Por una Cabeza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Por una cabeza)
Aller à : navigation, rechercher
Carlos Gardel
Por una Cabeza

Por una cabeza est un très célèbre tango composé en 1935 par Carlos Gardel sur un texte d'Alfredo Le Pera.

Paroles[modifier | modifier le code]

Le titre espagnol signifie « juste pour une tête », sous-entendre « d'un cheval ». La chanson parle en effet d'un parieur compulsif sur des courses de chevaux qui compare alors son addiction pour les chevaux avec son attirance pour les femmes :

Por una cabeza de un noble potrillo
que justo en la raya afloja al llegar
y que al regresar parece decir:
no olvides, hermano,
vos sabes, no hay que jugar...
Por una cabeza, metejon de un dia,
de aquella coqueta y risueña mujer
que al jurar sonriendo,
el amor que esta mintiendo
quema en una hoguera todo mi querer.
Por una cabeza
todas las locuras
su boca que besa
borra la tristeza,
calma la amargura.
Por una cabeza
si ella me olvida
que importa perderme,
mil veces la vida
para que vivir...
Cuantos desengaños, por una cabeza,
yo jure mil veces no vuelvo a insistir
pero si un mirar me hiere al pasar,
su boca de fuego, otra vez, quiero besar.
Basta de carreras, se acabo la timba,
un final reñido yo no vuelvo a ver,
pero si algun pingo llega a ser fija el domingo,
yo me juego entero, que le voy a hacer.

Traduction[modifier | modifier le code]

Juste pour une tête

Juste pour la tête
D'un poulain racé
Qui, à l'arrivée,
Flanche sur la ligne,
Et qui, revenant,
À l'air de me dire :
Tu sais bien, mon frère,
Il ne faut pas jouer.
Juste pour la tête,
Toquade d'un jour,
De cette coquette
Et moqueuse femme,
Qui jurant, souriante,
Un amour menteur,
Brûle en un bûcher
Toute ma passion.
Juste pour sa tête,
Toutes ces folies.
Sa bouche, ses baisers,
Effacent la tristesse,
Calment l'amertume.
Juste pour sa tête
Si elle m'oublie
Qu'importe de perdre
Mille fois la vie,
Pourquoi, pour qui vivre ?
Combien de tromperies
Juste pour sa tête,
Mille fois j'ai juré
De ne pas insister.
Mais si son regard
Me blesse au passage,
Ses lèvres de feu
M'attireront encore.
Le turf, j'en ai marre,
Les paris, c'est fini.
Les arrivées sur le fil
Je veux plus voir ça !
Mais si j'ai un tuyau
Bien sûr pour dimanche
Je l'jouerai gagnant,
On peut compter sur moi !!!

Apparitions[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]