Rayon de la mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le rayon de la mort est un thème récurrent en science-fiction : il s'agit d'une arme projetant de l'énergie de façon dirigée, permettant de détruire un être humain ou un objet. Dans la science-fiction, il apparaît le plus souvent sous la forme d'un pistolet laser.

Ce concept semble remonter à Archimède, qui se serait servi de miroirs pour concentrer la lumière du soleil et ainsi mettre le feu à des navires ennemis qui attaquaient la ville de Syracuse.

Nikola Tesla, scientifique serbe émigré aux États-Unis, avait offert les projets d'un « rayon de la mort » aux services américains mais, n'étant pas pris au sérieux, il vendit finalement ses services à l'URSS où il avait l'intention de créer des bobines Tesla surpuissantes appelées armes Tesla[réf. nécessaire]. À sa mort, il existait selon la rumeur un prototype de « canon antichar », mais le FBI ne put le récupérer et il n'est pas impossible qu'il ait été emporté par un espion soviétique. L'arme n'a pas été développée plus avant par les ingénieurs russes, et on peut donc en déduire que, si la rumeur est vraie, l'arme ne fut jamais opérationnelle.

Au XXIe siècle, malgré les progrès scientifiques et techniques, il est toujours difficile de créer un rayon de la mort, étant donné que chaque arme de ce genre serait bien trop gourmande en énergie pour reproduire ne serait-ce que le même potentiel destructeur qu'un pistolet normal. Cependant, les recherches se poursuivent, principalement autour du laser.

Des armes aveuglantes au laser ont pu être mises au point ces dernières années, mais elles ont été interdites avant même que leur production ne passe à une échelle industrielle (une première dans l'histoire de l'armement)[1],[2].

Actuellement la seule arme, encore au stade expérimental, se rapportant à ce type est le système ABL qui consiste en un laser monté dans le nez d'un Boeing 747 destiné à détruire les missiles balistiques lors de leur phase d'accélération uniquement, soit dans les minutes qui suivent le lancement[3].

Rayon de la mort dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans les années 50, deux albums de Jean Valhardi, par Eddy Paape : Le Rayon super-gamma et La machine à conquérir le monde
  • Le feuilleton télévisé Fantomas présente un Fantomas se livrant à un chantage : si on ne lui verse pas une somme énorme avant une date fixée, un million de Parisiens mourront, victimes de son rayon de la mort. Celui-ci peut fonctionner depuis l'arrière d'une camionnette en mouvement.
  • Dans la saga de science-fiction Hypérion / Endymion de Dan Simmons, les soldats (notamment le colonel Kassad) sont équipés de « bâtons de la mort », armes utilisant le principe du rayon de la mort ; les vaisseaux spatiaux en sont également équipés et peuvent ainsi tuer tout un équipage sans entamer l'intégrité de la coque des vaisseaux ennemis.
  • Dans le jeu vidéo Wolfenstein, une des armes à la disposition du joueur est un Fusil Tesla, rayon de la mort qui désintègre les ennemis. Ce fusil est développé par les chercheurs nazis, membres de la société Thulé.
  • Dans la série de bandes dessinées Jour J (éditions Delcourt), le tome 7 Vive l'empereur ! évoque largement la question du rayon de la mort. Le récit, basé comme le reste de la série sur une uchronie, postule que l'Empire français de Napoléon et l'Empire britannique ont finalement signé une paix précaire en 1802. Chacun des deux empires a alors privilégié une voie de développement : l'empire britannique laissé libre de développer son commerce maritime a maintenu ses colonies en Amérique du nord et basé son développement sur le pétrole tandis que l'empire français privilégie l'énergie électrique. C'est dans ce contexte que Nikola Tesla poursuit ses recherches pour mettre au point un « rayon de la mort ».
  • Dans la série de bande dessinées Yoko Tsuno (éditions Dupuis), le tome 14 Le Feu de Wotan reprend le thème du rayon de la mort. Il est évoqué sous la forme du fruit des recherches d'un certain « Richter » qui aurais trouvé un moyen de stocker l'énergie de la foudre. L'arme doit être détournée pour faire échouer un pétrolier et être ensuite revendue au plus offrant après cette démonstration de force.
  • Dans la série de jeu vidéo "Alerte Rouge Command & Conquer", la tour Tesla est le dispositif défensif le plus puissant, sa faiblesse réside dans la grande quantité d'énergie nécessaire pour être efficace.
  • Dans la série "Command & Conquer: Générals" et son extension "Heure H", la super arme de l'Armée Américaine est un rayon à particules, semblable au rayon de la mort.
  • Dans Star Wars de George Lucas il est également question d'une arme destructrice appelée "Etoile de la Mort", une base aussi grosse qu'une lune capable de générer une immense énergie donnant naissance à un rayon pouvant détruire une planète entière.
  • C'est le nom d'un album de bande-dessinée de Daniel Clowes
  • Dans le manga "Dragon Ball Z" de Akira Toriyama, Freezer utilise une technique appelée "Rayon de la mort" ( le nom n'est pas utilisé dans le manga original mais dans les jeux vidéo de la licence). Un rayon rose-rouge transperçant est émis par l'index de Freezer.
  • Dans le roman Béhémoth (Léviathan, tome III) de Scott Westerfeld, il est question d'un cuirassier allemand équipé d'un canon Tesla. Une Tour Tesla est également placée au centre de l'intrigue.

Notes et références[modifier | modifier le code]