Cynorrhodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cynorrhodon ou cynorhodon[1] est, sur le plan botanique, le faux-fruit provenant de la transformation du réceptacle floral du rosier et de l’églantier, et plus généralement des plantes du genre Rosa, de la famille des Rosacées. Les fruits proprement dits des rosiers sont en fait les akènes situés à l'intérieur.

Cynorrhodons d’un églantier.

Le cynorrhodon est appelé vulgairement « gratte-cul », car il fournit du poil à gratter.

Le cynorrhodon est parfois aussi appelé « gousson ».

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme vient du grec, kunorhodon, qui signifie « rose de chien ». Cette appellation vient des propriétés attribuées à la racine de l'églantier (« rosier des chiens », dont la fleur (l'églantine) est aussi appelée rose canine, dog rose en anglais) pour lutter contre la rage.

Le Dictionnaire de l'Académie française retient la seule orthographe « cynorhodon », mais l'orthographe « cynorrhodon » est également admise.

Description[modifier | modifier le code]

Fruits du rosier

Le cynorrhodon est un fruit charnu ovoïde allongé, plus ou moins globuleux selon les espèces et variétés, de 15 à 25 mm de long, de couleur rouge orangé à maturité. Il forme une espèce d’urne, ouverte au sommet, qui porte les restes desséchés des étamines et des sépales. Il contient à l’intérieur vingt à trente vrais fruits qui sont des akènes issus de la transformation des carpelles, contenant chacun une seule graine. Ces akènes, prolongés par le reste des styles et stigmates, sont munis de nombreux poils stériles.

Les cynorrhodons arrivent à maturité en automne, vers octobre-novembre dans l'hémisphère nord, mais on peut en voir tout l'hiver dans les haies champêtres.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Les cynorrhodons contiennent des poils qui doivent être soigneusement enlevés car ils sont très irritants pour la peau et les muqueuses et peuvent servir de poil à gratter[2]. Mûrs lorsqu'ils sont blets, les fruits sont alors comestibles, assez astringents et acides, et surtout la présence de poils irritants peut provoquer des démangeaisons au niveau de l'anus.

Nyponsoppa, dessert suédois préparé avec des cynorrhodons

Ils sont cependant riches en vitamine C (20 fois plus que les agrumes), mais aussi en vitamines B et PP, en provitamine A et en sels minéraux, et contiennent des sucres : saccharose et lévulose.

Thé turc au cynorrhodon

Utilisation alimentaire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le fruit de l'églantier s'utilise surtout cuit en confitures maison et artisanales (la confiture de cynorrhodons ou confiture d'églantine en Alsace), en gelées, marmelade et ketchup, en sirops et liqueurs, seules ou mélangées à divers autres fruits.

Frais, ramollis par les gelées, après une légère cuisson les cynorhodons forment une pâte qui se mange sucrée avec des laitages, procurant à l'organisme un apport nutritif important sous une forme rapidement assimilable, et légèrement diurétique.

Les cynorrhodons bien mous, pressés avec 3 ou 4 doigts, se grignotent : la pulpe sort tandis que les poils et les pépins restent dans la peau et peuvent servir à faire des décoctions (bouillis moins de cinq minutes).

Séchés et réduits en poudre, ils servent en décoction pour des tisanes. On peut aussi en faire de la bière, du vin.

Usages locaux[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

En Suède, les cynorrhodons sont à la base du nyponsoppa, littéralement soupe de cynorrhodon, qui est un dessert souvent servi avec du lait et de la crème ou de la glace à la vanille.

De nombreuses peuplades amérindiennes consommaient les cynorrhodons comme un excellent aliment de survie dans la mesure où ils restent accrochés au plant tout l'hiver. Certaines peuplades en faisaient une décoction ou une bière.

Les Pieds-Noirs les consommaient broyées avec du pemmican (viande séchée + graisse).

Les Esquimaux de l'Alaska en faisaient une sorte de pudding (pulpe écrasée avec de l'huile de phoque, de l'eau et du sucre) ou ajoutaient les baies à un plat composé de queues de saumon pré-mastiquées et séchées.

Les Tanainas en faisaient une sorte de crème glacée (mélangés à de la graisse ou des œufs de poisson).

En Arménie, on boit le jus du cynorrhodon.

En Tchétchénie, on fait du thé du cynorrhodon.

Utilisation médicinale[modifier | modifier le code]

En médecine populaire, les cynorrhodons sont employés notamment contre les diarrhées, l'avitaminose et l'asthénie. On les utilise soit en décoction, soit sous forme de vin ou d'élixirmacération dans de l'alcool avec adjonction de sucre.

Les herboristes utilisent les poils de cynorrhodons, administrés à jeun enrobés dans du miel, pour éliminer les ascaris[3].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Les deux orthographes sont admises, selon le CNRTL.
  2. (en) Albert MR. Novelty shop "itching powder." Australasian J Dermatology. 1998 Aug;39(3):188-9.
  3. Marie-Antoinette Mulot, Secrets d'une herboriste, Éditions du Dauphin (réédition France-loisirs, 3e édition revue et complétée), 1984, (ISBN 2-7242-3402-2) p. 173.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :