More danico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« More danico » signifie « à la manière danoise » en latin.

Le mariage « more danico », ou la « danesche manere » en normand, désigne le mode de polygamie pratiqué par les Vikings implantés en Normandie après le traité de Saint-Clair-sur-Epte (911). Leur conversion au christianisme, inégale selon les régions, ne les empêche pas de continuer à avoir plusieurs femmes comme auparavant en Scandinavie.

Lorsque Rollon captura Poppa, la fille du comte Bérenger, après la prise de Bayeux, il l’épousa « more Danico », sans cérémonie religieuse, et son fils, Guillaume Longue-Épée, suivit son exemple lorsqu’il épouse la Bretonne Sprota comme l'indique le poème ci-dessous[1]:

Icele ama moult e tout chere,
Mais ci la Danwhe manere
La volt avoir, non autrement ;
Ce dist l’estoire, qui ne ment.

À la différence des chrétiens et de l’Église qui considèrent les « frilla », les secondes épouses, comme des concubines, et leurs enfants comme des « bâtards », les Normands les perçoivent comme parfaitement légitimes. C’est en raison, par exemple, du « more danico » du duc de Normandie Robert le Magnifique, que son jeune fils Guillaume « le Bâtard » est désigné en 1035 comme successeur de son père.

Il semble que le duc Guillaume ait été, après cinq générations de ducs depuis Rollon, le premier à rompre avec cette tradition scandinave, car on ne lui connaît ni frilla, ni enfant bâtard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. p54, (en) John Thrupp, The Anglo-Saxon home: a history of the domestic institutions and customs of England, from the fifth to the eleventh century, Longman, Green, Longman, & Roberts,‎ 1862, 410 p. (lire en ligne)