Mento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mento est la première musique populaire jamaïcaine. Il apparait à la fin du XIXe siècle dans les zones rurales de l'île.

Histoire du mento[modifier | modifier le code]

Le mento est tout simplement la musique que les paysans jamaïcains, après leur journée de labeur, aimaient jouer et écouter pour se divertir et oublier un instant la dureté de leur condition de vie[1]. Ce terme décrit également la danse libre qui l'accompagne, et qui plonge ses racines dans les rituels ashantis, et d'autres ethnies ouest-africaines. En raison de la mode du calypso de l'île de la Trinité dans les années 1940, dès 1951 (année marquée par l'ouverture du premier studio d'enregistrement en Jamaïque par Stanley Beresford Brandon Motta[2]) les premiers enregistrements de mento portent le plus souvent l'étiquette plus vendeuse de "calypso". Les deux plus grands succès de l'Américain d'origine jamaïcaine Harry Belafonte, "Day O" et "Jamaica Farewell" sont par exemple des mentos, et non des calypsos, mais ils ont été publiés dans l'album "Calypso", ce qui contribue à la confusion. Ce genre a précédé le ska et le reggae, apparus dans l'après-guerre sous l'influence des musiques populaires des États-Unis.

D'origine rurale, le mento utilise traditionnellement des instruments comme le banjo, la guitare, la flûte, le fifre, les maracas, des percussions, mais également un lamellophone basse appelé la rumba box (dérivée de la marimbula) ou thumb piano, le violon, et le saxophone de bambou. Il existe en version urbaine, interprété dans les cabarets et hôtels de Jamaïque, où il connaît une forte influence du jazz (saxophone, trompette, piano, etc.).

Les thèmes fréquemment abordés par le mento sont les critiques de la vie sociale et politique, des chants de travail, et des textes à double sens où la sexualité a une grande importance.

Artistes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les textes les plus complets parus en français sur l'histoire du mento se trouvent dans le livret du double CD Jamaica - Mento 1951 - 1958 ( Frémeaux & Associés) et Harry Belafonte - Calypso Mento Folk 1954 - 1957 (Frémeaux & Associés) et sont signés Bruno Blum.

  • Jérémie Kroubo Dagnini Les origines du reggae: retour aux sources. Mento, ska, rocksteady, early reggae, L'Harmattan, coll. Univers musical, 2008, pp 33-117.
  • Jérémie Kroubo Dagnini, Vibrations jamaïcaines. L'Histoire des musiques populaires jamaïcaines au XXe siècle, Camion Blanc, 2011, pp 61-133.

Discographie[modifier | modifier le code]

Jamaica - Mento 1951 - 1958 (Frémeaux & Associés)

Mento Madness (V2)

Take me to Jamaica: the story of jamaican Mento 1951-1958 (Pressure Sounds)

Harry Belafonte - Calypso Mento Folk 1954 - 1957 (Frémeaux & Associés)

Dip & Fall Back, classic Jamaican Mento: Disc 1 & 2 (Trojan)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jérémie Kroubo Dagnini: "Les origines du reggae" (éditions l'Harmattan juin 2009)
  2. Jérémie Kroubo Dagnini, Les origines du reggae. Retour aux sources: Mento, ska, rocksteady, early reggae, Éditions L'Harmattan,‎ 2008, p. 80

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) [PDF] Neely, Daniel (2001). "Long Time Gal! Mento is Back!",The Beat, décembre 2001, vol. 20, no. 6: 38-42. (pdf en ligne).