Roland Kirk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kirk.

Roland Kirk

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Roland Kirk au Ronnie Scott's à Londres

Informations générales
Surnom Rahsaan Roland Kirk
Nom de naissance Ronald Theodore Kirk
Naissance 7 août 1935
Columbus (Ohio)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 5 décembre 1977 (à 42 ans)
Bloomington (Indiana)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Jazz, hard bop, soul jazz, post bop, avant-garde jazz, mainstream
Instruments Saxophone, flûte traversière, flûte à bec, clarinette
Années actives 1961 à 1977
Labels King, Chess, Prestige, Mercury, Limelight, Verve, Atlantic, Warner Bros
Site officiel alfanet.hu/kirk

Rahsaan Roland Kirk (Columbus, Ohio, É.-U., 7 août 1935 - Bloomington, Indiana, USA, 5 décembre 1977) est un multi-instrumentiste (à vent) de jazz américain.

Il pratiquait les saxophones (principalement le ténor mais aussi deux saxophones atypiques : le stritch et le manzello (en), un appareil de sa fabrication). Il est connu pour sa vitalité sur scène, et ses séances d'improvisation accompagnées de plaisanteries et de discours politiques, où il utilisait trois instruments simultanément. Il pratiquait, par ailleurs, plusieurs autres instruments à vent (flûte traversière, flûte à bec, clarinette).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né Ronald Théodore Kirk, il change son nom en Roland Kirk en 1952. En 1969, il entend en rêve Dieu l'appeler "Rahsaan" : il adopte alors définitivement le nom de Rahsaan Roland Kirk. « Rahsaan », nom qui signifiera désormais pour lui « la musique du soleil », « le voyageur » ou encore « Black Vibrations ».[réf. nécessaire]

Déficient visuel depuis sa naissance, il devient aveugle à l'âge de deux ans. À cinq ans il est scolarisé au lycée pour aveugles de l'Ohio (Ohio State College for The Blind), où il reste jusqu'en 1953. Dès l'âge de douze ans, il joue du saxophone et de la clarinette dans l'orchestre de l'école. Il y apprendra le bugle, la trompette, la clarinette.

Rêvant depuis longtemps de jouer de trois saxophones en même temps, Roland travaille la technique de respiration circulaire, qu'il appellera « respiration sphérique » ou « Triple Threat ». Schématiquement, il s'agit d'inspirer par le nez tout en soufflant par la bouche dans l'instrument.

Après quelques essais plus ou moins réussis, il se fait connaître en 1961, en partie grâce à sa participation à deux albums de Charles Mingus : Oh Yeah (1962) et Tonight at Noon (1965). C'est à la même époque qu'il commence la flûte, qu'il pratiquera bientôt en virtuose. Il chante tout en jouant de la flûte, en utilisant la voix de tête.

Au cours des années, Roland Kirk multiplie les instruments et les styles. Il devient rapidement inclassable. Sa puissance et sa générosité, comme en témoigne l'enregistrement du Festival de jazz de Montreux en 1972 de l'album live I, Eye, Aye, ne peuvent laisser indifférent.

En 1975, Kirk est victime d'une attaque cérébrale qui le laisse hémiplégique. Il continue malgré tout à jouer et à enregistrer, en modifiant ses instruments pour pouvoir jouer avec un seul bras. Lors d'un concert au Ronnie Scott's club à Londres il parvient à jouer simultanément de deux instruments.

Il meurt d'une deuxième attaque en 1977, après un concert donné à la Frangipani Room de l'Indiana University Student Union à Bloomington (Indiana).

Concerts à Paris[modifier | modifier le code]

Roland Kirk et Steve Turre à Paris en novembre 1976.

Roland Kirk est venu jouer plusieurs fois à Paris ; son premier passage a lieu le 7 novembre 1963, au Théâtre de Paris, où il est accompagné de Guy Pedersen, George Gruntz et Daniel Humair. Un article de Philippe Benzo, dans le magazine Jazz Hot, nous indique que le public est particulièrement réceptif. À la suite de ce concert, cinq titres sont enregistrés par la RTBF pour l'émission "Jazz pour Tous" (Moon Song, Lover, Yesterdays, Three For The Festival et Milestones de Miles Davis). Il revient le 2 octobre 1964, à l'occasion du Paris Jazz Festival ; il joue Salle Pleyel accompagné de Tete Montoliu, Tommy Potter et Kenny Clarke. Le groupe passe entre Sister Roseta Tharpe et le Dave Brubeck Quintet.

Kirk revient jouer à Paris en janvier 1967, le 2 au Jazzland, le 3 au Chat Qui Pêche, le 4 au Caméléon.

Le 22 février 1970, il vient enregistrer au Studio 104 de la Maison de l'ORTF[1]. Alain Gerber donnera un compte rendu très négatif de ce concert, titré "La fin d'un vertige", dans Jazz Magazine[2]. Visiblement Alain Gerber n'aimait pas Kirk mais cela n'empêchera pas le musicien de revenir à Paris, ni ce premier d'en faire bien des éloges post mortem en invitant la flutiste Dominique Bouzon dans son émission hebdomadaire Black and Blue pour lui rendre de vibrants hommages, trente cinq ans plus tard.

Le 8 mars 1972, Kirk joue au Grand Palais, un enregistrement d'une heure trente y est réalisé. En novembre 1973 il joue au "Chat qui Pêche" (avec Siegfried Kessler, Didier Levallet et Charlie Antolini), le 13 novembre 1973 au Palais des sports, et le 14 novembre 1976 au Studio 104 de la Maison de Radio France avec Steve Turre, Hilton Ruiz, Phil Bowler (b), John Goldsmith (d) et Michael Hill (percussions, vocal), pour un concert diffusé sur France Musique.

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Kirk, "live in Paris, 1970", 2 volumes, Esoldun-INA, FCD 109 et 115
  2. Jazz Magazine, avril 1970

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Guy Cosson, Rahsaan Roland Kirk, Paris, Editions du Layeur,‎ novembre 2006, 366 p. (ISBN 978-2-915118-33-9, LCCN 2007397932)
  • Matthieu Jouan, Notoriété et légitimation en Jazz, L'exemple de Rahsaan Roland Kirk, Paris, Editions l'Harmattan,‎ juin 1999, 158 p. (ISBN 978-2-7384-7782-8)
  • John Kruth, Rahsaan Roland Kirk : des moments lumineux, sa vie, son héritage. Infolio éd., 2008. (ISBN 978-2-88474-914-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :