations effectués par des rosiéristes au cours du XIXe siècle.

Il est connu dans le commerce sous le nom de « Blush Noisette ».

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine des rosiers Noisette et des rosiers Thé-Noisette[2] est une hybridation accidentelle découverte par John Champney, un planteur de Charleston en Caroline du Sud, en 1811. Il s'agit de (Rosa moschata × 'Old Blush') à grosses fleurs roses, odorantes, en bouquets abondants mais non remontants (ce caractère va apparaître avec son semis Blush Noisette) qu'il nomme d'abord Rosa moschata hybrida puis Champney's Pink Cluster ou Champney Rose.

C'est Philippe Noisette, établi lui aussi à Charleston, qui lui avait donné Old Blush fourni par son frère Louis Noisette, à qui ils vont envoyer des graines qui seront à l'origine des rosiers Noisette. C'est lui, qui, à Paris, fit naître les hybrides de la deuxième génération, remontants,

Description[modifier | modifier le code]

  • Blush Noisette, le Rosa ×noisettaeana de Thory, semis de Champney's Pink Cluster, remontant obtenu par Louis Noisette en 1814. C'est un rosier buisson haut de 2 mètres, qui, palissé, monte à 5 mètres. Les fleurs sont en coupe, presque doubles, rose lilas.

Rosiers Noisette[modifier | modifier le code]

Ce sont des rosiers vigoureux, presque inermes, aux fleurs odorantes en bouquets.

  • Champney's Pink Cluster, à grosses fleurs roses,
  • Aimée Vibert ou Bouquet de mariée (Champney's Pink Cluster × hybride de Rosa sempervirens, Vibert, 1828), aux petites fleurs très doubles en bouquets, blanches.

Hybrides : les thé-Noisette[modifier | modifier le code]

  • Le premier thé-Noisette est l'hybride d'un Rosa odorata à fleurs jaunes avec Blush Noisette, c'est un rosier à fleurs jaune pâle teinté d'abricot, Jaune Desprez, obtenu par Desprez en 1830.
  • 'Gloire de Dijon' jaune teinté d'ivoire, aux très grandes fleurs en coupe est un hybride de Jaune Desprez obtenu par Jacotot en 1853.
  • 'Rêve d'Or' jaune pâle, très florilège.
  • 'Mme Alfred Carrière', obtenu par Schwartz en 1879, pour certains le plus beau rosier par la forme et la couleur blanc rosé de ses fleurs, leur abondance, la durée de floraison et leur odeur. De très anciens pieds sont fréquents dans les anciens jardins.
  • 'William Allen Richardson' à fleurs doubles couleur chamois (Ducher 1878 ) sport de 'Rêve d'Or' comme 'Duchesse d'Auërsdt'
Mme Alfred Carrière
Mme Alfred Carrière

Un jardin dédié à Orangeburg[modifier | modifier le code]

Le 18 septembre 2008, un jardin de la rose Noisette (Noisette Rose Garden) a été inauguré à Orangeburg, en Caroline du Sud, dans les jardins appelés "Edisto Memorial Gardens". Créé par la ville d'Orangeburg et la South Carolina Rose Society, ce jardin abrite 54 variétés de roses Noisette.

Bill Patterson, président de la S.C. Rose Society, estime qu'il y avait environ 250 variétés de rosiers de Noisette en Caroline du Sud dans les années 1800, et qu'il en existe encore 75 à 80 de nos jours. La rose Noisette est la seule rose originaire des États-Unis[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Variété horticole 'Old Blush'
  2. Charlotte Testu, Les roses anciennes, La Maison rustique - Flammarion, Paris, 1984, (ISBN 2-7066-0139-6), p. 161.
  3. "Rose of the South" comes to Edisto Memorial Gardens, The Times and Democrat, 19 septembre 2008, par Dionne Gleaton

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :