Richard III de Normandie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richard.
Richard III de Normandie
Statue de Richard III sur le socle de la statue du Conquérant à Falaise
Statue de Richard III sur le socle de la statue du Conquérant à Falaise

Titre Duc de Normandie
(23 août 10266 août 1027)
Autre titre Richardides
Prédécesseur Richard II de Normandie
Successeur Robert le Magnifique
Biographie
Naissance vers 1008
Décès 1027
Père Richard l'Irascible
Mère Judith de Bretagne
Conjoint Adèle de France
Enfants Nicolas, Papie, Adelise d'une frilla.

Richard III de Normandie (v. 1008-1027), fut duc de Normandie du 23 août 1026 au 6 août 1027. Il était le fils aîné du duc Richard l'Irascible et de Judith de Bretagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant le règne de Richard II , il est associé au pouvoir. En 1024, son père l'envoie combattre Hugues, évêque d'Auxerre et comte de Chalon-sur-Saône qui retient prisonnier le gendre du duc Renaud, comte de Bourgogne[1]. Richard s'empare du château de Mimande. Alors qu'il se dirige vers Chalon, Hugues relâche Renaud[1].

Richard II mort en août 1026, il lui succède. En raison de sa brièveté (un an), son principat est peu connu. Grâce à Guillaume de Jumièges, on sait toutefois qu'il dut affronter la révolte de son frère cadet, Robert, qu'il avait fait comte d'Hiémois[1]. Assiégé par l'armée ducale à Falaise, celui-ci se soumit et rend l'hommage vassilique. Il conserve le comté d'Hiémois[2].

En 1027, Richard III épouse Adèle, la fille du roi de France Robert le Pieux, confirmant l'alliance avec la dynastie capétienne[1]. Il donne alors en douaire à cette dernière différents lieux ; château de Cherbourg, château du Homme, château de Brix et leurs dépendances. Cette union ne donne pas de descendance car l'épouse est en bas âge.

Le duc meurt mystérieusement le 6 août 1027[2] alors qu'il a autour de vingt ans. Guillaume de Jumièges révèle que le poison fut la raison de cette mort précoce[2]. Robert de Torigni, qui écrit presque cent ans plus tard, vers 1125, présente le frère du duc, Robert, comme l'empoisonneur. C'est impossible à vérifier. Ce qui est sûr, c'est que Robert est l'homme qui tire le plus grand avantage de la disparition de son aîné puisqu'il devient en conséquence duc de Normandie.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Épouse : Adèle de France (v.1009-1079), fille du roi Robert le Pieux et de Constance d'Arles. Mariage sans descendance.

Enfants : Il en eut au moins trois, nés d'une « frilla » (concubine à la manière danoise)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Neveux 2009, p. 117.
  2. a, b et c Neveux 2009, p. 118.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Neveux, La Normandie des ducs aux Rois. Xe ‑ XIIe siècle, Ouest-France Université, Rennes, 1998
  • François Neveux, L'aventure des Normands : VIIIe ‑ XIIIe siècle, Paris, Perrin, coll. « Tempus »,‎ 2009, 368 p. (ISBN 978-2-262-02981-4)